.
-

Les Chiens
Canis lupus familiaris
Les Chiens sont des Canidés formant une sous-espèce de l'espèce Canis Lupus à laquelle appartiennent aussi les Loups gris, les Chacals, les Coyotes et les Dingos. Cette sous-espèce présente les caractères suivants : à la mâchoire supérieure, trois fausses molaires, la molaire carnassière suivie de deux tuberculeuses; à la mâchoire inférieure, deux fausses molaires seulement et la carnassière également suivie de deux tuberculeuses; leur langue est douce et dépourvue des papilles cornées qu'on trouve sur la langue des Chats; ils ont cinq doigts aux pieds de devant et quatre à ceux de derrière; la queue recourbée. 

Dès le Néolithique (et peut-être même avant dans certaines régions), le chien a dû être le compagnon fidèle des humains; il les a suivi dans leurs migrations, dans leurs voyages; il les a défendu contre les autres animaux, s'est associé à leurs joies, à leurs misères. Aussi nous ne connaissons plus le Chien dans son état primitif, et dans les contrées où il est devenu sauvage, il descend d'individus qui ont recouvré leur indépendance, après l'avoir perdue pendant bien des générations, et ce n'est pas seulement sous ce rapport que l'action des humains s'est fait sentir sur ces animaux; car le Chien est l'exemple le plus remarquable de l'influence de la domesticité sur les formes physiques et sur les qualités de ces animaux. En effet, les différences qui les caractérisent sont immenses tant pour la taille que pour les dimensions relatives des parties, pour la nature, la couleur, la longueur, l'abondance du poil, les instincts, les degrés d'aptitude à être dressés pour la chasse, pour la garde des troupeaux, etc.

La femelle du Chien porte soixante-trois jours et met bas quelquefois jusqu'à douze petits, qui naissent les yeux fermés. Ils ne les ouvrent qu'au bout de dix ou douze jours. Les dents commencent à changer le quatrième mois, et ils ont terminé leur croissance à deux ans. La durée de vie des Chiens ne dépasse pas quinze ou vingt ans.

On connaît  l'aboiement des Chiens, leur  manière de témoigner sa joie en remuant la queue et le hérissement de son poil dans la colère. Le chien paraît être de tous les animaux le plus disposé à la domesticité et celui que l'humain a le premier adopté. On peut dire, avec Buffon, que le chien est le seul animal dont la fidélité soit à l'épreuve, le seul qui connaisse toujours son maître et les amis de la maison, le seul qui, lorsqu'il arrive un inconnu, s'en aperçoive, le seul qui entende son nom et qui reconnaisse la voix domestique; aussi, l'attachement du chien pour son maître ne souffre pas de comparaison. Nous n'en citerons pour preuve entre mille que l'exemple rapporté par Sonnini, d'un chien qui resta pendant plusieurs années fixé sur le tombeau de son maître au cimetière des Innocents, sans qu'on pût l'en arracher par les caresses et les bons traitements, ni par la contrainte, et cela malgré l'intempérie des saisons et la rigueur des hivers. 
-

Chiens.
En haut : un Saint-Hubert et un Griffon vendéen; 
en bas un Dandie-Dinmont.

Les races de chiens

Les races de chiens sont d'une étude très difficile, à cause des innombrables croisements qui se sont produits entre ces animaux. Les classifications zoologiques qui ont été proposées ne sont que de pure convention. Certaines reposent sur l'identifications de caractères morphologiques, surtout d'après la forme de la tête, et c'est d'après ces caractères que Frédéric Cuvier a été conduit à former  trois familles principales, qu'il désigne par le nom de leur race type; savoir : les Mâtins, les Epagneuls, les Dogues. L'usage actuel, basé sur des principes similaires, conduit à reconnaître quatre groupes : les lupoïdes (ressemblant aux loups), les braccoïdes (ressemblant aux braques), les molossoïdes (ressemblant aux molosses) et les graïodes (lévriers). Nous adopterons ici la division établie par le naturaliste Stouchenge, largement aussi arbitraire que les précédentes, mais qui a le mérite d'assumer explicitement la part de subjectivité qu'elle véhicule et son caractère anthropocentré, en établissant des groupes basés sur l'utilité pratique de ces animaux et l'histoire de leur domestication. 

Chiens sauvages, redevenus sauvages ou demi-sauvages.
Dans ce groupe, qui réunit des Chiens chassant en troupes nous trouvons : le Dingo   ou chien d'Australie, le Buansu ou chien de l'Himalaya, le Dhole (Dole) ou Colsun, qui vit également à l'état sauvage dans les jungles de l'Inde,  l'Aguara ou chien des Pampas de l'Amérique, l'Adjack ou chien rutilant, le Chien caberu, le Dinh, le Kararahe, le Chien des Hare-Indiens, les Chiens marrons de l'Europe méridionale, les Chiens marrons d'Égypte, les Chiens marrons dits de Constantinople, les Chiens tartares et les Chiens de la Russie méridionale.

