.
-

Stalle d'église

Les stalles d'église sont un suite de sièges formant un même ensemble, mais ou chaque place est séparée des sièges voisins par une petite cloison (L'art du meuble). Dans l'origine grecque, les stalles s'étendent dans la nef pour les fidèles, et sont d'une grande simplicité. En Occident, elles garnissent le choeur et sont réservées au clergé. C'est à l'époque romane qu'elles ont succédé aux sièges presbytéraux de pierre en forme de gradins. On continua, mais très rarement, à faire des stalles de pierre : dans la crypte Saint-Médard de Soissons (IXe s.), elles affectent la forme d'une suite de niches; pareille disposition a persisté en Angleterre jusqu'à la fin du XIVe siècle.

On distingue les stalles hautes et basses: les premières ont un dossier élevé ou dorsal, couronné d'un baldaquin ou dais de menuiserie, dont les extrémités reposent sur des cloisons ajourées, dites parcloses ou jouées; le dossier court des stalles basses sert de prie-Dieu à ceux qui les occupent; les unes et les autres sont divisées par des accoudoirs, cloisons basses élargies à leur partie supérieure de façon qu'on y puisse poser commodément le coude lorsque l'on est debout. Le siège des stalles se relève en ce cas en pivotant sur des charnières, et au-dessous de ce siège est fixée une petite console qui permet alors d'être presque assis tout en ayant l'air de se tenir debout. Ce point d'appui se nomme miséricorde ou patience. Les artistes, surtout au XVe siècle, se sont plu à les orner de sujets variés, fantaisistes et quelquefois libres, tandis que des figures d'un caractère sérieux et religieux ornent les parcloses et parfois le dorsal. On accède aux stalles hautes par des coupées qui interrompent les stalles basses.

Le Moyen âge.
Les plus anciennes stalles de bois que l'on connaisse sont les stalles romanes de Ratzeburg, qui peuvent remonter au XIIe siècle. Les exemples conservés du XIIIe siècle sont encore très rares : il faut citer : en Allemagne, Wimpfen, Xanten, Littich; en Belgique Hastière près de Dinant; en Angleterre, des stalles de Westminster où sont peintes des figures de rois; en Suisse, les anciennes stalles de Lausanne; à Chillon; en France, celles de la cathédrale de Poitiers et Notre-Dame de la Roche).

Les stalles du XIVe siècle ne sont pas beaucoup plus nombreuses; on en trouve : en France, à La Chaise-Dieu (Haute-Loire), à Dol (Ille-et-Vilaine), à Saulieu (Côte-d'Or), à la cathédrale de Lisieux, quelques autres à Saint-Benoît-sur-Loire; en Espagne, à Gérone (1351); en Suisse ou dans celles de Fribourg; en Allemagne, celles de Saint-Géréon de Cologne, de Friedberg, d'Eimbeck; celles de Sainte-Croix et Saint-Jacques de Liège; en Suisse, à Capelle (com. de Zurich), à Saint-Léonard de Bâle, aux dominicains de Berne (oeuvre de Rudolf Reder). 
-

Stalles de la cathédrale d'Amiens.
Stalles de la cathédrale d'Amiens. 

Les stalles des XVe et XVIe siècles sont nombreuses dans tous les pays. On peut citer, pour le début de cette période, celles de Solignac (Haute-Vienne), de Saint-Anatole de Salins, d'Ambierle (Loire), etc.  Celles de Saint-Claude furent exécutées en 1455 par Jean Viéry; celles de la cathédrale Notre-Dame de Rouen ont été commencées en 1457 par Philippot Viart, Laurent d'Ypres, Pierre Mosselmen, Gillet de Chastel, dit Flamen, et Hennequin d'Anvers; celles de la cathédrale de Rodez, de 1478 à 1488, par André Sulpice, natif du Berry; celles de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens, en 1508, par les menuisiers Arnould Boulin et Alexandre Huet, les sculpteurs Antoine Avernier et Jean Trupin; celles de la cathédrale d'Auch, vers 1520, par Dominique Bertin et Dominique Bachelier; en 1522, celles de Montréal (Yonne), par les frères Rigollet d'Avallon; et celles de Champeaux (Seine-et-Marne), par Falaise, de Paris

