.
-

Vénus
Planète tellurique
Vénus.
La surface de Vénus. Source : NASA; rendu 3D : Celestia.
Vénus gravite entre Mercure et la Terre, à peu près à mi-distance de l'une et de l'autre. Sa distance moyenne au Soleil est, en effet, de 108.100.000 km, alors que celle de Mercure, la plus proche des lplanètes, est de 57.900:000 km et celle de la Terre de 149.500.000 km. Exprimée en prenant, comme il est d'usage, cette dernière pour unité, elle devient 0,72333 (unités astronomiques).

C'est une planète très similaire à la nôtre par ses dimensions et sa masse. Elle s'en distingue toutefois par une évolution nettement différente de son atmosphère.

Un peu plus petite que la Terre, rocheuse comme elle, Vénus possède également une atmosphère nuageuse. Mais celle-ci, principalement composée de gaz carbonique, est extrêmement épaisse. Les nuages d'acide sulfurique qui évoluent à très haute altitude masquent complètement la planète. Sur Vénus, un effet de serre intense piège la chaleur du Soleil. La température au sol atteint ainsi les 480°C.
-

Vénus : Galindo Regio.
La région vénusienne de Galindo reconstituée grâce aux relevés altimétriques de la sonde
Magellan. Au premier plan une structure volcanique, la corona Nagavonyi, d'un diamètre de 200 km.
(le relief est fortement exagéré; le tracé en pointillés est un artefact).

La surface de Vénus est principalement constituée de plaines ondulées, parsemés de quelques hautes terres montagneuses. Les cratères causés par les impacts de météorites y sont rares. Cela est dû au bouclier protecteur offert par l'atmosphère, mais aussi au renouvellement du sol par une importante et récente activité volcanique. Vénus compte plus de 500 000 volcans. Certains sont peut-être encore en activité. 

La révolution de Vénus
Vénus effectue sa révolution sidérale en 224, 700787 j, avec une vitesse moyenne de translation de 35 km par seconde. L'orbite qu'elle décrit n'a qu'une excentricité de 0,0068433 (l'excentricitéde l'orbite terrestre est de 0,01677); elle est donc presque exactement circulaire et elle est inclinée sur la nôtre de 3° 23' 35".

De même que Mercure, et comme lui, parce qu'elle a son orbite comprise dans celle de la Terre, Vénus nous paraît osciller de part et d'autre du Soleil. Elle ne s'en écarte jamais de plus de 48°, sa plus grande distance angulaire ou élongation variant entre 45° et 48°, et tantôt, suivant les époques, étoile du matin (Lucifer) ou étoile du soir (Vesper), ce qui a même fait croire pendant longtemps à l'existence de deux planètes distinctes, elle ne se lève que quatre heures au plus avant l'astre du jour et est toujours couchée quatre heures après lui. 

Elle présente des phases très curieuses, analogues à celles de la Lune et perceptibles, paraît-il, pour une vue exceptionnelle, à l'oeil nu. Une lunette de moyenne puissance permet, en tout cas, de les reconnaître. A sa conjonction supérieure, c.-à-d. lorsqu'elle est, par rapport à nous, derrière le Soleil, elle a l'aspect d'une pleine lune, mais comme son éloignement de la Terre est alors maximum, elle se trouve réduite à un petit disque de 9,5" de diamètre. A mesure qu'elle avance vers l'Est, elle se rapproche de nous et, en même temps qu'elle grandit, a une partie de plus en grande de son disque plongée dans l'ombre. Lorsqu'elle passe à sa quadrature (élongation orientale), elle n'est plus qu'une demi-lune. Par contre, son diamètre apparent est de 23". A sa conjonction inférieure, il est de 62", tandis que du disque il ne reste plus qu'un mince croissant. Pais elle repasse, vers l'occident, par les mêmes étapes. Elle se montre alors avant le lever du Soleil (étoile du matin), tandis que, lorsqu'elle était à l'orient, on la voyait après son coucher (étoile du soir). 

Son éclat est loin, du reste, de correspondre à ses dimensions apparentes. Il est le plus vif, Vénus est dans toute sa beauté, lorsqu'elle brille à 39° environ de sa conjonction inférieure, 69 jours avant et après celle-ci. A ces deux époques, aucune étoile ne la surpasse, et, quand l'atmosphère est très pure, elle projette des ombres à l'égal de la nouvelle lune. 

Les phases de Vénus.
Il se produit, en outre, tous les huit ans, des maximums d'éclat. C'est Galilée qui a remarqué le premier, en sept. 1610, les phases de Vénus. Depuis, ces phases ont fait l'objet de nombreuses observations. Elles se reproduisent suivant un cycle de 584 jours. Seule la distance apparente de la planète au Soleil à l'époque de sa conjonction varie, du fait de l'inclinaison de son orbite sur l'orbite terrestre. 

Les passages de vénus devant le Soleil.
Lorsque la conjonction inférieure est parfaite, c.-à-d. lorsque Vénus passe juste entre le Soleil et nous, elle se projette sur celui-ci sous forme d'un disque absolument noir, qui le traverse de l'Est vers l'Ouest en un temps chaque fois variable (jusqu'à 7 heures 1/2). Ce phénomène, connu sous le nom de passage de Vénus sur le Soleil et chaque fois très suivi des astronomes en raison de l'importance qu'il présentait pour la détermination des parallaxes, a une périodicité singulière : elle est alternativement de 113 ans et demi et de 8 ans, les deux derniers passages se sont produits les 7 juin 2004 et 5 juin 2012.

Vénus : nuages.
Vénus observée par la sonde Galileo, qui a l'a survolée en février 1990, Vénus ne révèle que son
épaisse atmosphère chargée de nuages. A ce jour, une vingtaine de sondes ont déjà visité Vénus. Certaines s'y sont même posé. Crédit: Galileo Project, JPL, NASA.
-
Vénus (image radar).
Vénus sans ses nuages. Cette image en fausses couleurs a été réalisée à partir des données radar
recueillies par la sonde Magellan entre 1990 et 1995, et complétée grâce aux observations radar
réalisées avec le radiotélescope d'Arecibo. Les montagnes sont représentées en rouge, les grandes
plaines sont en bleu. Crédit : Magellan Spacecraft, Arecibo Radio Telescope, NASA
.


[Constellations][Système solaire][Dictionnaire cosmographique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2015. - Reproduction interdite.