Le Chien d'Australie, Warrigal ou Dingo (Canis lupus dingo) a été amené en France par Péron, et F. Cuvier nous a laissé une description remarquable : quoique ayant beaucoup de traits de ressemblance avec le chien de berger, il avait la tête du mâtin, telle qu'elle a été décrite. Ses mouvements étaient très agiles, et son activité prodigieuse lorsqu'il était libre; ce cas excepté, il dormait toujours; chose remarquable, il ne savait pas nager. Il se jetait sur la personne qui lui déplaisait, et surtout sur les enfants, sans aucun motif apparent; il affectionnait particulièrement celui qui le faisait jouir le plus souvent de sa liberté. Il était du reste fort indocile, et le châtiment l'étonnait et le révoltait. La viande crue et fraîche était ce qu'il mangeait le plus volontiers; il ne refusait pas le pain et goûtait avec plaisir les matières sucrées.
Chiens domestiques chassant à vue et tuant le gibier pour l'homme.
Cette catégorie comprend les mâtins (mâtins, danois, dalmatiens) et les lévriers : 

Les mâtins.
Les mâtins ont pour caractères : les os pariétaux tendant à se rapprocher d'une manière insensible, en s'élevant des temporaux; les condyles de la mâchoire inférieure placés sur la même ligne que les dents molaires. Leur intelligence n'est pas très développée; on peut les dresser pour la chasse, surtout pour celle qui demande de la force et du courage. 

On distingue les mâtins proprement dits, les danois et les dalmatiens : 

a) Les mâtins proprement dits.
Ces chiens sont grands, vigoureux, légers, leurs oreilles sont à demi pendantes. Ils sont de grande taille, le front aplati; le museau allongé, les jambes longues et fortes, la queue recourbée en haut, le poil assez court. Ils sont très susceptible d'attachement pour leur maître et précieux pour la garde. On leur rattache less rottweillers (bouviers allemands), descendants des mâtins romains.
b) Les danois.
Les chiens danois, qui sont considérés comme métis du lévrier et du mâtin, sont de grands et beaux chiens, à jambes élancées, aux oreilles droites et courtes, un peu pendantes, le museau est pointu; ces chiens sont communs au Danemark et en Russie; en Angleterre le danois est le compagnon fidèle des chevaux
-
Chien danois.
Danois.

c) Les dalmatiens.
Le chien de Dalmatie ou dalmatien ressemble beaucoup au précédent, mais sa taille est plus forte. 

Les Lévriers.
Les lévriers sont les chiens les plus légers et les plus sveltes; ce sont des chiens à taille élancée, ayant le ventre rentré, les jambes hautes et fines; les oreilles droites et dirigées en arrière, légèrement tombantes à la pointe; la tête est effilée, le museau pointu, la queue longue, grêle et faiblement recourbée. Leur intelligence laisse à désirer, mais leur beauté est remarquable et  ils courent admirablement. On les dresse à chasser le lièvre en plaine. Leur attachement pour leur maître est médiocre. 
-
Lévrier.
Lévrier grec.

Dans ce groupe, on rencontre : le chien nu ou lévrier d'Afrique, le lévrier de Grèce, le lévrier du Kordofan, le Sloughui ou lévrier d'Arabie, le lévrier de Perse, le lévrier italien ou levron, le lévrier des Baléares, le chien nu de Chine, le lévrier russe, le lévrier de Tartarie, le lévrier du Kurdistan ou du Taurus, le lévrier d'Irlande, le lévrier d'Écosse et  le chien de braconnier. Certains ont le poil ras (lévrier italien, le lévrier des Baléares, etc.), d'autres le long poil (lévrier russe, lévrier d'Ecosse).

Chiens domestiques chassant au nez, trouvant et tuant le gibier.
C'est un groupe nombreux qui comprend les subdivisions suivantes :

Les chiens courants.
Les chiens courants comprennent les belles et précieuses espèces désignées par les chasseurs sous le nom de chien courant du Sud, chien courant du Nord et Talbot, chien de Saintonge, chien de Gascogne, chien de l'Ariège, chien du Poitou, chien normand, chien d'Artois, chien de Vendée, chien courant de Russie ou chien de Kostroma, chien courant suisse, chien de cerf, chien de renard (foxhound), harrier ou chien de lièvre anglais, beagle, beagle Kerry, briquet ou chien de lièvre, chien poursuivant, chien de sang ou chien de Saint-Hubert, chien de sanglier.

