.
-

Cartothèque > Atlas classique
Grèce ancienne

Vidal-Lablache
ca. 1910
Les anciens fixaient ordinairement la limite septentrionale de la Hellade au golfe d'Ambracie et au mont Olympe. Cependant le pays auquel appartenait primitivement ce nom était situé plus au nord, dans les environs de Dodone et de l'Acheloüs : là habitait un peuple appelé Hellène et qui, plus anciennement, se nommait Grec (Aristote, Méteorologie, 1, 14). Le nom suivit les Hellènes dans leurs migrations vers le sud. Il finit par désigner l'ensemble du monde grec; mais ce n'est que peu à peu qu'il se dépouilla de sa signification locale.

A l'époque des guerres de Troie il n'y avait pas encore de nom générique (Thucydide, I, 3). On connaissait des peuples divers, parmi lesquels les plus célèbres étaient les Myniens dans la Grèce centrale, les Achéens dans le Péloponnèse. Il y avait des villes : Arné, Orchomène des Myniens, lolcos, Tirynthe, Mycènes, Amyclée, etc. On avait fait de grands travaux de dessèchement en Laconie et autour du lac Copaïs. L'archéologie retrouve les traces de cette civilisation, qui paraissait ancienne aux Grecs de l'époque classique.

Grèce ancienne.
Carte de la Grèce ancienne.

La période historique commence après les invasions Doriennes. Vers le douzième siècle avant notre ère se produisit un ébranlement général du nord au sud. Les invasions des Doriens, peuple voisin des Macédoniens (Hérodote, VIII, 43), et celles des Thessales venus d'Épire (id., VII, 176), bouleversèrent les conditions géographiques de la Grèce. Les Thessales s'établirent dans un pays qui s'appelait auparavant Eolide et qui prit alors le nom de Thessalie. Ils en chassèrent les Béotiens qui s'établirent dans le pays appelé auparavant Cadméide (Thucydide, I, 12). Les Doriens, laissant une de leurs tribus dans l'ancienne Dryopide, fondèrent dans le Péloponnèse les États d'Argos, de Sparte, de Messène et de Corinthe.

Les Achéens, de leur côté, chassant les Ioniens de la côte méridionale du golfe de Corinthe, s'y répandirent à leur place. Les Éoliens s'établirent en Élide. - Le résultat de ces invasions et de ces mélanges fut la distinction de la population hellénique en trois groupes, Dorien, Ionien, Éolien.

L'Asie s'était répandue sur la Grèce, avant que la Grèce débordât sur l'Asie. Des cultes, des noms de lieux attestent la présence des Phéniciens sur plusieurs points de la côte orientale, tels que Cythère, Nauplie, Salamine, etc. La plupart des îles de la mer Égée avaient été occupées par des Cariens et des Phéniciens (Thucydide, I, 8). Mais les déplacements qui bouleversèrent la Grèce eurent pour contrecoup des émigrations au dehors. Les îles et les côtes occidentales de l'Asie Mineure furent alors hellénisées . Les Éoliens s'établirent à Lesbos et sur la côte qui lui fait face; les Ioniens à Chios, Samos, et sur la côte entre l'Hermos et le Méandre (centre religieux au Panionion); les Doriens a Rhodes et sur la côte méridionale. (centre religieux au Triopion). [Les Colonies grecques]. (V.-L.).

Colonies grecques en Asie mineure.
Carte des colonies grecques en Asie mineure.
Cliquez sur les cartes pour les agrandir.



[Terre][Etats et territoires][Cartothèque][Atlas classique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.