.
-

Roumanie
Romania
[Histoire de la Roumanie]

46 00 N, 25 00 E
La Roumanie est un Etat situé au Sud-Est de l'Europe, dans la Péninsule des Balkans. S'étendant sur une superficie de 237,500 km², le pays est  borné au Nord-Ouest par la Hongrie, à l 'Est, par l'Ukraine, la Moldavie, et la Mer Noire (longueur de la côte :  225 km), au Sud par la Bulgarie et à l'Est par la Serbie
-
Roumanie : château de Peles.
Peintures murales du château de Peles, près de Sinaia, en Roumanie.
Source : The World Factbook.

La Roumanie est une république divisée administrativement en 41 provinces  (judete, singulier : judet)  et une municipalité (municipiu), qui est la capitale, Bucarest (Bucaresti). Les autres grandes villes sont : Iasi, Galati, Constanta, Brasov, Cluj-Napoca, Timisoara. Population totale de la Roumanie : 22,2 millions d'habitants (2009).

Les 41 comtés de la Roumanie

Alba
Arad
Arges
Bacau
Bihor
Bistrita-Nasaud
Botosani
Braila
Brasov
Buzau
Calarasi
Caras-Severin
Cluj
Constanta
Covasna
Dimbovita
Dolj
Galati
Gorj
Giurgiu
Harghita
Hunedoara
Ialomita
Iasi
Ilfov
Maramures
Mehedinti
Mures
Neamt
Olt
Prahova
Salaj
Satu Mare
Sibiu
Suceava
Teleorman
Timis
Tulcea
Vaslui
Vilcea
Vrancea

Les régions naturelles de la Roumanie.
Un vaste plateau isolé de toute part par de hautes chaînes surplombant de vastes plaines; telle apparaît aujourd'hui la Roumanie. Les plaines sont : au Sud, la Valachie (avec les sous-régions d'Olténie et de Munténie), au Sud-Est, le long de la Mer Noire, la Dobroudja, à l'Est la Moldavie, qui correspond à la Moldavie historique (l'Etat actuel de Moldavie, situé au delà du Pruth, correspondant au territoire de l'ancienne Bessarabie). La plaine de Valachie et de la partie orientale de la Moldavie a été formée par l'assèchement d'une ancienne mer. Elle est, sauf dans le Baragan, entre Bucarest et Braïla où elle est absolument plate, vallonnée de collines couronnées d'arbres. Les cours d'eau ont recouvert le sol de limons fertiles. L'eau est rare, sauf aux abords du Danube, où s'étendent de vastes marais.
-


Carte de la Roumanie. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

A l'Ouest, on trouve la Transylvanie, vaste dépression tertiaire bordée au Sud par un épais massif primaire, à l'Est et à l'Ouest par des chaînes secondaires, bouleversée, d'ailleurs, par des éruptions volcaniques. Cee reste d'un massif ancien sur lequel est venu s'accoler l'arc carpatique surgi sous l'influence du plissement alpin est une région d'aspect assez accidenté où le sol est découpé en collines, d'ailleurs peu élevées. De formidables montagnes la bordent à l'Est et au Sud. Ce sont les Carpates roumaines, qui forment l'épine dorsale du pays et organisent toutes les autres régions.

Les Carpates roumaines.
La chaîne des Carpates est une chaîne récente datant de l'époque miocène comme les Alpes et décrivant autour du bassin pannonique un arc de cercle ouvert vers l'ouest. L'arc carpatique comporte une grande variété de structure géologique. Dans les Alpes de Transylvanie, on trouve des roches cristallines, dans l'est on a affaire à des couches gréso-schisteuses datant de l'époque cénozoïque. En outre, on remarque dans cette chaîne une alternance de chaînes et de bassins intérieurs. Les chaînes sont en général d'aspect austère elles ont des crêtes planes sur lesquelles, dans certaines régions, les troupeaux peuvent cheminer pendant des kilomètres. Quant aux bassins, ce sont eux qui attirent la vie : le pâtre des hautes chaumes estivales y demeure l'hiver auprès du cultivateur sédentaire. il y a bien des nuances dans la chaîne des Carpates.

On peut distinguer les Alpes de Transylvanie les plus élevées et les plus massives avec des vallées aux versants abrupts, les Carpates moldaves dont les roches constitutives sont plus récentes et qui sont moins élevées, et les Carpates de Bukovine, au Nord. Dans toutes ces montagnes, nombreux sont les sommets formés de conglomérats et de forme arrondie. 

