.
-

Enluminure

Enluminure est le nom donné autrefois aux ornements en couleur, tels que fleurons, vignettes, lettres ornées, sujets à personnages, etc., qui décorent les manuscrits du Moyen âge et de la Renaissance : ces enluminures, tracées au pinceau et en couleurs épaisses, sont pour la plupart de véritables miniatures

Cet art délicat remonte au siècle d'Auguste et a produit des oeuvres splendides à Constantinople, en Italie et en France. On imita d'abord les statues antiques par la pose et les draperies des personnages : on cite comme exemples de ce genre les deux Virgiles du Vatican, dont le plus ancien a la beauté magistrale de l'art grec; à la bibliothèque nationale de Paris, un Térence, un psautier dû aux artistes byzantins, etc. 
-

Eluminures d'une page de l'Ecclésiaste (XVe s.).
Eluminures d'une page de l'Ecclésiaste (XVe s.).

L'art gothique domina au XIIIe siècle; les personnages prirent des formes grêles et allongées, mais le coloris a un éclat merveilleux (Bréviaires de la reine Blanche et de Saint Louis, au Louvre); les détails, traités avec une fidélité minutieuse, font connaître les usages, les costumes et les ameublements de l'époque, les idées religieuses qui présidaient aux compositions symboliques des artistes. Ceux-ci vivaient dans les couvents ou dans les ateliers des libraires (p. ex. des Flamel). 

Le règne de Charles V produisit de belles oeuvres; mais elles sont inférieures à celles de l'Italie, qui retrouvait alors les grandes traditions de la peinture. En France, les chefs-d'oeuvre du genre sont les Heures de maître Estienne Chevalier, par Jehan Foucquet (1415-1485), dans le style de la Renaissance; les Heures de la reine Anne de Bretagne, par Jacques Pastel. Quand les livres se dépouillèrent de leurs anciens ornements et que les gravures prirent  la place des enluminures, la miniature sur vélin se réduisit à la représentation des portraits. 
-

Initiale enluminée.
Initiale enluminées sur un manuscrit en écriture
lombarde  du XIe siècle.

Les Modernes ont donné ce nom au coloriage des images et des estampes, ainsi que des cartes à jouer. C'est une espèce de peinture sans empâtement, ou plutôt de dessin au lavis; les couleurs doivent avoir de la transparence et point d'épaisseur; les teintures tirées des fleurs, n'ayant pas de corps, sont très propres à cet emploi. On peut citer la magnifique collection des roses de Redouté, et la Flore médicale des Antilles par Descourtils. 

L'enlumineur d'estampes se sert de couleurs à l'eau et à la gomme, et procède par teintes plates et transparentes qui laissent ressortir les ombres de la gravure ou de la lithographie. L'enluminure des cartes à jouer se fait à l'aide de planches percées à jour. On a appliqué avec succès la lithographie à l'enluminure.

L'enluminure à la main a été portée à une grande perfection : elle est surtout utile pour les planches d'anatomie et d'histoire naturelle, pour le coloriage des figures de blason, etc. (Bt / GE).

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.