.
-

La cuisse

La cuisse est la partie du membre inférieur qui s'étend du bassin au genou; en haut, elle est limitée par le pli de l'aine en avant et le pli de la fesse en arrière; en bas, par le bord supérieur de la rotule en avant et la partie moyenne du creux poplité en arrière. Elle a la forme d'un tronc de cône à base supérieure, plus large, et à sommet tronqué inférieur; elle est convexe en avant et concave en arrière; cette forme est due à la direction du fémur qui est aussi concave en arrière, à la présence des muscles qui sont étalés sur le fémur en avant, et qui en arrière forment deux plans divergeant vers le bas et donnent ainsi lieu à une sorte de gouttière. La direction de la cuisse est oblique de haut en bas et de dehors en dedans, par suite de l'écartement qu'elle subit en haut, où elle s'articule avec le bassin, et du rapprochement des deux genoux en bas. L'obliquité est plus grande chez la femme que chez l'homme, par suite de la largeur plus grande du bassin chez la femme. 

On considère à la cuisse un squelette et des parties molles. Le squelette est représenté par le fémur qui s'articule en haut avec l'os iliaque pour former la hanche, et en bas avec le tibia et la rotule pour former le genou. Les parties molles forment diverses régions et divers plans intéressants à connaître au point de vue anatomique et chirurgical. Nous avons déjà décrit au mot Aine la région supérieure et antérieure de la cuisse. 

Dans le reste de la face antérieure de la cuisse, on trouve les parties superposées de la manière suivante : la peau, mince en dedans, plus épaisse en dehors, recouverte de poils chez l'homme, recouvre un pannicule graisseux d'épaisseur variable; puis un fascia superficialis lamelleux; l'aponévrose-crurale, très épaisse surtout en dehors où elle se continue avec le fascia lata; elle fournit les deux cloisons intermusculaires interne et externe qui se rejoignent à la ligne âpre du fémur et séparent les muscles de la région antérieure de ceux de la région postérieure; de la face profonde de ces aponévroses partent les gaines des divers muscles de la cuisse; enfin avant d'arriver au fémur on tombe sur une couche musculaire épaisse disposée sur deux plans, un plan superficiel ou antérieur, constitué par le tenseur du fascia lata en dehors et le couturier en avant puis en dedans, et un plan profond, que forment les trois portions du triceps crural, le droit antérieur en avant, la vaste externe en dehors, et le vaste interne en dedans, puis, en dedans, les trois adducteurs et le pectiné à la partie supérieure. Cette région antérieure renferme les vaisseaux et nerfs cruraux, la veine elle nerf saphènes internes. 

La région postérieure de la cuisse ou région fémorale postérieure est constituée par les plans suivants : la peau est épaisse et doublée comme précédemment d'un pannicule graisseux d'épaisseur variable ; la peau et le tissu sous-cutané sont surtout résistants, denses, chez les cavaliers; le fascia superficialis est lamelleux et l'aponévrose surtout épaisse en dehors comme à la face antérieure. Les muscles sont, en dedans, le demi-tendineux et le demi-membraneux, en dehors le biceps. Les vaisseaux y sont de petit calibre; les artères proviennent des artères fessière, ischiatique, circonflexe, obturatrice et de la fémorale profonde, qui fournit les perforantes; les veines suivent les artères et vont se jeter dans les veines fémorales ou iliaques. On trouve à la partie profonde de la région les nerfs, grand et petit sciatiques, et l'obturateur.

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.