  • Les Alpes de Transylvanie, façade méridionale des Carpates, sont les montagnes les plus hautes du territoire roumain : massif du Fogaras avec les pics du Moldoveanu (2544 m), point culminant de la Roumanie, et de l'Omu (2508 m), massifs aux formes hardies où les rivières creusent des gorges très profonde. Les glaciers qui, autrelois, ont recouvert la chaîne ont laissé, comme dans les Pyrénées, des cirques et, de place en place, retenu les eaux; petits lacs, dits yeux de mer, qui parsèment la montagne roumaine. Vraie muraille fermant le plateau aux habitants de la plaine, la montagne n'est ici interrompue que par de rares et malaisément praticables défilés (défilé de la Tour Rouge, passe de Voulcane).

  •  
  • Les Carpates moldaves s'élèvent à plus de 2000 mètres, surplombant à pic la plaine valaque (massif de Hargita, 2102 m). Ils s'abaissent un peu vers le Sud (Pietrosul, 2305 m). Leur muraille est ébréchée par les passes d'Oitouz et de Prédéal permettant les communications entre la Moldavie et le plateau transylvain.

  •  
  • Les Carpates de Bukovine (Nord de la Roumanie) elles, sont plus massives et leurs crêtes granitiques et gréseuses sont très déchiquetées. 
  • Enfin, il faut mettre à part le massif du Bihar, fragment carpatique isolé par un affaissement du bassin de Transylvanie. Les monts Bihar, qui séparent à l'Ouest le plateau transvlvain de la plaine hongroise sont moins élevés et plus découpés. Derrière le front abrupt de ces montagnes, on trouve des crêtes calcaires percées de cluses et de vastes plateaux boisés ou dénudés dont les croupes atteignent en général 1800 mètres.

    A l'intérieur des Carpates on trouve, avec toute une série de transitions (collines), des bassins. Parmi les bassins, l'un des plus caractéristiques est celui de Transylvanie qui est une sorte de cuvette suspendue au-dessus des plaines voisines avec un dédale de collines sculptées par l'érosion dans les sédiments tertiaires et des traces abondantes de volcanisme sur les bords. 

    Les plaines de Valachie et de Moldavie ne peuvent être séparées de la chaîne carpatique, pas plus d'ailleurs que la vallée danubienne elle-même. C'est en effet aux Carpates qu'ont été arrachés la plupart des sédiments qui les recouvrent à l'heure actuelle. 

    Ce sont les Carpates qui leur donnent en partie au moins, leur climat. Au point de vue
    la géographie humaine, enfin, elles ont joué de tout temps pour le peuplement et l'économie du pays un rôle capital. Le type de ces plaines est la Valachie qui, comme on vient de le voir ne commence pas en abrupts à la chaîne carpatique, mais en est séparée par toute une série de collines (la Podgoria). La plaine elle-même s'appelle le Câmp. C'est la plaine s'étendant à perte de vue, souvent couverte de neige en hiver, verdovante et fleurie au printemps, jaunissante à l'été quand les épis ondulent sous le souffle des brises, toujours sèche et nue, sans arbres, sans eaux courantes sans autre trace de la présence de l'homme que la tache verte d'un verger indiquant au loin la lisière d'un des rares villages.

    Le Câmp, c'est, au fond, déjà la steppe à terre noire russe. En Moldavie, on n'aborde la plaine qu'après avoir également traversé toute une zone de collines verdoyantes, pays; de vergers et de bois, de prairies et de champs de maïs. Seulement, ici, la plaine est encore plus sèche. L'aspect de steppe est complet. Dans ce cas particulier, la Podgoria s'appelle les Codri, mais c'est au fond le même paysage.

    La vallée inférieure du Danube.
    Il faut mettre à part la vallée du Danube. Le Danube coule sur plus de 1000 kilomètres en territoire roumain. Dès qu'il a percé les Portes de Fer, le grand fleuve de l'Europe centrale sort transformé; au lieu du fleuve alangui de la plaine hongroise, c'est un courant majestueux. Le fleuve, large de 880 m à Cetatea, de 745 m, à Calafat, de plus d'un km à Bistretsu est semé d'îles et de bancs de sable qui se déplacent constamment. 

    Dans la vallée, immense, la forêt des saules s'étend à perte de vue. Quand commence la Balta, le chenal principal du fleuve se déroule dans un dédale d'îles, de marécages et de canaux. Les affluents se perdent dans des lacs sans rejoindre le Danube lui-même. Large de plus d'un kilomètre, quand il rassemble ses eaux en un seul bras entre Braïla et Galatz, le Danube qui débite à Talcea 6000 mètres cubes à la seconde est un des systèmes fluviaux les plus puissants de l'Europe; quoiqu'il vienne de traverser des centaines de kilomètres de steppe. C'est que les affluents valaques, le Jiu, l'Oltu, l'Arges, la Jalomitra lui apportent l'abondant tribut des Carpates et le maintiennent tant bien que mal.