On peut encore citer en France comme stalles intéressantes de la fin de l'époque gothique, celles de Bourg-en-Bresse, Brou près de Bourg, Flavigny (Côte-d'Or), Saint-Pierre-sur-Dives (Calvados), la cathédrale d'Evreux, la Madeleine de Châteaudun, Trôo (Loir-et-Cher), Saint-Martin de Vendôme, Castelnau-de-Bretenoux (Lot), Vence (1455 à 1460), Montpezat (Lot-et-Garonne) , Montpazier (Dordogne), Simorre (Gers), Embrun, Saint-Seurin de Bordeaux (provenant de l'Isle-Adam), Saint-Martin-au-Bois (Oise), Orbais (Marne), la Chartreuse et la paroisse de Villeneuve-de-Rouergue, Sainte-Cécile d'Albi, Saint-Pol-de-Léon (vers 1512), Tréguier, Bonniers (Cher).

La Renaissance.
Comme beaux exemples de la Renaissance, on a les stalles de Saint-Bertrand-de-Comminges (1519 à 1535), de Montbenoît (Doubs, 1526-1527), de Gassicourt près de Mantes, etc.
-

Stalle.
Stalle des évêques de Vienne (Dauphiné).
XVIe siècle (Louvre).

Hors de France, on peut citer les stalles de Saint-Pierre et Sainte-Gertrude de Louvain, Aerschott et Hoogstraeten, de la cathédrale de Dordrecht, celles de la cathédrale de Lausanne, les 92 stalles de la cathédrale d'Ulm, exécutées de 1469 à 1474 par Georges Syrlin. Son fils exécuta en 1495 celles de Blaubeuren; en 1506, celles d'Ennetach; en 1512, celles de Geislingen; les stalles de Kalkar, de 1505 à 1508, sont de Heinrich Bernts; celles d'Emmerich datent de 1486; celles de Nordhansen (Saxe) sont d'un style curieux; celles d'Erfurt, extrêmement riches et d'un mauvais goût remarquable ; on peut citer encore en Allemagne celles de Mersebourg, par Gaspar Schokholkz, frère prêcheur (1446), et celles de l'hôpital de Stuttgart, de 1495, par un autre dominicain, Conrad Zolner; celles de Tegernsee (Jean de Reichenbach, 1450); de Constance (Simon Haider, menuisier; Niklas von Leyen, sculpteur, vers 1470); les stalles peintes de Brüx et de Täfferoth; Les stalles de Saint-Etienne de Vienne (Wilhelm, Rollinger, 1480; Gmund (1550); Budiagen (Peter Schanntz et Michel Silge de Worms (1497).

Au Danemark, la cathédrale de Roskilde a de belles stalles de 1420; celles de Ringsted sont presque semblables. En Angleterre, les plus belles stalles du XVe siècle appartiennent aux cathédrales de Chester, Carlisle, Durham, Lincoln, à Westminster, à la chapelle Saint-George de Windsor (commencées en 1474). Le collège royal de Cambridge a reçu, de 1530 à 1535, des stalles en style de la Renaissance.

En Espagne, la fin du style gothique a produit les stalles : de Léon, Tarragone, Zamora, Saint-Thomas d'Avila, de Palencia (1410, Centellas, reprises en 1518 par Pedro Guadalupe); de Barcelone (1457,  Matias Bonife; 1483, Miguel Balaguer); de Séville (1478, Danchard, Français, et 1480, Nufro Sanchez); de Miraflores (1480, Martin Sanchez). D'autres exemples non moins beaux appartiennent à la Renaissance : celles de Burgos sont l'oeuvre de Philippe Vigarny de Langres, mort en 1543; il eut pour successeurs Jean Picard, Alonso Berruguete et Diego Syloé (1480-1562). Le premier a sculpté aussi les stalles de Saint-Benoît de Valladolid. Il avait collaboré avec Michel-Ange. On peut encore citer comme stalles de la Renaissance celles de Pampelune, Murcie, Notre-Dame du Pilar à Saragosse, Saint-Marc de Léon, celles-ci oeuvre de Guillermo Doncel de 1537 à 1542.

