.
-

Anthère (botanique), du grec anthéros, fleuri. - Partie supérieure de l'étamine qui se présente ordinairement sous la forme de petites bourses ou sacs presque toujours jaunes, et renfermant la matière fécondante des plantes, autrement appelée le pollen.

Chaque cavité de l'anthère porte le nom de loge. Quelquefois l'anthère est uniloculaire, c'est-à-dire qu'elle ne comprend qu'une seule loge, comme dans la guimauve. Dans la plupart des végétaux, l'anthère est biloculaire. Elle est rarement formée de quatre loges ou quadriloculaire. Ces loges forment chacune une saillie distincte, visible à l'extérieur.

Anthères. - 1.Uniloculaire, alchéneille; 2. Biloculaire, giroflée; 3. Quadriloculaire, butome; 5. Adnée, hépatique; 5. Didyme, euphorbe; 6. Bicorne, bruyère; 7. Sagittée, laurier-rose; 8. Aiguë, bourrache; 9. Sinueuse, melon; 10. Appendiculée, pervenche; 11. En X, froment; 12. Basifixe, tulipe; 13. Apifixe, vitex; 15. Darsifixe, myrte; 15. Introrse, campanule; 16. Extrorse, renoncule.
La déhiscence (de dehiscere, s'ouvrir) de l'anthère est l'acte par lequel les loges s'ouvrent pour émettre le pollen. Elle a lieu le plus souvent par une fente longitudinale. 

L'anthère présente alors deux faces bien distinctes. Lorsque la face qui offre l'ouverture est tournée vers l'intérieur de la fleur, l'anthère est dite introrse; celle-ci est, au contraire, extrorse, dans la pivoine, les magnoliers, quand ses loges semblent regarder l'extérieur de la fleur.  (G.- s.).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.