.
-

Tamerlan

Tamerlan (altération de Timour-Leng, ou mieux, suivant la prononciation turque, Timur-Lenc, c. à d. Timur le boiteux, ainsi appelé parce qu'une blessure l'avait rendu boiteux) est le fondateur du second empire mongol. Né à Kech (ou Kesch) près de Samarcande vers 1336, mort à Otrar en 1405, il était, disait-il, apparenté de très loin avec la dynastie des Mongols, descendants de Gengis-Khan, et prétendait également avoir pour ancêtre Alakauva, la vierge qui fut rendue miraculeusement enceinte par la lumière. 

Son père, Taragaï, était le chef de la tribu turque de Baroulas et gouvernait la province de Kesch. L'émir Timour resta de bonne heure orphelin, et fut dépouillé par ses voisins de presque tout ce qu'il possédait, mais il devint, à la mort de son oncle, Séif-Eddin, chef d'une tribu tartare et prince de Kech. Touglouk-Timour, prince de Kachgar, s'étant déclaré souverain du Djagataï (La Horde d'or et le Djagataï), Tamerlan s'attira ses bonnes grâces et se fit donner le gouvernement de la Transoxiane, puis il abandonna le parti de Touglouk pour embrasser celui de son beau-frère, Hoseïn, qui voulut un peu plus tard le faire assassiner. La mort de sa femme lui ayant rendu la liberté Timour attaqua Hoseïn, le battit (1366) et s'empara de Balkh (1369); cette même année, il fut proclamé souverain de tout le Djagataï.

-
Tamerlan.
Tamerlan
(ca. 1336-1405).

Son règne se passa presque tout entier en guerres; en 1376, il alla secourir le khan Toktamisch contre Ourouss-khan, souverain d'une partie de la Russie du Sud-Est; puis il conquit successivement le Khoraçan (1380) avec Hérat, les provinces qui se trouvent au-dessous de la Caspienne avec Tauris, Kars, Tiflis et Van; le royaume des Mozafférides avec Ispahan et Chiraz (1387). II passa près de trois ans (1388-1391) à soumettre son ancien allié le khan du Keptchak, Toghtamisch, pendant que son armée s'emparait de la Kachgarie; puis il s'empara du Mazendéran, de l'Irak avec Bagdad (1393) et soumit toute la Mésopotamie. 

Après avoir définitivement ruiné la puissance de Toghtamisch, Timour fit saccager la Pologne et la Russie par son petit-fils Mohammed et, en 1398, il entreprit la conquête de l'Inde (1398-1399), puis se trouva entraîné dans une guerre contre Bajazet Ier (Beyazid), sultan des Ottomans, et contre le sultan mamelouk du Caire, Féredj. Alep et Damas furent; pillées en 1400 et 1401, et le sultan Bajazet fut complètement vaincu à Ancyre (Ankara)  (juin 1402) et fait prisonnier, la prise de Smyrne termina la campagne et l'empereur de Constantinople s'engagea à lui payer un tribut Timour était rentré à Samarcande en 1404 et, presque immédiatement, il entreprit la conquête de la Chine, mais il mourut à Otrar dans le Khokand (1405); ses fils ramenèrent son corps à Samarcande. Ses vastes États furent partagés entre son fils Shah Rokh, et ses nombreux petits-fils ou arrière-petits-fils.
-

Tamerlan, par Gérome.
Tamerlan, par Gérôme.

Cet homme extraordinaire avait des connaissances assez étendues, et fut le protecteur des sciences; mais d'après Ibn Arabshah, toutes ces conquêtes auraient été accompagnées de massacres épouvantables. Il aurait fait égorger à Delhi 100 000 prisonniers, et aurait élevé à Bagdad une pyramide formée de 90 000 têtes humaines, il aurait aussi fait écraser par sa cavalerie, en Inde, 1000 enfants envoyés pour le fléchir. La critique moderne se refuse à admettre entièrement les accusations de cet historien.

Le peintre-sculpteur, J.-L. Gérome a exposé au Salon de 1898 une statuette de Tamerlan. Le conquérant est assis sur une selle d'or, les poings sur les cuisses. Sa tête a un teint de cuivre vert. Le cheval, la tête en avant, les dents découvertes, a les pieds arrêtés sur des têtes coupées. (NLI).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.