    A Braïla, le débit moyen du Danube est d'environ 5000 mètres cubes à la seconde. Tandis que les hautes Carpates sont avant tout des régions d'élevage transhumant, que les collines intermédiaires sont remarquables par leurs vergers et leurs cultures variées, que les bassins et les steppes sont des terres à céréales, surtout à blé, la vallée du Danube est un monde aquatique où poussent nombre de végétaux hygrophiles. C'est une région où abondent les poissons et les oiseaux, surtout au printemps, quand mésanges, merles et rossignols poussent leur gai gazouillis et que volent les troupes de grues, de flamants et de hérons.

    Après avoir arrosé Braïla et Galatz, le Danube se divise à Toultsha en plusieurs branches pour former un delta. Ces trois branches sont celles de Kilia, Soulina, la seule aisément navigable, et Saint-Georges.

    La Dobroudja.
    A côté de ces régions si diverses d'aspect au point de vue physique et par leur pavsage, il faut dire deux mots de la Dobroudja qui impose au Danube un détour. La Dobroudja est un prolongement du plateau crétacé bulgare, mais au sud, elle offre un complexe de roches éruptives et de couches précambrienne et paléozoïques fortement plissées qui représenterait, d'après Suess « un fragment d'une chaîne plissée plus vaste, orientée dans le sens du Caucase. » A l'Est, la mer, au nord, les marécages du Delta danubien, à l'ouest, la Balta semblent l'isoler. C'est un pays qui n'est ni carpatique, ni balkanique : « un pays de steppe aux larges horizons » (F. de Martonne), une sorte de fragment détaché de la steppe russe.

    Le climat de la Roumanie.
    Le climat de la Roumanie est continental et influencé par les vents froids venus de la Russie. Il est ainsi  intermédiaire entre le climat de l'Europe centrale et celui de la plaine de l'Europe orientale. La climat de chaque région a ses particularités.

    Dans les Carpates, trop peu élevées pour posséder à l'heure actuelle ni neiges éternelles ni glaciers, l'hiver est particulièrement long et rigoureux, le printemps rapide. A peine la fonte des neiges est-elle commencée que l'herbe apparaît de dessous le tapis blanc et que les troupeaux de la vallée s'apprêtent à gagner la montagne. Le court été est relativement chaud mais le climat est en somme beaucoup moins excessif que celui de la plaine. En Transylvanie, c'est un climat de montagne où l'hiver est rude, l'été relativement modéré, où dominent les pluies de printemps.

    La plaine roumaine, en effet, qu'il s'agisse de la Valachie et de la Moldavie est caractérisée par la rigueur de ses hivers au cours desquels la température descend parfois à -25°C et par ses étés brûlants (parfois + 35°C). Les températures de 42,8 °C et de -33,6 °C ont été relevées à Giurgiu. A Bucarest, l'amplitude annuelle est en moyenne de 40°C. Les jours de gelée sont nombreux. L'hiver, la neige tombe en abondance. Pendant 65 jours, le sol reste couvert de neige et il gèle 116 jours par an. Les pluies d'été sont violentes, mais l'eau s'évapore très rapidement. Sur le Danube, les brouillards et la gelée interrompent la navigation dès le mois de novembre

    Dans la distribution des précipitations, le caractère continental du climat apparaît aussi, mais des influences méditerranéennes tendent à se faire sentir. C'est ainsi que 35% des précipitations tombent l'été et 43 % l'hiver. Les vents qui soufflent dans les plaines roumaines, le « crivets » et l'« austru », sont l'un, violent, très chaud l'été et très froid l'hiver; c'est le vent pluvieux. Quant à l'« austru », il est un vent plutôt sec qui donne à l'atmosphère sa limpidité. C'est au « crivets» que la Valachie doit ses grandes amplitudes.

    La flore de la Roumanie.
    En ce qui concerne la flore, la Roumanie forme une sorte de région floristique spéciale qu'on peut appeler la « région dacique ». La Roumanie est aux portes du monde méditerranéen, aussi n'est-il pas étonnant que 85 espèces méditerranéennes se faufilent dans sa flore. Dans la montagne, la végétation de l'Europe centrale domine (conifères); dans les régions de transition, entre montagne et plaine, on trouve le chêne, l'orme, l'érable, le faux-platane et, le long des cours d'eau des fourrés et, en général, une flore rappelant le monde atlantique. Dans la plaine steppique, les influences russes prédominent. En somme, le monde floristique roumain est intermédiaire entre celui de l'Europe centrale celui de l'Europe orientale et celui de la Méditerranée orientale.

    .


    Etats et territoires
    [La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

    [Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

    © Serge Jodra, 2005 - 2009. - Reproduction interdite.