.
-

Les Acacias
L'Acacia (botanique), du grec aké = pointe, allusion à la tige épineuse de beaucoup d'espèces. - Une confusion fâcheuse a fait appliquer ce  nom à d'autres plantes que celles qu'il désigne en réalité. L'Acacia commun du langage vulgaire, l'Acacia blanc, l'Acacia parasol, l'Acacia glutinieux à fleurs rosées, l'Acacia boule sont diverses espèces du genre Robinia ou Robinier. Ce genre appartient, il est vrai, comme le genre Acacia des botanistes, à la grande classe des Légumineuses, mais des différences importantes les séparent l'un de l'autre. La fleur possède une corolle papilionacée chez les Robiniers, tandis que chez les vrais Acacias, elle est régulière et en forme de clochette; les feuilles, composées dans les Robiniers, sont décomposées dans les Acacias.
-
Acacia.
Un Acacia armé de solides épines, au Kenya. Source : The World Factbook.

Le genre Acacia des botanistes (Acacia, Willdenow) se rapporte à la famille des Mimosées, tribu des Acaciées; il comprend des arbres ou des arbrisseaux à feuillage très léger, grâce aux nombreuses et fines folioles qui forment leurs feuilles décomposées. Dans certaines espèces, ces folioles avortent partiellement ou complètement, et alors le pétiole se dilate en une lame verdoyante, nommée plyllode et dirigée comme une lame de sabre suivant un plan vertical. En glissant entre ces lames verticales, le soleil produit dans les forêts de l'Australie, où ces acacias sont communs, un mode d'éclairage très bizarre, qui étonna Ies premiers voyageurs et dont la cause n'a été indiquée que par le botaniste B. Brown. 

Beaucoup d'espèces d'acacias ont leur tige armée de fortes épines ou d'aiguillons; d'autres en sont complètement dépourvues. Les fleurs sont groupées en épis ou en têtes a l'aisselle ces feuilles, vers l'extrémité des branches. Habituellement petites, pourvues d'étamines longues et très nombreuses, elles offrent un calice à 4 ou 5 dents, une corolle assez courte, en clochette ou en entonnoir, hypogyne, à 4 ou 5 divisions et colorée souvent en jaune, parfois en rouge ou même verdâtre. Le pistil simple donne pour fruit une gousse sèche, s'ouvrant en deux valves, comme celle du haricot, et contenant plusieurs graines allongées.

Le bois des acacias est en général d'une dureté remarquable et souvent coloré d'une façon brillante; mais ses fibres ne sont pas toujours droites, et ce défaut en restreint l'emploi. Cependant parmi les bois utilisés dans les arts, on peut citer l'Angica du Brésil qui est le bois de l'A. Angico, le bois Diababut ou d'Arariba qui provient de l'A. arabica. L'écorce et les gousses des acacias contiennent du tannin et sont employées au tannage des cuirs dans divers pays.

Le genre Acacia renferme environ six cents espèces répandues dans les contrées équatoriales du globe, et particulièrement abondantes en Australie; I'Europe en est conplètement dépourvue.

L'Acacia Catechu ou Cachoutier, est une espèce de l'Inde particulièrement commune au Bengale; c'est elle qui produit le cachou, nommé dans l'origine terre du Japon. Le nom de cachou est une altération de l'hindi catechu, dans lequel cate désigne l'arbre et chu le suc qu'on en extrait. Le cachoutier s'élève à la hauteur de 1,60 m à 1,80 m; ses rameaux sont couverts d'un duvet blanchâtre. Le cachou s'extrait par décoction du bois terme de cet acacia. Au Bengale et au Japon, on prétend préserver les bois de charpente de l'atteinte des vers, en les imprégnant du suc de cet arbrisseau.

Un des principaux produits de certains acacias est la gomme arabique ou la gomme du Sénégal. Cette substance, émanant de la sève, découle naturellement du tronc et des branches de plusieurs espèces du genre Acacia, à l'image de cette autre espèce de gomme une autre espèce de gomme qui suinte des pruniers, cerisiers, abricotiers. La gomme arabique provient de l'Acacia véritable; la gomme du Sénégal est le produit de l'Acacia Verek; l'A. Adansonii donne une gomme rouge que l'on mêle à la première; de l'A. albida ou Sadra-beida exsude une gomme friable très différente de celle de l'A. Verek.

L'Acacia vert, Willdenow, Mimosa nilotica, Lin., en français Acacia véritable, A. d'Égypte, Gommier rouge, est un arbre de 10 à 15 mètres de hauteur, dont les rameaux rougeâtres portent des feuilles finement décomposées. Cet arbre élégant croît aux bords du Nil, dans toute la haute Égypte, en Arabie, au Sénégal où il paraît fournir la variété de gomme dite gomme de Galam, dans les parties chaudes de la Chine et même en Amérique. Des gousses, non encore mûres, du gommier rouge on extrait par expression un suc brun rougeâtre, qui, desséché en petites masses, constitue le vrai acacia des pharmaciens, employé autrefois comme astringent, et qu'il ne faut pas confondre avec le suc de prunellier connu sons le nom d'acacia nostra, acacia d'Allemagne. Les Chinois tirent une teinture jaune des fleurs de l'acacia véritable. Les gousses et l'écorce de cet arbre servent au tannage des cuirs; on les a trouvées dans le commerce sous les noms de Lablad, Bablad, Bali-bobolah et N'eb-neb.

L'Acacia Verek est un arbre de 4 à 5 mètres de hauteur, dont la tige et les rameaux sont grisâtres. Il couvre la rive droite du Sénégal et croît abondamment dans toute la Sénégambie.

Parmi les espèces ornementales on doit citer : l'Acacia Julibrissin, vulgairement, Acacia de Constantinople, Arbre à soie, bel arbre de 10 mètres, sans épines, dont les feuilles sont munies de cils soyeux ; on le cultive à son entier développement dans le midi de la France, il est originaire de l'Orient; - l'Acacia de Farnèse (A. Farnesiana , vulgairement Cassie on Casse du Levant, arbre épineux de 5 à 6 mètres, importé de l'Inde en 1611 dans le jardin Farnèse, à Florence, où il fut cultivé pour la première fois; - l'Acacia blandâtre (A. dealbata), d'Australie, haut de 6 à 10 mètres; - l'Acacia à deux épis (A. lophonta), arbrisseau de 3 à 4 mètres, dépourvu d'épines, originaire d'Australie; - et parmi les espèces à phyllodes : les Acacias ondulé (undulata); velu (vestita); à longues feuilles (longifolia), provenait tous de l'Australie.

Les horticulteurs prisent beaucoup diverses espèces d'acacias d'un aspect très agréable. L'Acacia Julibrissin et l'A. à deux épis se laissent cultiver en pleine terre, même sous le climat de Paris. L'Acacia decurrens, l'A. floribunda doivent, l'hiver,être rentrés en orangerie; les autres, tels que l'A. de Farnèse, l'A. véritable, ne viennent qu'en serre chaude. Beaucoup d'espèces exotiques pourront être naturalisées en Europe occidentale. On multiplie les acacias par graines dont les rejetons se transplantent au bout de deux ou trois semaines; cette culture se fait sur couches spéciales avec les précautions que l'on emploie d'habitude pour les plantes tropicales. (G-s.).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.