.
-

L'art et les arts
Les arts plastiques
-
La peinture
Genres : portrait, paysage, peinture d'histoire, peinture de batailles, nature morte, marine, nu, nature morte, peinture de fleurs, caricature, peinture de genre, bambochade, art animalier.

Techniques : dessin, peinture à d'huile, encaustique, peinture à la cire, aquarelle, lavis, détrempe, gouache, sanguine, pastel.

-
La sculpture
Céroplastique
-
L'architecture

Arts décoratifs et métiers d'art
-
Peinture décorative
Peinture murale, peinture en bâtiment, fresque, miniature, enluminure, vitrail, mosaïque, chrysographie, calligraphie
Grotesques, arabesques, camaïeu.
-
Faïencerie, céramique
Porcelaine
Poterie
Gravure
Chalcographie, glyptique, hialographie, lithographie.
-
Matériaux
Email, ivoire, laque, albâtre, marbre, bronze, verre, or, joaillerie.
-
Arts des tissus et des étoffes
Broderie, tapisserie
-
Arts du Bois
Arts du meuble, ébénisterie, xylographie, marqueterie
-
Arts des métaux
Orfèvrerie, numismatique, ciselure, damasquinerie, serrurerie, ferronnerie.
-
Arts du corps
Bijouterie,
Parfumerie, cosmétique, tatouage
Costume, coiffure, masques
-
Arts divers
Art culinaire, art des jardins, photographie, litho-photographie, illusionnisme, feux d'artifice, etc.

La musique, La littérature
Pris dans son sens le plus général, le mot Art implique toujours un ensemble de procédés, une certaine méthode employée en vue d'un résultat prémédité. C'est ainsi que Littré le définit : « Manière de faire quelque chose selon certaine méthode », et que Joubert a pu écrire : « L'art est l'habileté réduite en théorie ». Le mot grec-tecnh, le latin ars, l'allemand Kunst (de Können = pouvoir) ont une acception analogue; ils désignent à la fois une certaine méthode et une certaine habileté; on dira, par exemple, l'art du cuisinier, l'art du chirurgien, l'art du verrier, comme l'art du poète ou du musicien. 

D'une façon absolue, l'Art embrasse donc tout ce qui, pour exister, a exigé l'intervention de la main, de l'esprit et de la volonté de l'Humain. Mais c'est surtout aux manifestations de l'activité humaine dans l'ordre du sentiment et de l'imagination que cette expression a été peu à peu réservée et l'on entend essentiellement par Art les cinq grands Arts où se sont condensés, à travers les âges, les pensées, les émotions et les sentiments de l'humanité, c'est-à-dire les arts des sons (la poésie et  la musique), et les arts du dessin (l'architecture, la sculpture et la peinture). 

Enfin, dans un sens encore plus restreint, l'usage s'est introduit de désigner plus spécialement par le mot art  ou beaux-arts et par opposition à « littérature » ou «-belles-lettres », les trois ordres de création qui s'adressent à nous par l'intermédiaire des yeux, c.-à-d. l'architecture, la sculpture, la peinture et leurs dérivés, autrement dit les arts du dessin, aussi appelés arts plastiques. Quand on parle de l'histoire de l'art, par exemple, ce sont les oeuvres de cet ordre que l'on vise plus particulièrement. Ce sont eux surtout qui feront l'objet de cet article, laissant donc de côté la littérature et la musique. 

Sur la théorie de l'art, son origine, son but, son essence, et sur la classification des arts, les philosophes ont institué des discussions toujours ouvertes et qui ne sont pas près de finir. On ne se propose pas d'en faire ici l'exposé et encore moins d'en aborder la critique. On ne se demandera pas, par exemple, si l'art est ou non « la manifestation extérieure du divin », la poursuite ou la réalisation inégale et toujours reprise d'un type primitif et absolu, d'une image ou d'une idée préexistante des choses, ou encore «-d'une substance particulière du beau », - ni si l'effort de l'artiste doit tendre à représenter, non pas des arbres, des chevaux, des humains, mais l'arbre, le cheval, l'humain, de telle sorte que l'espèce puisse être définie, comme on l'a proposé, « une création de l'art »... Ces questions - d'ailleurs largement obsolètes - constituent l'esthétique. On se tiendra dans ce site au point de vue purement historique; on esquissera sommairement un tableau général de l'évolution de l'art aux différentes époques et chez les différents peuples et on abordera sur des pages particulières l'histoire des diverses écoles, on essaiera de marquer, chemin faisant, les liens qui les relient l'une à l'autre et les idées générales qui ont présidé à la grande évolution dont chacune d'elles est un moment. (André Michel).



