.
-

Eubée

Eubée, Euboea, grande île de la mer Egée, de forme oblongue, s'étend le long des côtes de l'Attique, de la Béotie et de la Locride, depuis le cap Sunium jusqu'à la Thessalie. Elle est séparée de la Béotie par un détroit appelé dans l'Antiquité Euripe. Elle porta successivement les noms de Chalcis (c.-à-d. airain, parce que c'est de là, dit-on, que le premier airain fut tiré), de Macris (à cause de sa longueur), d'Abantis (à cause des Abantes, ses premiers habitants). 

Elle avait trois villes principales : Chalcis, Erétrie et Caryste. Après les Abantes, l'Eubée fut habitée par des Histiéens, puis par des Ioniens. Athènes s'en empara de bonne heure et la garda malgré diverses révoltes jusqu'à l'an 404 av. J.-C., époque où elle passa sous la domination des Lacédémoniens; mais plus tard l'influence d'Athènes s'y rétablit; Philippe Il, roi de Macédoine, détruisit cette influence et y substitua la sienne. L'Eubée passa avec le reste de la Grèce sous la domination des Romains. Voir aussi : Les îles Grecques au Moyen Age.

On a fait des fouilles intéressantes sur l'emplacement des deux principales villes de l'Eubée, Erétrie et Chalcis. A Chalcis, la Société archéologique d'Athènes a déblayé le gymnase, où l'on a rencontré une mosaïque, et exploré la nécropole, où l'on a trouvé une vieille statue de marbre, des poteries primitives, des vases peints et des feuilles d'or.

A Erétrie, l'Ecole américaine d'Athènes a dégagé, au début du XXe siècle,  le théâtre, où l'on a constaté quelques dispositions particulières : toutes les dépendances, magasins, coulisses, loges d'acteurs et de danseurs y sont au niveau du logeion, d'où un escalier et un couloir souterrain conduisent au centre de l'orchestre. On a également fouillé la nécropole, où l'on a découvert des tombes à chambres et lits funéraires, des peintures décoratives, des ornements d'or, des plaques d'argile peinte, des Eros de terre cuite, des vases à ornementation géométrique.

On a trouvé encore d'intéressantes inscriptions : des listes de vainqueurs aux jeux, un curieux décret des Eretriens (fin du Ve s. av. J.-C.), réglant la célébration des Artemisia, l'organisation des concours musicaux ou autres, le cérémonial des processions et des sacrifices.

.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2006. - Reproduction interdite.