.
-

Animaux > Mammifères > Cétartiodactyles > Ruminants
Les Bovidés
Bovidae
Les Bovidés (Boeufs, Antilopes, Chèvres, etc.)  constituent un groupe de Mammifères artiodactyles ruminants. Ce groupe correspond aux cavicornes des anciens auteurs, ainsi appelés de leurs cornes creuses, non caduques, habillant les cornillons osseux de l'os frontal. On divise les bovidés en 7 sous-familles : Bovinés, 5 familles d'Antilopes, les Caprinés.
-
Bovinés (Boodontes) Bovins (Boeufs lato sensu)
Bisons : Bison bison = bison d'Amérique, Bison bonasus = bison d'Europe; disparus : Bison antiquus, Bison latifrons, Bison priscus.

Bos (Boeufs stricto sensu) : Aurochs; Yaks; Taurus (Taurins) (boeufs domestiques, zébus).

 Buffles : Bubalus  (Buffles d'Asie, Tamaraw);
 Syncerus (Buffles d'Afrique).

Anoa (Anoa de montagne, Anoa de plaine).


Antilopes
Tragélaphinés :
Tragelaphes (Koudous, Sitatunga (Guibs d'eau), Nyala), Taurotragus (Elands), Boocercus (Bongos).
Boselaphinés
Boselaphus (Nilgauts), Tetracerus (Tétracères, Chousinghas). 
Antilopes Antilopinés (Antilopes vraies) : Antilope cervicapre; Gazelles; Antidorcas (Springboks); Saïgas; Ammodorcas; Litocranius.

Néotraginés (Antilopes naines) : Madoqua (Dik-diks), Ourébis (Bleeboks),  Raphicerus (Steenboks), Oréotragues (Sassa), Dorcatragus (Antilope beira).

Hippotraginés : Cobs (Kobus, Redunca); Pelea (Chevreuil-bouc), Hippotragus; Oryx; Addax

Alcelaphinés : Gnous; Bubales; Damalisques; Impalas.

Cephalophinés : Céphalophes

Caprinés Capra (chèvres, bouquetins, yanghirs); Ovis (moutons et mouflons); Hemitragus (jharals, thars d'Arabie et des Nilgiri); Pseudois (bharals ou moutons bleus); Rupicapra( (chamois, isards); Ovibos (boeufs musqués); Ammotragus  (mouflon à manchettes); Budorcas (takins); Oreamnos (chèvres de montagne); Naemorhedus (chèvre de Taïwan, du Japon, bouquetin du Népal, Goral, Serow); Pantholops (Chiru).

Bovinés.
Les Bovinés sont une sous-famille que la systématique actuelle divise en trois tribus : les Bovini (ou Boeufs) et deux tribus rangées dans le groupe des Antilopes, les Tragelaphini  (Tragélaphinés) et les Boselaphini (Boselaphinés).

Boeufs
Cette tribu comprend, outre les Boeufs stricto sensu et les Buffles, les Anoas, les Yacks, les Bisons, etc.

Les Boeufs sont des ruminants grands, forts et lourds, caractérisés par des cornes plus on moins lisses et arrondies, par un museau large, à narines très écartées, par une queue longue, touffue à son extrémité, atteignant l'articulation tarsienne, par l'absence de fossettes lacrymales et de glandes unguéales. La plupart ont un fanon. Le squelette est fort et lourd, le front large, le museau un peu aminci; les orbites sont très écartées; les saillies frontales qui portent les cornes naissent des parties latérales et postérieures du crâne. Les vertèbres cervicales sont courtes, à apophyses épineuses, longues; il y a de 13 à 15 vertèbres dorsales; le diaphragme s'insère au niveau de la douzième ou de la quatorzième vertèbre; les vertèbres dorsales sont au nombre de 6 ou 7 ; le sacrum est formé de 4 à 5 pièces soudées; il y a jusqu'à 19 vertèbres caudales. 
-

Bisons américains s'abreuvant à une rivière.
Bisons d'Amérique (Bison bison). Photo : Phyllis Cooper/USFWS.

Les dents ne présentent aucune particularité remarquable. D'ordinaire, les incisives internes sont les plus grandes, les externes les plus petites. Elles sont larges, en forme de pelle, mais elles s'usent rapidement. Les molaires sont au nombre de quatre paires; les antérieures sont les plus petites; les postérieures ont un grand développement : la forme de la surface de mastication varie suivant les espèces. 

