.
-

Stevin

Simon Stevin, appelé quelquefois aussi Simon de Bruges, ou encore Stephanus, est un mathématicien et mécanicien flamand, né à Bruges en 1548, mort à La Haye ou à Leyde en 1620.

D'abord teneur de livres chez un riche marchand, il fut ensuite employé de l'administration des finances à Bruges, puis entreprit un long voyage à travers l'Europe, et, après un court séjour à Middelbourg, se fixa à Leyde (1583), où il fit des cours de mathématiques

Devenu le quartier-maître général en même temps que l'ami de Maurice de Nassau, Stathouder de Hollande, il dota l'artillerie et la fortification d'importants perfectionnements. Il inventa aussi un char à voiles, qui excita l'admiration de ses compatriotes. On lui attribue aussi la découverte de la pesanteur de l'air. Mais, il doit surtout sa célébrité à ses admirables travaux sur la mécanique. 

« Le premier après Archimède, dit l'un de ses biographes, Van de Weyer, il a fait progresser cette science, stationnaire depuis deux mille ans. Il est le père de la statique moderne et a exposé tous les grands principes qui constituent aujourd'hui la science de l'équilibre dans les corps solides. Il a trouvé la théorie des plans inclinés, inconnue aux anciens, découvert le parallélogramme des forces, tenté quelques pas sur le terrain de la dynamique et fait de l'hydrostatique une science indépendante de la statique. Il a démontré le principe fameux du paradoxe hydrostatique, dont on fait honneur, à tort, à Pascal. Il a énoncé la loi de la pression des fluides sur les parois d'un vase. »
Il a, d'autre part, montré la voie du calcul infinitésimal et il a, le premier, introduit la pratique des fractions décimales. Il a même prédit, comme devant plus tard s'imposer, le système décimal des poids et mesures. Stevin a, avant Descartes, et concurremment avec Viète, imaginé les exposants. 

Ses principaux ouvrages, la plupart en flamand, ont pour titres : Pratique d'arithmnétique (Leyde, 1585); Problematum geometricorum libri V (Anvers, 1585), Principes de statique et d'hydrostatique (Leyde, 1586); Nouvelle manière de fortifications par écluses (Leyde, 1586; 2e éd., 1614); Traité de navigation (Leyde, 1599). Ils ont été traduits en latin par Snellius et en français par A. Girard (Oeuvres mathématiques; Leyde, 1634). 

Une statue lui a été élevée à Bruges en 1845. (L. S.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2016. - Reproduction interdite.