En Italie, les stalles de la cathédrale d'Orvieto, commencées par le Siennois Domenico di Niccolo, furent complétées en 1431 par Pietro di Minella; les stalles de Saint-Dominique de Ferrare, par, Giovanni da Baiso, datent de 1384. Dans le Nord, certaines stalles des XIVe et XVe siècles ont des formes encore à demi romanes (Saint-Ambroise de Milan; Cividale en Frioul). Les stalles des XVe et XVIe siècles sont surtout remarquables; par leurs ornements en marqueterie (certosina) formant parfois de véritables tableaux en mosaïque de bois de couleurs (tarsia). 
-


Les stalles de Notre-Dame de Sède, à Saint-Lizier (Ariège).
Saint-Lizier : stalles.
Saint-Lizier : stalles.

Parmi les artistes qui ont exécuté les stalles italiennes au Moyen âge, on remarque plus encore qu'en Allemagne nombre de religieux dominicains : il faut citer fra Damiano, auteur des stalles de Saint-Dominique de Bologne (1528 à 1549), et architecte de celles de Gênes qu'exécuta son parent Fr. Zambelli (1540). Il a exécuté et signé les boiseries du château de La Bâtie d'Urfé (Loire). Le frère Jean de Vérone, né en1456, moine à Monte Oliveto près de Sienne, puis à Sant Elena près de Venise, travailla aux stalles de ces deux couvents, les premières transportées aujourd'hui à Sienne; son chef-d'oeuvre est à Vérone, à S. Maria in Organo. Il avait eu dans son ordre un maître, fra Bastiano da Rovignano, et un disciple, Fra Rafaello da Brescia (1477-1537). Fra Vincenzo dalle Vacche, autre dominicain, a fait les stalles de Saint-Benoît de Padoue; le Louvre a de lui trois panneaux. Parmi les stalles gothiques d'Italie, on peut citer celles du palais public de Sienne, remarquables par leurs dossiers en tarsia (par D. di Niccolo, 1415-1429), celles de la cathédrale de Modène, de 1465, par Cristoforo Landenari, les belles stalles de S. M. dei Frari à Venise, par Marc de Vienne (1468).

Comme exemples de belles stalles de la Renaissance, on peut citer celles de la cathédrale de Florence commencées vers 1463 par Giuliano et Benedetto da Majano, terminées par Domenico del Tasso, Baccio d'Agnolo et ses fils, celles de la cathédrale de Parme (1471); celles de l'église basse d'Assise, par Apollonio da Ripatransone, celles du musée de Lucques (1481, Matteo Civitali et Leone Marti) celles de la cathédrale de Crémone (1489, Giovanni Maria Platina); celles du palais Riccardi à Florence; celles de San Miniato (1466-1472, Domenico da Gajuole et Fr. Monciatto); celles de la chartreuse de Pavie (1486, par B. de Polli de Modène, sur dessins du Borgognone); les stalles de Maggiano près de Sienne, aujourd'hui en partie détruites et dispersées, oeuvre du célèbre Antonio Neri, dit Barili (mort en 1546); enfin, celles de Saint-Pierre de Pérouse, exécutées en 1535, par Etienne de Bergame, frère de Fra Damiano, et dont on attribue à tort les dessins à Raphaël. (C. Enlart).
-

Eglise de saint-Bertrand de Comminges : boiseries des stalles.
Les boiseries des stalles de la cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne).
© Photos : Serge Jodra, 2009 - 2013.
.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.