.
-

Cartothèque > Atlas classique
Asie économique et ethnographique

Vidal-Lablache
ca. 1910
Dans le groupement des peuples asiatiques, tel que le montre la carte, un élément nouveau s'est introduit. Les progrès de la colonisation européenne ont amené des Anglais dans l'Inde et des Français dans l'Indo-Chine, sans que l'ethnographie primitive de ces pays ait été modifiée. Dans la Sibérie et le Turkestan, où la population indigène est plus clairsemée, la lente infiltration des Russes détermine des modifications plus profondes.

L'Asie occidentale, patrie de nos principaux arbres fruitiers, présente en ses parties fertiles ce système de culture en terrasses que nous retrouvons dans tout le monde méditerranéen. L'Arabie du Sud-Ouest mérite encore le nom d'heureuse, mais elle a perdu le monopole des épices

Economie de l'Asie.
Economie de l'Asie.

La Sibérie occidentale développe la culture des céréales, le Turkestan les cultures industrielles (sériciculture). 

L'Asie des moussons est de beaucoup la région la plus riche. Le riz et le thé alimentent une population très dense et sont l'objet d'un important mouvement d'échanges. La pêche maritime et fluviale fournit un appoint considérable.

Ethnographie de l'Asie.
Ethnographie de l'Asie.
Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Trois groupes métallurgiques se sont formes en Sibérie, d'abord celui de l'Oural, puis celui de l'Altaï et du Baïkal, plus récemment celui de l'Amour. La Chine, très riche en dépôts houillers, commence a exploiter ses mines. L'Indo-Chine française s'éveille à l'industrie minière. Le Japon exporte ses charbons dans l'Extrême-Orient.  (L. R.).



[Terre][Etats et territoires][Cartothèque][Atlas classique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.