.
-

Le Brandebourg

Marche de Brandebourg. - Ancien État de l'Empire germanique, dans le cercle de Haute-Saxe, entre la Poméranie et le Mecklembourg au Nord, la Saxe et la Lusace au Sud, la Silésie à l'Est, tire son nom de la ville de Brandebourg. Ses limites varièrent, mais elles sont restées à peu près les mêmes à partir de 1455. On divisa dès lors le pays en deux grandes parties :  Marche électorale de Brandebourg et Nouvelle-Marche de Brandebourg.
La Marche électorale à son tour se subdivisait en Vieille-Marche, Marche de Priegnitz, Moyenne-Marche, Marche de l'Ucker. Leurs villes principales étaient, pour la première, Stendal, Tangermünde; pour la deuxième, Perleberg, Pritzwald, Kyritz, Wilsnack; pour la troisième, Brandebourg, Potsdam, Ruppin, Brietzen, Berlin, Charlottenbourg, Francfort-sur-l'Oder; pour la quatrième, Prenzlow, Templin, Nouvelle-Angermünde.

La Nouvelle-Marche, entre la Réga et la Warta, était divisée en 3 masses : 1° Custrin; 2° cercles primitifs, Soldin, Koenigsberg, Landsberg, etc. ; 3° cercles incorporés : Stensberg, Zullichau, Cottbus.

Ce pays, occupé d'abord par les Suèves et les Varini, et à partir du Ve siècle par les Wilzes ou Welatabs (peuple slave-venède), fut soumis par Charlemagne en 789, mais il ne le fut que temporairement. Henri l'Oiseleur les soumit de nouveau en 928, fonda la Marche du Nord ou Marche de Saxe septentrionale dite aussi Marche de Soltwedel, de la ville où résidaient les premiers margraves, et qui prit le nom de Marche de Stade (1056-1130, lorsque Udon, Ier comte de Stade eut commencé la 2e dynastie margraviale. Celle-ci fut remplacée par la maison ascanienne, dont Albert l'Ours fut le 1er margrave, 1143, et qui finit en 1320 dans la personne de Henri le Jeune. Dès le temps d'Albert l'Ours, le margraviat était devenu indépendant du duché de Saxe et fief immédiat de l'Empire. En 1247, le margrave se trouvait du nombre des princes restés électeurs. En 1259 la maison se divisa en 2 lignes, et le pays en 2 parts; mais la réunion eut lieu en 1304. De 1320 à 1415, le Brandebourg passa dans deux nouvelles maisons, celle de Bavière et celle de Luxembourg. Cette dernière le vendit en 1415 au burgrave de Nuremberg, Frédéric, de la ligne cadette de la maison de Hohenzollern (né en 1372, mort en 1440), dont les descendants l'ont conservée jusqu'au XIXe siècle.

L'électorat ne contenait alors que la Vieille-Marche, La Moyenne-Marche, Priegnitz et une partie de la Marche de l'Ucker. Frédéric II, dit Dent de Fer, acquit la Nouvelle-Marche en 1445. Ensuite vinrent Albert l'Achille, 1471; Jean le Cicéron, 1486; Joachim I, 1499 Joachim II, 1534, Jean-Georges, 1571; Joachim-Frédéric, 1598; Jean-Sigismond, 1608 (celui-ci réunit en 1618 la Prusse orientale par son mariage avec la fille d'Albert, duc de Prusse, et prit lui-même ce dernier titre); Georges-Guillaume, 1619; Frédéric-Guillaume, dit le grand électeur, 1640; Frédéric III, 1688. En 1701, l'électorat fut érigé en royaume et Frédéric III prit le titre de roi de Prusse, sous le nom de Frédéric I. A partir de cette époque l'histoire du Brandebourg se confondit avec celle de la Prusse.
.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.