Les cornes sont surtout caractéristiques. Elles sont lisses, arrondies, avons-nous dit, et quand elles portent des rugosités transversales, ces rugosités n'existent qu'à la racine. Chez quelques espèces seulement, les cornes sont gonflées à la base, de manière à recouvrir le front : en général, elles le laissent à découvert. Elles se recourbent de différentes manières en dehors ou en dedans, en avant ou en arrière, en haut ou en bas; parfois, elles affectent la forme d'une lyre.

Les poils sont d'ordinaire courts et couché; dans quelques espèces, ils sont très longs, au moins sur certaines parties.

Ces animaux sont répandus sur toute la surface du globe, au moins à l'état domestique. Les espèces sauvages habitent les endroits les plus divers, les forêts touffues aussi bien que les steppes nues et les déserts; les unes vivent dans la plaine, les autres dans les montagnes, jusqu'à des altitudes dépassant les 5000 m au-dessus du niveau de la mer. Quelques-uns préfèrent les marais, d'autres les lieux secs. Beaucoup mènent une vie errante; le plus petit nombre est sédentaire. Les espèces des montagnes descendent en hiver dans les vallées; celles qui habitent le nord se dirigent à la même époque vers le sud, chassées, comme les premières, par le manque de nourriture.

Tous les Boeufs sont des animaux sociables; ils se réunissent en troupeaux nombreux, de plusieurs milliers d'individus même. A la tête de chaque troupeau se trouve un individu des plus forts et des plus expérimentés; quelquefois, les chefs brutaux sont expulsés de la bande.
-

Vache domestique (Guernesey).
Vache domestique (variété de Guernesey).

Les Boeufs ont des habitudes diurnes, et se reposent pendant la nuit. Quoique lourds et lents en apparence, ils peuvent cependant se monvoir rapidement, et avec plus d'agilité qu'on ne pourrait le croire. Ordinairement, ils marchent au pas, lentement; mais ils peuvent trotter rapidement, et prendre parfois un galop précipité; ceux qui habitent dans les montagnes, grimpent très bien, et peuvent faire des bonds considérables. Tous savent nager; quelques-uns traversent facilement les cours d'eau les plus larges. Leur force est considérable, leur persévérance surprenante.

L'odorat est de tous leurs sens le plus développé; l'ouïe est bonne; mais la vue est assez mauvaise. Leurs facultés intellectuelles sont très bornées, mais moins chez les espèces sauvages, que chez les espèces domestiques, qui n'ont pas besoin de faire des efforts d'intelligence.
--

Gayals.
Zébu.
Gayals (Bos frontalis).
Zébu (Bos taurus indicus).
---
Buffles d'Asie.
Zébu.
Buffles d'Asie (Bubalus bubalis).
Petit Zébus sans cornes (B. t. i. ecornis).

Le caractère de ces Bovidés est très variable. En général, ils sont doux; confiants vis-à-vis de tous les animaux qui ne leur sont ni dangereux ni à charge; mais ils peuvent se montrer sauvages, têtus et courageux. Excités, ils attaquent sans hésiter les Mammifèresles plus dangereux; ils se servent de leurs armes terribles avec tant d'agilité qu'ils sortent souvent vainqueurs de la lutte. Ils vivent entre eux en bons rapports; mais, à certains moments et notamment à l'époque du rut, les mâles se livrent de terribles combats.

Leur voix est un mugissement plus ou moins éclatant, ou une sorte de grognement qu'ils poussent quand ils sont excités.

Quelques espèces exhalent une odeur de musc, assez pénétrante, chez le mâle, pour en imprégner toute la chair et la rendre immangeable. Les espèces domestiques n'ont cette odeur que très faiblement.

Les  Bovinés se nourrissent de plantes de différentes espèces. Ils mangent des feuilles, des bourgeons, de jeunes pousses, des rameaux, des herbes, de l'écorce, de la mousse, des lichens, des plantes aquatiques et marécageuses, des roseaux à feuilles tranchantes. En captivité, on les nourrit de toutes sortes d'herbes. Tous sont très friands de sel. Ils ont besoin d'eau. Beaucoup se vautrent avec plaisir dans la vase, ou se couchent des heures entières dans les cours d'eau et les étangs.

