.
-

La Crimée

République autonome qui fait aujourd'hui partie de l'Ukraine, la Crimée (en russe Krym) appartenait jusqu'en 1991, au sein de l'URSS, à la Russie, dans lequel elle était administrativement rattachée au gouvernement de Tauride. Elle forme entre la mer Noire et la mer d'Azov une péninsule de 25 700 km². Elle est rattachée au continent par l'isthme de Perekop qui n'a pas plus de 5 à 7 km de largeur. Ses côtes sont très découpées. Elles forment au Nord-Est la baie Karkinis ou mer Morte, au Sud-Ouest la baie Kalamita, à l'Ouest, entre la flèche d'Arabat et le littoral, s'étend un long golfe dit mer Paresseuse. 

La Crimée est constituée pour les trois quarts environ de sa superficie par une steppe qui continue ceux de la Russie méridionale, pour un quart environ par des montagnes de la Tauride, qu'on peut considérer comme une continuation du Caucase. Cette chaîne, située au Sud de la péninsule et qui a environ 170 km de longueur, a pour principales cimes l'Ai Petri (1266 m) et le Tchatir Dagh (1560), le Babougan Iaila (1655 m.) et l'Ai Vassilem (1627 m). On y rencontre des grottes à stalactites et à stalagmites. Certaines de ces montagnes sont percées de cavernes artificielles qui constituent de véritables cités souterraines. La chaîne est couverte de bois et de verdure. Entre elle et la mer s'étend une bande de terrain d'environ 5 km de largeur. Son climat délicieux, sa riche végétation rappellent le littoral de la Provence ou du golfe de Gênes. Les vignes, les bois d'olivier, les plantations de lauriers et de figuiers y abondent. Au temps des tsars, l'empereur y possèdait le château de Livadia. La noblesse russe y a construisit un grand nombre de villas. A l'époque de l'URSS, la nomenklatura soviétique prit le relais.

Les principaux cours d'eau sont : sur la côte de la mer d'Azov, le Sivach grossi du Solgir et le Kara-Sou; sur la côte Ouest, la Tchernaïa (Rivière Noire) et l'Alma, célèbres par les combats auxquels elles ont donné leur nom. Les principaux produits de la Crimée sont les céréales, le tabac, le vin, dont la culture a fait de grands progrès au XIXe siècle, et les fruits du Midi. Le pays nourrit des chevaux, des chameaux, du bétail, des vers à soie. Les laines des moutons (baranki) sont particulièrement renommées. On compte environ 400 lacs qui fournissent du sel excellent. On exploite des carrières de porphyre, de marbre et de pierre à chaux. Les beautés naturelles de la Crimée ont été chantées par les poètes slaves, notamment par Pouchkine et Mickiewicz. Les principales villes sont Simferopol, Sébastopol, Kertch, Yalta, Feodosia.

La Crimée s'appelait dans l'Antiquité Chersonèse Taurique. Elle paraît avoir été habitée d'abord par les Cimmériens. A dater du VIIe siècle avant l'ère chrétienne, les Grecs y établirent de nombreuses colonies. Au Ve siècle av. J.-C., on forma un royaume du Bosphore dont l'histoire est mal connue. Il fit partie des possessions de Mithridate. Les villes principales étaient Cherson, Theodosia (auj. Kaffa), Panticapée (auj. Kertch), Zembaro (mod. Balaklava), Eupatoria (fondée par Mithridate VII Eupator, roi du Pont). Elle fut soumise par les Romains en l'an 47 av. l'ère chrétienne. Successivement ravagée par les Huns, les Alains, les Goths, elle fut ensuite occupée par les Khazars (Les Turkmènes). En 640, l'empereur Héraclius la réunit à l'empire grec. En 988, les Russes s'emparèrent de la ville de Cherson que leurs annales appellent Khorsoun. Leur prince Vladimir y reçut le baptême. Elle fut détruite en 1363 par Olgerd, grand prince de Lituanie. En 1427, les Tatares, qui avaient déjà visité la Péninsule à diverses reprises, s'y établirent définitivement et lui donnèrent le nom de Krym qui lui est resté. Leur capitale était Bakhtchisaraï ou Bagtché-Séraï. 

Les Vénitiens s'efforçèrent d'y établir des comptoirs. Ils furent supplantés par les Gênois qui s'établirent à Caffa, à Soudak et à Balaklava. Ils furent chassés au XVe siècle par les Turcs. En 1478, Méhémet II nomma Mengli Gheraï khan de la Crimée et de la Petite-Tatarie. Les Tatares, vassaux de la Porte, restèrent jusqu'au XVIIIe siècle paisibles possesseurs de la péninsule; en 1726, les Russes y pénétrèrent pour la première fois. En 1777, Souvorov chassa le khan Devlet Gheraï. En 1779, Châhin Gheraï devint tributaire de Catherine II. En 1783, la Crimée fut annexée par la Russie; la Porte reconnut cette annexion en 1784. En 1854 et 1855, elle a été le théâtre d'une lutte sanglante entre les Russes d'un côté, les Turcs, les Français, les Anglais et les Piémontais de l'autre (La Guerre de Crimée). Les dominateurs grecs, génois et tatares ont laissé des monuments fort remarquables dans la péninsule. C'est un pays très intéressant pour le touriste et pour l'archéologue. (L. Léger).

Ancienne monnaie de Crimée.
Piastre d'argent 
du khan Châhin Gheraï.
.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.