.
-

Cartothèque > Atlas classique
France capétienne

Vidal-Lablache
ca. 1910
Le royaume de France, à l'avènement des Capétiens (987), est formé de provinces indépendantes de fait, domaines héréditaires de princes qui n'ont d'autre lien avec le roi que et serment d'hommage. La plupart portent le nom de comté ou de duché, et on appelle improprement duché, la Gascogne, qui a été démembrée par des partages successifs. Le Languedoc n'est que le nom de la région sur laquelle s'est étendue l'autorité du comte de Toulouse. - Dans le Centre-Est deux régions ne portent qu'un nom de seigneur (Bourbon, Beaujolais), une (le Gévaudan), qu'un nom de diocèse.

Le roi ne possède en propre que les comtés de Paris, Melun, Sens, Orléans, Étampes dans le pays improprement appelé quelquefois duché de France, et des droits assez mal définis dans la région de villes d'évêchés appelée Picardie. Le domaine resté presque stationnaire jusqu'au XIIIe siècle, s'accroît brusquement sous Philippe-Auguste par la confiscation des domaines du roi d'Angleterre dans le Nord-Ouest.

Les conquêtes faites par les croisés sur les seigneurs hérétiques du Midi, y ajoutent presque tout le Languedoc.

Philippe III réunit l'héritage d'Alphonse de Poitiers; Philippe le Bel acquiert par mariage la Champagne. Il prend sous sa protection Lyon, ville d'empire qui bientôt est incorporée au royaume. (Les acquisitions temporaires ne sont pas indiquées). (S.).

La France du Xe au XIVe siècle.
Carte de la France du Xe au XIVe siècle.
Cliquez sur la carte pour l'agrandir.



[Terre][Etats et territoires][Cartothèque][Atlas classique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.