.
-

Animaux > Mammifères > Primates > Hominoïdes
 
Les Gorilles
On a donné le nom de Gorille au plus grand de tous les hominoïdes, parce que l'on a supposé que les « hommes et femmes poilus » dont il est question, chez les auteurs latins, comme rencontrés sur la côte occidentale d'Afrique par le navigateur carthaginois Hannon, plusieurs siècles avant notre ère, et désignés par lui sous le nom de Gorillas, appartenaient à cette espèce. Ce grand singe est probablement aussi le Pongo de Battel (1725) que Buffon sépare déjà du Jocko ou Chimpanzé des auteurs modernes. 

Quoi qu'il en soit, c'est seulement en 1847 que Savages distingua nettement cette espèce du Chimpanzé d'après des crânes rapportés du Gabon, et la nomma Troglodytes gorilla. Peu après (1853), un magnifique exemplaire adulte conservé en chair dans l'alcool fut donné au Muséum de Paris par le docteur Franquet, et Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, après en avoir fait, de concert avec Duvernoy, une étude complète, proposa d'en former un genre distinct du Chimpanzé sous le nom de Gorilla (G. gina); le nom spécifique gina est une corruption de celui d'Engé-ena qui lui était donné au Gabon. 
-

Gorille.
Un gorille de plaine en captivité. © photo : Thierry Labat.

Jusqu'à cette époque on supposait que le Pongo n'était que le Chimpanzé très adulte. Quand on a pu comparer ces deux Singes, il n'a pu exister de doutes sur leur distinction spécifique : il n'en est pas de même de la distinction générique, et beaucoup de naturalistes ont longtemps persisté à placer les deux espèces dans le même genre Troglodytes. 

On a vu à la page sur les Chimpanzés que l'on rencontrait des individus (par exemple la « Mafuca » qui a vécu à Dresde), si bien intermédiaires entre le Gorille et le Chimpanzé qu'il était difficile de les rapporter, à n'en juger que par l'apparence extérieure, à l'un plutôt qu'à l'autre de ces deux genres. Quoi qu'il en soit, voici les caractères par lesquels le Gorille se distingue du Chimpanzé.

Le Gorille est un Singe beaucoup plus fort et plus robuste que le Chimpanzé même très adulte. Le mâle rapporté du Gabon par Franquet, et dont la peau montée se voit actuellement au Muséum de Paris, mesurait, au moment où il fut tué, 1,67 m de hauteur, 0,75 m de circonférence au cou, 1,35 m à la poitrine et 2,18 m d'envergure. Le Chimpanzé (qui dépasse rarement 1,30 m de haut) n'a jamais d'aussi fortes proportions. Extérieurement le Gorille adulte se distingue du Chimpanzé par sa face plus allongée, dépourvue de front par suite de la saillie des arcades orbitaires, toujours noire ou d'un gris de plomb, ses oreilles beaucoup plus petites; le cou est très gros et forme en arrière une saillie énorme (capuchon ou cou de taureau), par suite du développement des apophyses épineuses des vertèbres cervicales et des muscles puissants qui s'y attachent. 
-

Un gorille à dos argenté.
Un Gorille à dos argenté (Gorille de montagne).

Le pelage est entièrement noir, à l'exception des poils du front qui sont d'un brun roussâtre (chez le Gorille de plaine), et de ceux des aisselles et des aines qui tirent sur le gris. L'extrémité de la main atteint le milieu de la jambe, tandis que chez le Chimpanzé elle touche seulement le dessous du genou. Les dents sont assez différentes : la dernière molaire inférieure est pourvue d'un tubercule supplémentaire en forme de talon qui manque au Chimpanzé, et les canines supérieures sont plus saillantes et plus fortes. Il existe encore d'autres différences dans le squelette. Les doigts des mains sont plus massifs et moins allongés, et il existe au larynx des poches gutturales aussi développées que celles de l'Orang-outan. Tous ces caractères sont moins accusés chez la femelle, qui est généralement plus petite, et surtout chez le jeune, qui a la tête plus arrondie, mais se reconnaît déjà à la couleur foncée de sa face, à la petitesse de ses oreilles, à la largeur des narines, beaucoup plus ouvertes que celles du Chimpanzé. 

L'aspect de l'adulte est imposant. Sa haute taille, sa large poitrine, ses bras énormes, lui donnent une telle ressemblance avec l'humain qu'il est impossible de ne pas en être frappé. La force d'un tel animal est extraordinaire et le danger d'un corps à corps avec lui est aussi grand qu'avec un Ours de la plus grande taille. On peut s'en faire une idée en mesurant les os du bras et de l'avant-bras du Gorille comparativement avec ceux d'un homme robuste d'après E. Rollet, un homme qui aurait les bras du Gorille serait un géant de 2,55 m de haut. 