Jean-Jacques Breton, Philippe Cachau, D. Wialatte, L'histoire de l'art pour les nuls, First, 2007. - Les statues grecques vous laissent de marbre? La visite d'un musée vous arrache des bâillements d'ennui  Les galeries d'art vous donnent de l'urticaire et vous ne comprenez pas pourquoi des personnes apparemment saines d'esprit sont prêtes à s'empoigner dans une salle de ventes pour acheter à prix d'or un tableau qui ressemble à un dessin d'enfant? L'art, pensez-vous, c'est un peu comme le polo ou les échecs : pour s'y intéresser, il faut être ou très riche ou très intelligent.

Grâce à cette édition luxe, enrichie de 180 illustrations couleurs, rien n'est moins vrai. Faisant d'abord appel à la sensibilité, l'art n'est plus réservé à une poignée d'élus! Tout le monde peut apprécier la beauté d'un objet et le profane, armé de connaissances modestes, apprend vite à affiner son goût.
Le modeste objectif poursuivi par les auteurs de ce livre est d'offrir une introduction à l'histoire de l'art afin d'inciter le lecteur à aller plus loin, par la visite de musées ou la consultation d'ouvrages plus pointus. L'Histoire de l'art pour les Nuls illustrée retrace les principales étapes de la création artistique de façon claire et accessible. Se tenant à l'écart des débats qui divisent les spécialistes, il se propose d'évoquer la diversité des époques et des styles.
De la préhistoire à nos jours en passant par l'Antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance, l'époque classique, le XIXe et le XXe siècle, il parcourt toutes les époques durant lesquelles l'art a fleuri, sans oublier le siècle qui s'ouvre : l'aventure continue. (couv).
-
Claude Leibenson, Le féminin dans l'art occidental, La Différence, 2007. -
Dans la pensée occidentale, le féminin a été associé à l'idée de nature et de mort. Nul commandement divin, nulle parole civilisatrice n'est venue combattre cette notion, bien au contraire. À l'union du masculin et du féminin, voie d'accès à l'éternité, succède aujourd'hui une autre orientation : gommer la différence des sexes ou utiliser cette différence comme un divertissement, métamorphoser le corps mortel en un outil performant. L'amour tentait d'unir ce qui était séparé, la technique doit permettre d'inventer un être autonome, libéré de la transcendance et des contraintes que fait peser sur lui la nature, et capable d'atteindre seul l'immortalité. Le déclin d'une civilisation se signale toujours par l'arrivée de courants étrangers qui la traversent et l'ébranlent, par une exacerbation de la violence et par une quête toujours renouvelée de plaisirs. 

Si les chercheurs ont analysé, avec perspicacité, les causes de la décadence de Rome ou de Constantinople, ils semblent refuser de voir que l'Occident se meurt du combat qu'il mène contre ses propres symboles. L'art est, depuis plus d'un siècle, le témoin et l'acteur de ce changement. Les happenings auxquels se réduisent le plus souvent les « oeuvres » de certains artistes, de même que le cinéma et la littérature, s'emploient à briser les tabous sur lesquels est bâtie notre culture. Et les élites, à nouveau fascinées par la violence, qu'elle ait un alibi artistique, religieux ou politique, regardent sans horreur, parfois même avec complaisance, l'homme primitif, l'homme insensible à la douleur qu'il provoque ou qu'il est censé ressentir, émerger de notre monde quotidien sur la scène artistique. Cette avancée de la barbarie annonce la fin de la civilisation et prépare l'avènement de l'homme futur, libéré de l'Éthique, mais dépendant de la Technique, qui n'aura ni nos valeurs ni notre mode de perception. L'image à travers laquelle nos contemporains cherchent désespérément à approcher le réel, est la porte qui lui ouvrira un monde nouveau, le monde virtuel. Si vaincre la mort est un combat que les hommes ont mené depuis l'aube de la création, une question reste cependant posée : pour la faire enfin disparaître, ne nous faudra-t-il pas, simultanément, renoncer à la vie? (couv).

 
.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.