.
-

Monuments, oeuvres et statues en bois

Les plus anciens édifices du monde furent en bois dans les contrées boisées; plus tard les constructions en pierre en reproduisirent les formes principales. Ainsi, les monuments de l'art grec eurent la cabane comme type primitif, et les constructions chinoises reproduisirent la tente formée de piliers et de peaux d'animaux. Les Égyptiens employaient du bois, peint ou doré, pour faire de petites statues et des caisses de momies : plusieurs cabinets d'antiques en Europe offrent des figures, égyptiennes en bois de sycomore. 

Les meubles archaïques furent aussi en bois : le coffre des Cypsélides était en cèdre. Les meubles recouverts d'incrustations restèrent longtemps en faveur après les temps homériques, et des figures en relief vinrent les embellir. De simples pièces de bois représentèrent d'abord les dieux; deux poutres et deux traverses en bois figuraient les Dioscures à Sparte; plus tard, on revêtit d'habits ces grossières idoles, on leur donna des têtes, des bras et des pieds de pierre (Acrolithes) puis on les recouvrit de feuilles de métal (bronze, argent et or), et on fit ces statues colossales si renommées dans l'Antiquité, et que l'on supposait en argent ou en or massif, mais qui, en réalité, étaient formées d'une âme en bois et revêtues de métal précieux. Les Grecs employèrent les bois indigènes et exotiques fit la représentation des divinités, le cèdre, le hêtre, le buis, le chêne, le poirier, l'acacia, la vigne, l'olivier, le figuier, l'ébène, la citronnier, le thuya, le cyprès. Le Palladium, les statues attribuées à  Dédale, le simulacre de Héra à Argos, etc., étaient en bois. Jusqu'au temps de Pisistrate, ce furent des statues en bois qu'on éleva aux vainqueurs dans les jeux publics. 
-

Saint-Bertrand de Comminges : boiseries.
Boiseries des stalles de la cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne).

Chez les Romains, on faisait principalement en bois les statues de Vertumnus et de Priape. Le bois a dû  être abandonné par les statuaires, parce qu'il se déjette, se fend, se laisse attaquer par les vers, et ne résiste pas au feu. Après la chute de l'Empire romain, le bois couru pour beaucoup dans toutes les constructions. Mais la fréquence des incendies le fit remplacer par de la maçonnerie. 

A partir du XIe siècle, le bois ne fut plus guère employé, dans les édifices publics, que pour couvrir les voûtes et recevoir la tuile ou le plomb, et, dans les habitations, que pour les planchers et les combles. Toutefois, les maisons en bois reparurent au XVe siècle, surtout dans le Nord de la France. A défaut de statues, on a de nombreux ouvrages de menuiserie, exécutés au Moyen âge et à la Renaissance. Les huchiers et les bahutiers nous ont laissé de précieux ouvrages dans les églises, tels que stalles, autels, chaires, buffets d'orgues, jubés, lutrins, tabernacles, et, dans l'ordre civil, une foule de buffets, dressoirs, bahuts, meubles de diverses espèces, et même des façades sculptées de maisons en bois. Les ouvrages de cette nature sont exposés à de nombreuses causes de destruction : aussi n'en possédons-nous pas de bien anciens. Les stalles de la cathédrale da Poitiers remontent au XIIIe siècle. 
-

Basilique Saint-Denis : boiseries des stalles.
Les boiseries des stalles de la basilique de Saint-Denis.
© Photo : Serge Jodra, 2011.

Ce sont les XVe et XVIe siècles qui ont laissé le plus de boiseries remarquables. Nous citerons les portes de l'église St-Maclou de Rouen, les stalles de la cathédrale d'Amiens et de Saint-Bertrand de Comminges, les boiseries du château d'Anet et de l'église d'Orbais. On voit à Paris, au musée des Thermes et de l'hôtel de Cluny, plusieurs beaux meubles anciens en boiserie sculptée. Au XVIIIe siècle, les sculpteurs Blanet et Lestocart acquirent une certaine renommée.

De tout temps, les peintres ont employé des panneaux de bois pour y mettre des peintures : la couleur y conserve, beaucoup mieux que sur la toile, son poli, sa transparence, la franchise et la beauté de ses tons. Le bois dont on se servait dans l'Antiquité pour les tableaux était surtout le Larix femina, sorte de pin qui ne se fend pas aisément et n'est point attaqué par les vers; on croyait même qu'il résistait an feu. Les anciens peintres de la Hollande, de la Flandre et de l'Italie ont employé le cèdre, le chêne et le peuplier.

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.