Squelette de Gorille.
Squelette de Gorille.

Les membres inférieurs d'ailleurs, quoique plus courts relativement que ceux de l'humain, n'en sont pas moins aussi robustes que les membres supérieurs. Parmi les Singes inférieurs (Cercopithéciens), les Cynocéphales et plus particulièrement le Mandrille leucophe (Mandrilla leucophœa) rappellent le Gorille par la forme allongée du crâne, leur force et leur grande taille, supérieures à celle des autres Singes de la même famille.

Le Gorille habite la région boisée de l'Afrique centrale, mais il n'est pas répandu dans toute l'étendue de cette vaste contrée. On trouve des Gorilles en Ouganda, au Rwanda, au Congo (gorilles de montagne) et au Gabon et dans les pays limitrophes (Gorilles de plaine). Vers 1830, ces derniers animaux se rapprochèrent de la mer, poussés probablement par le manque de nourriture, et c'est ce qui explique qu'on s'en soit procuré de nombreux spécimens à cette époque (on ne trouve d'ailleurs toujours pas de Gorilles de montagne dans les parc zoologiques). Ensuite, ils sont devenus beaucoups plus rares. Aujourd'hui l'espèce, chassé pour des bêtises par des braconniers, est fortement menacée d'extinction.
-


Les aires de répartition des Gorilles.

Les pays qu'habite le Gorille sont entrecoupés de vallons et de collines où poussent des arbres de haute futaie; les vallées sont tapissées d'herbes et de broussailles. Ce n'est pas la véritable forêt vierge, presque impénétrable par suite de l'envahissement des lianes parasites, mais une suite de forêts semblables à celles de l'Europe, où les buissons sont remplacés par des Scitaminées à grandes feuilles allongées et des fougères arborescentes. Le haut feuillage arrête les rayons du soleil : malgré cette demi-obscurité un air humide de serre chaude alourdit l'atmosphère. 

Le Gorille se nourrit principalement de fruits appartenant aux genres Elaeis (Chou palmiste), Parinarium, Carica (Papayer), Musa (Bananier), Amomum (Scitaminée), etc. Il est aussi friand de cannes à sucre et d'ananas sauvages, et dévalise parfois les champs de cannes et les rizières. 
-

Un jeune gorille.
Un jeune Gorille, au Rwanda. Images : The World Factbook.

Le Gorille vit en petites familles composées d'un mâle adulte, d'une femelle et de jeunes d'âges divers, la femelle n'ayant ordinairement qu'un seul petit à chaque portée. Dès que les jeunes sont en état de se reproduire, le mâle les chasse et les force à faire bande à part. L'agilité des Gorilles est très grande sur les arbres; mais, en raison de leur poids, ils ne s'avancent que prudemment sur les branches les plus faibles, en réunissant souvent trois ou quatre ensemble quand ils doutent de leur solidité. On en a vu sauter d'une hauteur de 10 à 12 m et s'élancer avec impétuosité à travers les taillis. A terre, le Gorille marche incliné en avant, appuyant ses mains sur le sol à la manière du Chimpanzé, et sa démarche est une sorte de roulis ou de balancement latéral. 

Les récits du voyageur Du Chaillu, qui tiennent plus du roman que de l'histoire, ont fait exagérer singulièrement la férocité du Gorille. En réalité ce grand Singe est de moeurs pacifiques et fuit l'humain et évite de le rencontrer; mais, lorsqu'il est attaqué, acculé et blessé, il se défend résolument, et ce que nous avons dit de sa force indique assez qu'il devient alors un adversaire redoutable. 

La question de savoir s'il existe plusieurs espèces de Gorilles a tardée a être résolue. Ces grands Singes présentent des différences individuelles ou locales dont on doit tenir compte; aussi les prétendues espèces que l'on a proposé d'établir sous les noms de Gorilla castaneiceps (Slack) et de G. mayema (Alix et Convier) doivent-elles être considérées comme purement nominales. Aujourd'hui, on ne reconnaît qu'une seule espèce de Gorille (Gorilla beringei; Gorilla gorilla avant 2000), divisée en trois sous-espèces (Gorilla beringei beringei : Gorille de montagne; G. b. gorilla : Gorille de plaine occidental; G. b. graureri : Gorille de plaine oriental). Des doutes existent sur l'opportunité de voir dans le Gorille de Bwindi une sous-espèce supplémentaire (on tend généralement à en faire un Gorille de montagne). (DGS / E. Trouessart).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.