Les bassets.
Les chiens bassets sont remarquables par leurs jambes courtes et torses la plupart du temps; on les emploie pour la chasse au bois, notamment pour le lièvre, le renard, le sanglier et surtout le blaireau. Leur stature est basse et les fortes griffes qui arment leurs pattes les rendent énormément favorables à la chasse des animaux qui terrent; ils sont très vigoureux et offrent une grande résistance à la fatigue. Citons : le basset proprement dit, le basset tourne-broche, le basset de loutre, le basset à poils ras, le basset d'Écosse, le basset de Burgos, le basset de Saint-Domingue.

Les terriers.
Les chiens terriers, de petite taille, vifs, courageux, au museau fort, un peu court, aux oreilles petites, droites, demi-pendantes, les jambes sont courtes mais droites. Il y a des terriers à poil ras, par exemple, le terrier anglais, et le fox-terrier, et des terriers à long poil, par exemple le Skye-terrier (qui peut aussi être rangé parmi les bassets) et le Dandie-Dinmont.

Chiens domestiques découvrant le gibier au nez mais ne le tuant pas.
Dans ce groupe on peut établir trois divisions : 

Les chiens d'arrêt
Les chiens d'arrêt ou chiens couchants sont ceux qui s'arrêtent devant le gibier. Ils sont nombreux, et l'on peut distinguer parmi eux deux subdivisions principales : les épagneuls et les braques.

a) Les épagneuls.
Les épagneuls ont le nez court, les oreilles pendantes, les poils longs et soyeux; parmi ces chiens il faut citer les grands épagneuls chasseurs (épagneul de Pont-Audemer, épagneul soyeux ou grand épagneul, épagneul sauteur, chien de bécasse, épagneul d'eau) et les springers et cockers (petit épagneul à tête ronde) ou petits épagneuls chasseurs (épagneul de Clumber, épagneul de Sussex, cocker anglais, cocker du pays de Galles, cocker de Devonshire) et king Charles.
Le king Charles est, à vrai dire, un chien d'agrément plutôt qu'un chien de chasse; c'est un petit épagneul minuscule, il a le museau court et la tête remarquablement ronde, les yeux proéminents, les oreilles tombantes et couvertes de longs poils ondulés, traînant jusqu'à terre. 
b) Les braques.
Les braques ou chiens d'arrêt à poil ras composent la plus grande partie des meutes; il en existe une grande variété, mais il est facile au veneur expérimenté de les retrouver au premier coup d'oeil. Cette variété de chien diffère du chien courant par un corps plus épais, des jambes plus longues, un museau moins long, des oreilles plus courtes, à demi pendantes, et une queue plus charnue. Le braque est blanc ou tacheté de noir et de fauve; il n'a pas de rival pour découvrir la trace des cailles et des perdrix. On l'emploie principalement dans la chasse au lièvre, au faisan, etc. Ce groupe comprend les races suivantes : braque français, braque anglais ou pointer, braque Dupuy, braque Picard, braque sans queue du Bourbonnais, braque d'Anjou, braque de Navarre, braque bleu d'Italie, braque d'Espagne, braque d'Allemagne.
Parmi les autres chiens d'arrêt, on peut aussi mentionner : le chien couchant anglais ordinaire, le chien couchant irlandais, le chien couchant écossais, le chien couchant noir, le chien docile, le setter écossais et irlandais, le setter de Russie, le chien d'eau.
-

Un épagneul Pont-Audemer et, à droite, un setter laverack.

Les griffons.
Les griffons sont des chiens à tête plus ronde et plus courte que celle de l'épagneul, les poils sont hérissés et cachent presque entièrement les yeux; les métis de griffons et de terriers (griffon terrier), sont employés à la chasse au renard. On emploie aussi des métis du griffon et de l'épagneul. Ce sont de bons chiens qui ont conservé en partie le caractère obstiné du griffon. Principaux types de griffons : Griffon vulgaire ou ratier, Bull-terrier, Terrier noir et feu, Petit terrier anglais, Griffon terrier ou de renard, Griffon de Bresse, Griffon fauve de Bretagne, Bouffe, Griffon singe et Dandie diamant.

Les barbets ou caniches.
Les barbets ou caniches ont la tête ronde, le poil laineux, long et frisé, le pelage est blanc ou noir. Ce sont, paraît-il, les plus intelligents de tous les chiens. Les barbets apprennent facilement tout ce qu'on veut leur enseigner et sont excellents pour rapporter. On les emploie rarement pour chasser en plaine, mais comme ils aiment beaucoup l'eau, qu'ils nagent avec facilité, ils peuvent rendre, dans les pays de marais, de bons services pour la chasse des oiseaux aquatiques. On citera dans ce groupe : le caniche proprement dit (barbet), le bichon des Baléares, le caniche nain, le chien lion et le chien de Bologne.