Au moment du rut, les mâles se battent avec acharnement. Neuf ou douze mois après l'accouplement, la femelle met bas un petit, très rarement deux. Celui-ci naît parfaitement formé, et bientôt il est en état de suivre sa mère, qui le soigne avec beaucoup de tendresse, l'allaite, le nettoie, le lèche, le caresse, et, en cas de danger, le défend avec un courage téméraire. De trois à huit ans, le petit est adulte, et apte à se reproduire. 

Antilopes.
On donne le nom d'Antilopes à des Bovidés appartenant à plusieurs familles (ainsi qu'à deux sous-familles de Bovinés). En général, on peut dire que ces animaux son élancés, avec des formes des Cervidés. Ils ont les poils courts et couchés, les cornes plus ou moins tortueuses. Les diverses espèces ont entré elles beaucoup d'analogie : la forme des cornes, des sabots, de la queue, quelques variations dans le pelage, peuvent seules les distinguer. Mais le nombre des Antilopes est tel, que les extrêmes ne paraissent plus avoir de rapports; les différences vont croissant, en effet, à mesure que le nombre des espèces augmente.

On trouve dans ce groupe des animaux qui rappellent les uns les Boeufs, les autres les Chevreuils, ceux-ci les Chevrotains, et ceux-là les Chevaux; la queue est tantôt longue comme chez le Boeuf, ou courte comme chez le Cerf. La nuque porte une petite crinière; les poils s'allongent autour de la bouche, de manière à former une barbe, comme chez les chèvres. Les cornes s'infléchissent, se tournent, se tordent de diverses manières; elles affectent la l'orme d'une lyre; elles sont contournées en pas de vis, ou plus ou moins droites; elles sont rondes, anguleuses, comprimées; leur pointe est portée en avant ou en arrière, en dehors ou en dedans. Les rugosités transversales qui indiquent la croissance de la corne sont plus ou moins indiquées. Dans un genre, il y, a quatre cornes; dans un autre, chaque corne présente une enfourchure comme chez les cerfs.
-

Eland.
Eland. Photo : Gary Stoltz/USFWS.

Quant à la conformation interne des Antilopes, on peut dire, en général, qu'elle rappelle le type des Cerfs. La femelle a deux ou quatre mamelons, exceptionnellement cinq. Elle ne met bas qu'un petit par portée, rarement deux; la durée de la gestation est de six mois en moyenne. Le jeune est adulte à quatorze ou dix-huit mois, il en est même qui sont aptes à se reproduire avant cet âge.

Ces animaux sont répandus dans toute l'Afrique, dans l'Asie et L'Europe centrales et méridionales, et dans l'Amérique du Nord. La plupart vivent dans les plaines; d'autres préfèrent les hautes montagnes, et montent jusqu'à la limite des neiges éternelles; les uns recherchent les forêts clairsemées, les autres les taillis touffus, d'autres encore les marais et le voisinage de l'eau. Les grandes espèces se réunissent en troupeaux, souvent excessivement nombreux, les petites vivent en sociétés moins grandes, ou deux à deux. Ils ont des habitudes à la fois diurnes et nocturnes, ce qui les distingue des Cerfs.

Leurs mouvements sont vifs, légers et très gracieux. Un troupeau d'Antilopes est toujours un spectacle charmant. Il en est beaucoup qui surpassent tous les autres mammifères en rapidité, et les cerfs en élégance. Ils ont besoin d'air, de lumière, de liberté; aussi peuplent-ils le désert, et animent-ils les solitudes. Quelques uns seulement sont lourds, et se fatiguent rapidement; les autres ne font que s'exciter davantage par le mouvement. Leurs sens sont très développés, surtout la vue, l'ouïe et l'odorat. Ils sont curieux, mais vigilants, et ne s'abandonnent jamais à un repos insouciant. Ils mettent à profit l'expérience. Une fois qu'ils ont été poursuivis, ils placent des sentinelles et deviennent méfiants au premier chef. Ils sont gais, vifs, joueurs, sans être capricieux. Beaucoup sont très paisibles, d'autres très belliqueux. Les uns bêlent, les autres gémissent ou sifflent; en dehors de l'époque du rut, ils font rarement entendre leur voix.

Les Antilopes ont un régime végétal : elles se nourrissent d'herbes, de feuilles, de bourgeons, de jeunes pousses. Quelques-unes sont très sobres et se contentent de la nourriture la plus pauvre, de quelques lichens. Lorsqu'elles ont des plantes vertes à manger, elles peuvent se passer de boire pendant longtemps. Les espèces qui vivent dans le désert.
-

Chiru.
Chiru (Pantholops Hodgsoni).

