.
-

Les Hirondelles
Hirundinidés
Les Hirondelles sont des Oiseaux de l'ordre des Passeriformes. Il serait bien inutile
d'indiquer ici les caractères extérieurs des Hirondelles, que tout le monde est censé connaître, si ces charmants oiseaux, au vol si léger, aux formes si élégantes, n'étaient journellement confondus avec les Martinets qui ont en apparence les mêmes moeurs et que G. Cuvier rangeait dans la même famille, celle des Fissirostres. Comme les Martinets, les Hirondelles ont le corps svelte, la tête aplatie, enfoncée dans les épaules, le bec largement fendu, les ailes aiguës, les pattes courtes, la queue plus ou moins fourchue; mais, par la structure de leur charpente osseuse, elles appartiennent à la catégorie des Passeriformes (passereaux) ordinaires et ne différent pas essentiellement d'une Fauvette ou d'un Gobe-Mouche, tandis que les Martinets offrent dans la conformation de leur sternum et de diverses pièces de leur squelette les plus étroites affinités avec les Oiseaux-Mouches et les Engoulevents et méritent de constituer avec eux un groupe tout à fait à part. 
Hirondelle de cheminée.
Une Hirondelle de cheminée
(Hirundo rustica) et son oeuf.

Les Hirondelles ont d'ailleurs des moeurs beaucoup plus douces et plus sociables que les Martinets qui sont de véritables oiseaux de rapine; elles ont un vol moins puissant, une vie moins exclusivement aérienne. Leurs ailes un peu moins développées et leurs pattes relativement un peu moins réduites leur permettent de se percher assez facilement et de prendre plus aisément leur essor, quand elles sont posées sur le sol. Au lieu des teintes enfumées qu'affectent les Martinets, elles offrent souvent sur leur plumage du bleu foncé, du vert sombre, du vert doré qui s'étend sur le sommet de la tête et les parties supérieures du corps et qui contraste avec le blanc pur ou le roux marron des parties inférieures. Parfois même le manteau est strié de blanc, le front est orné d'un bandeau blanc ou roussâtre, la croupe est traversée par une zone claire et les pennes caudales sont marquées de taches blanches. Ces pennes, d'ailleurs, sont diversement découpées et présentent des dimensions variables, les rectrices externes se prolongeant quelquefois en deux longs brins, de telle sorte que la queue parait profondément échancrée.

L'ancien genre Hirundo de Linné s'est enrichi d'un très grand nombre d'espèces et forme maintenant une famille nombreuse, la famille des Hirundinidés qui comprend plusieurs genres, Hirundo, Chelidon, Cotyle, Tachycineta, Phedina, Progne, Atticora, Petrochelidon, etc., différant les uns des autres par l'aspect des tarses, les proportions des doigts, la forme des narines et la disposition des rectrices. Trois de ces genres, Hirundo, Chelidon, Cotyle, se trouvent représentés dans la faune de France, le premier par l'Hirondelle de cheminées, le second par l'Hirondelle de fenêtres, le troisième par l'Hirondelle de rivages et l'Hirondelle de rochers.

L'Hirondelle de cheminées ou Hirondelle rustique (Hirundo rustica L.) a le corps élancé, les pattes grêles et dénudées, la queue très fortement échancrée, le manteau d'un bleu foncé à reflets pourprés, le front et la gorge d'un brun marron, bordé de noir du côté de la poitrine, le ventre d'un brun roussâtre et les rectrices marquées de blanc. 

L'Hirondelle de fenêtres (Chelidon urbica L.) a le corps trapu, la queue faiblement échancrée, les pattes emplumées, le manteau d'un bleu foncé, les parties inférieures du corps et la croupe d'un blanc pur.

L'Hirondelle de rivages (Cotyle ou Cotile riparia L.) et l'Hirondelle de rochers (C. rupestris Scop.) se distinguent des autres par une taille plus faible, leurs formes plus ramassées, leur manteau rembruni.

Ces espèces diffèrent également l'une de l'autre sous le rapport des moeurs et surtout du mode de nidification. Ainsi l'Hirondelle de cheminées fait son nid non seulement dans les cheminées, mais encore sous les corniches des maisons, dans les écuries ou sous les hangars; elle lui donne la forme d'une coupe dont les parois très épaisses sont construites grossièrement avec de la terre gâchée, des brins d'herbe et des poils et qui reçoit des oeufs d'un blanc rosé, parsemé de petites taches brunes ou violacées. Au contraire, l'Hirondelle de fenêtres niche de préférence sous les entablements, contre les chapiteaux ou dans l'embrasure des fenêtres et construit avec beaucoup d'art le berceau destiné à recevoir sa progéniture. Les parois de son nid, qui affecte une forme hémisphérique, sont toujours nettes et bien lissées et ses neufs sont d'un blanc pur. Telle est aussi la couleur des oeufs de l'Hirondelle de rochers et de l'Hirondelle de rivages qui nichent l'une dans les Alpes et les Pyrénées, l'autre au bord des rivières, dans les falaises ou dans les carrières de sable, sur divers points de la France.

Aucune de ces espèces n'est sédentaire en France, et si, par hasard, quelques individus ont pu quelquefois rester sur place durant la saison froide, la grande majorité des Hirondelles s'en va régulièrement en automne, à la fin de septembre ou dans les premiers jours d'octobre pour ne revenir qu'à la fin de mars ou au mois d'avril de l'année suivante. Elles vont passer l'hiver en Afrique, tandis que leurs soeurs du Nord de l'Asie émigrent vers l'Inde ou vers les îles malaises. Par des expériences directes, c.-à-d. en marquant au moyen d'un fil coloré quelques individus, on a pu s'assurer que les mêmes couples reviennent chaque année non seulement dans la même localité, mais à la même place et se contentent souvent de réparer le nid qu'elles ont construit ou occupé l'année précédente.

Les Hirondelles sont des oiseaux d'humeur très sociable, qui se plaisent dans le voisinage de l'humain et qui, par leur régime exclusivement insectivore, se placent au nombre des espèces les plus utiles, les plus dignes d'être protégées. Elles font durant toute la belle saison une énorme consommation de mouches, de moustiques, de papillons, de libellules et de petits coléoptères qu'elles happent au vol avec une prestesse singulière.

Il est difficile de savoir ce qui a pu donner naissance à une croyance très ancienne, dont on trouve les traces dans les récits de Pline et dans d'autres auteurs latins et qui attribue, bien à tort, il est inutile de le dire, à l'Hirondelle de fenêtres et à l'Hirondelle de cheminées le pouvoir d'ouvrir, de fortifier ou même de restituer les yeux de ses petits avec le suc âcre de la Chélidoine ou Grande-Eclaire. Toujours est-il que cette croyance a conduit les Anciens à attribuer au corps, au cerveau et aux yeux des Hirondelles d'Europe des vertus curatives pour les ophtalmies et la cataracte. Le coeur, la langue, le bec réduit en cendre, les nids, la fiente des mêmes oiseaux étaient également préconisés contre la fièvre et les maux de gorge et jusqu'au Moyen âge entrèrent dans la composition de drogues plus ou moins bizarres.

Les nids auxquels nous venons de faire allusion n'avaient du reste rien de commun avec ces nids d'Hirondelles que les Chinois recherchent pour en faire des potages. Ceux-ci, en dépit de leur nom, ne sont pas faits par de véritables Hirondelles, mais par des Salanganes, oiseaux de la famille des Martinets. (E. Oustalet).
-

Hirondelles de fenêtre.
Hirondelles de fenêtre et leur nid.
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.