Chiens de garde, chiens de luxe, chiens d'appartements, etc. 
Dans cette division, nous trouvons encore plusieurs groupes, parmi lesquels les dogues, les chiens de berger et les chiens-loups : 

Les dogues.
Le groupe des dogues est caractérisée par le raccourcissement du museau, le rapetissement du crâne et le développement des sinus frontaux; ils ont les formes pesantes, l'intelligence bornée et sont en général d'une fidélité remarquable. 

a) Les molosses.
Le molosse est caractérisé par une tête énorme, due à l'écartement des branches maxillaires, les lèvres sont larges et pendantes, le museau raccourci, le nez fendu, la poitrine large, les reins forts et la queue droite; sa force est colossale et il défend son maître avec un courage admirable. A ranger ici : le dogue proprement dit, le chien de chambre et le chien de corps.

b) Les bouledogues.
Le  bouledogue est caractérisé par une tête ronde, un crâne fortement déprimé, des oreilles dressées, le museau court, le nez retourné, les mâchoires énormes; c'est en Angleterre qu'on trouve les plus beaux. Le bouledogue est très propre aux fonctions de gardien à cause de sa force, de sa vigilance et de sa hardiesse, mais il a peu d'intelligence et d'attachement pour son maître. 
-

Bouledogue.
Bouledogue.

On rangera dans cette catégorie assez hétérogène : le chien doguin, le bouledogue proprement dit,  le chien du Mexique, le chien de la havane, le mastiff anglais (dogue anglais), boxer (race issue du croisement du mastiff et du dogue du Brabant) dogue de Bordeaux, le dogue espagnol, le chien carlin, le chien d'Alicante et le dogue du Tibet (descendant des Molosses sumériens et égyptiens).

Le chien de la Havane ou chien de Malte est de petite taille, au corps allongé, à tête ronde, à oreilles courtes et tombantes; la queue est relevée et tombe sur la hanche, les poils sont longs et soyeux, on l'appelle encore bichon.

Le carlin est un étrange petit chien, encore appelé mopse, assez répandu en Angleterre. C'est un bouledogue en miniature, qui est bien plus trapu, bas sur ses pattes, à tête ronde, à museau obtus, la queue est enroulée en trompette et recourbée sur l'un des côtés.

Les chiens de berger
Dans ce groupe nous avons les chiens de bergers proprement dits, les chiens de berger écossais ou colleys, les chien de berger anglais, les chien des Grisons ou chiens bergamasques. 
-
Colley.
Colley.
Les chiens de berger sont de taille moyenne, leurs oreilles sont courtes et droites, la queue horizontale ou pendante, les poils longs. En général ils sont  noirs. Il sont peu sociables, mais s'attachent à leur maître. On sait combien ils montrent d'intelligence pour la garde des troupeaux.
On peut aussi leur joindre les Terre-Neuve et les Saint-Bernard :
Les chiens de Terre-neuve sont des chiens à tête large et longue, oreilles pendantes, à long poil, à queue longue, touffue et tombante; les doigts sont en partie palmés, aussi sont-ils d'excellents nageurs. Cette race de chiens, qui rappelle le dogue du Tibet a été créée à la fin du XVIIIe siècle par le croisement de labradors et de chiens norvégiens.

Les chiens du mont Saint-Bernard, que l'on pourrait aussi ranger dans le groupe des bouledogues, sont de grands chiens au museau court et large, aux pattes fortes et robustes, à pelage long et soyeux; ils ressemblent aux Terre-Neuve, mais leur taille est un peu plus forte. On entretient de ces admirables bêtes sur le Saint-Gothard, au Simplon, à la Grimsel.

Les chiens-loups
Les chiens-loups peuvent être des chiens de garde, des chiens de berger ou même des chiens de trait, comme ceux employés par les populations de l'Arctique pour tirer leurs traîneaux. On range parmi eux le chien-loup italien, le chien des Alpes, le Chien-loup proprement dit ou chien de Poméranie, le chien chinois, le chien du chalet ou du fruitier, le chien lapon, le chien esquimau, le chien du Kamtchatka, le chien de Sibérie.
Le chien-loup proprement dit ou chien de Poméranie, encore appelé loulou, de petite taille, au museau pointu, à oreilles droites, la queue est touffue. On l'appelle encore chien-renard, à cause, de sa ressemblance avec cet animal. Les plus petits sont appelés roquets
Il existe encore une multitude de variétés de Chiens qui sont le résultat soit des différents croisements, soit des contrées qu'ils habitent, soit du milieu dans lequel ils vivent, soit enfin d'une multitude d'autres influences modificatrices. (Albert Larbalétrier / DGS / A.E. Brehm).
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.