Caprinés.
Les Chèvres et les autres Caprinés (Moutons, Chamois, Boeufs musqués, etc.) sont des Ruminants de moyenne taille; ils ont le corps gros, fort, les jambes vigoureuses, peu élevées; le cou ramassé, la tête relativement courte, le front large, les yeux grands et vifs; les oreilles dressées, pointues, très mobiles. Les cornes existent chez les deux sexes; elles sont à deux ou quatre pans arrondis, à stries d'accroissement annuel bien marquées; elles se recourbent simplement en arrière, en demi-cercle, ou se contournent au sommet en forme de lyre. Celles des mâles sont plus fortes que celles des femelles. Les fossettes lacrymales font toujours défaut. La femelle a deux mamelons. La fourrure est un fin duvet recouvert de soies grossières. Chez plusieurs espèces, les soies sont assez épaisses; chez d'autres, elles forment une crinière ou une barbe. La robe est foncée, de couleur de terre ou de roche, généralement brune ou grise.

Les Caprinés habitaient originairement le centre et le sud de l'Asie, l'Europe, le nord de l'Afrique; aujourd'hui, quelques espèces sont répandues sur toute la surface de la terre. 

Les Caprinés vivent sur les montagnes, où ils recherchent les lieux les plus sauvages, les plus solitaires; plusieurs espèces montent jusqu'au delà de la limite des neiges éternelles. Ils se tiennent dans les pâturages secs, exposés au soleil, dans les forêts clairsemées, les bruyères, les rochers qui s'élèvent au milieu des neiges et des glaces. En hiver, ils descendent vers la plaine.

Les Caprinés sont des animaux sociables, lestes, vifs, toujours en mouvement, prudents, rusés même. Ils courent, sautent sans cesse et, ne se couchent que pour ruminer. Les vieux boucs bannis des troupeaux, vivent solitaires. Quoique les capridés rôdent la nuit, ils ont cependant des habitudes plus diurnes que nocturnes. Leurs qualités se manifestent dans toutes les occasions. Ils sautent et grimpent avec une grande agilité, et font preuve d'un courage, d'un jugement, d'une résolution remarquables. Ils marchent d'un pied sûr dans les endroits les plus périlleux; ils regardent avec indifférence au fond des abîmes les plus affreux; exempts de vertige, ils se tiennent sur les crêtes les plus étroites; ils broutent avec une témérité sans égale dans les lieux les plus dangereux; ils ont en outre une très grande vigueur et résistent longtemps à la fatigue. Ils sont donc propres à habiter un pauvre domaine, où le moindre chaume, la plus petite feuille ne s'achètent qu'au prix des plus grands efforts. Ils aiment à jouer entre eux, et sont prudents et craintifs vis-à-vis des autres animaux. Au moindre bruit ils prennent la fuite, sans que l'on puisse dire cependant qu'ils soient peureux; car, au besoin, ils combattent avec courage et vaillance, et paraissent même prendre un certain plaisir à la lutte.
-

Mouflons de Corse (mâle et femelle).
Mouflons de Corse (Ovis orientalis musimon).

Ces animaux se nourrissent de toutes les plantes savoureuses qui croissent sur les montagnes. Ils sont gourmands, choisissent les meilleurs morceaux, savent parfaitement trouver les bons pâturages, et à cet effet voyagent souvent d'un endroit à un autre. Tous aiment le sel et recherchent les endroits où ils en trouvent. Ils ont besoin d'eau et fuient les lieux où il n'y a ni sources ni ruisseaux.

L'ouïe, la vue et l'odorat, sont bien et également développés chez les Caprinés; cependant la vue est peut-être le sens le moins parfait. Leur intelligence est assez grande; leur mémoire n'est pas remarquable, mais ils savent profiter de l'expérience et éviter avec beaucoup de prudence les dangers qui les menacent. Certaines espèces sont capricieuses, d'autres sont agressives.

Le nombre des petits varie d'un à quatre. Les espèces sauvages n'en ont jamais plus de deux; les espèces domestiques en ont rarement quatre. Les petits naissent bien développés, les yeux ouverts, et peuvent suivre leurs parents quelques minutes après la naissance. Dès le premier jour de leur vie, ils courent dans la montagne avec autant de hardiesse et de sécurité que les vieux individus. (AE Brehm).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

©Serge Jodra,  2010 - 2015. - Reproduction interdite.