.
-

La biosphère
L'écosphère
On donne le nom de biosphère à la partie de notre planète où se rencontrent les organismes vivants qui la peuplent. Cela inclut la basse atmosphère, toute la partie de la croûte terrestre la plus proche de la surface (pédosphère, partie supérieure de la lithosphère), ainsi que les océans et les mers (hydrosphère). 

On a proposé d'utiliser le terme d'écosphère pour désigner la biosphère lorsqu'on envisage celle-ci non pas seulement en tant qu'espace, mais en tant qu'écosystème (ou ensemble de tous les écosystèmes), c'est-à-dire lorsqu'on s'intéresse à l'ensemble des processus en jeu lors des interactions entre les différents organismes vivants et leur environnement. Cela implique d'étendre l'étude à l'atmosphère dans sa totalité, puisque sa composition en oxygène (O2 et O3) découle entièrement de l'activité photosynthétique des plantes, et que les rejets dûs aux activités humaines (gaz à effet de serre, CFC et autres polluants) ont également un impact global. Cela revient aussi à ajouter la dimension temporelle et dynamique à l'étude de cette biosphère et à l'envisager comme le résultat de processus à l'oeuvre depuis près de quatre milliards d'années, c'est-à-dire depuis que la vie est apparue sur la Terre.

La biosphère peut être subdivisée de diverses façons. Au niveau le plus général, on distingue deux sub-biosphères ou mégabiomes : la géobiosphère, qui rassemble les biomes ("milieux") terrestres, et l'hydrobiosphère (biomes aquatiques). A un niveau inférieur, on définit les biomes proprement dits : forêts, toundras, steppes, déserts, mangroves, etc. Les écosystèmes étant les unités écologiques dont sont constitués les biomes.

Un biome est à la fois un espace géographique et un écosystème (ou plus exactement un ensemble d'écosystèmes) qui se définit à partir de la faune et de la flore qu'il le peuplent de façons prédominante et préférentielle. La faune d'un tel espace est largement tributaire de la végétation qu'on y trouve (il y a toujours une partie des animaux qui se nourrissent de plantes...); la végétation, quant à elle découle en grande partie de conditions non biologiques (abiotiques), telles que la climatologie et la pédologie, et on la caractérise en distinguant les grand types de végétaux (arbres, arbustes, herbes), et leur espacements des différents types présents (ce qui permet de distinguer par exemple une forêt et une savane).

Le tableau ci-dessous vise à donner une idée des principaux biomes considérés habituellement. On trouvera des informations complémentaires aux pages signalées par des liens, ainsi qu'aux pages consacrées à la géographie botanique et à géographie zoologique.

Forêts Forêts subarctiques Forêts de conifères (taïga, en Russie)
Forêts tempérées de conifères
Forêts tempérées Forêts de feuillus 
Forêts humides (feuillus ou conifères)
Forêts mixtes (espèces décidues et sempervirentes mélangées) : forêts méditerranéennes ou sclérophylles (bois, broussailles); forêts de feuillus et de conifères
Forêts tropicales
et subtropicales
Forêts pluviales équatoriales
Forêts de mousson (sèches par périodes)
Forêts tropophiles (forêts tropicales sèches)
Fôrets tropicales de conifères (forêts de pins, forêts de cyprès).
Formations herbacées Savanes Savanes herbeuses (Llanos ,en Amérique du Sud).
Savanes arbustives
Savanes épineuses, broussailles
Landes, bruyères
Prairies
Steppes Steppes proprement dites, pampas, veldt, etc. selon les régions
Toundras Toundras arctiques
Toundras alpines (hauts plateaux)
Déserts Déserts froids Glaces : glaciers, inlandsis
Rochers
Déserts chauds Désert de sable (erg, au Sahara) 
Désert de roches (reg, hammada, sérir, au Sahara)
Oasis
Terres cultivées Terres labourées, vergers, rizières, pâturages, etc.
Zones urbanisées Villes, habitats humains divers, bordures des voies de communication (routes, voies ferrées).
Biomes aquatiques
(hydrobiosphère)
Eaux continentales Lacs, étangs
Cours d'eau : ruisseaux, rivières, fleuves
Deltas
Marais
Eaux océaniques Océans ouverts (milieu pélagique)
Grandes profondeurs, fosses abyssales
Plateaux continentaux, mers fermées, zones néritiques ou sublittorales
Zones d'algues flottantes
Banquises
Biomes mixtes Milieux littoraux Zones intertidales (définies par l'amplitude des marées) : vasières, plages, estuaires
Mangroves
Zones ripariennes (bordures de rivières et de lacs), forêts-galeries
Prairies, savanes et forêts inondables
Récifs coralliens, atolls
Zones benthiques Fonds océaniques, fonds lacustres; limons
Forêts d'algues, prairies sous-marines
Events océaniques : cheminées hydrothermales, évents froids, sources sous-marines
Montagnes : étagement de plusieurs biomes selon l'altitude
Biomes des
milieux extrêmes
Ce sont des milieux dans lesquels les conditions physiques et chimiques "extrêmes" (acidité, pression, rayonnements ionisants, température, salinité, sécheresse, obscurité, etc.) sont impropres au développement de la plupart des organismes vivants, mais pas à tous (il s'agit souvent de bactéries). Ces conditions peuvent se rencontrer dans les sources hydrothermales, le pergélisol, les déserts, les grottes, l'intérieur des roches et des coraux, centrales nucléaires, et dans diverses autres parties des différents biomes cités précédemment.
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.