.
-

Roland

Roland, un des paladins de Charlemagne, célèbre dans les romans de chevalerie, mais dont l'existence historique, parfois mise en doute par les historiens,  ne repose que sur le seul récit d'Eginhard, qui rapporte que l'arrière-garde de l'expédition conduite en Espagne par Charlemagne fut assaillie, en 778, par les Gascons, dans la vallée de Roncevaux, en repassant les Pyrénées, et que Roland, préfet de la frontière britannique (Britannici limitis praefectus), fut tué dans cette surprise. La poésie du Moyen âge a fait de ce Roland un héros d'une taille extraordinaire et d'une force prodigieuse, neveu de Charlemagne et fils de sa soeur Berthe. Elle lui a attribué des exploits merveilleux, qui sont célébrés dans plusieurs textes littéraires
Roland de la Platière (Jean-Marie), né en 1752 à Villeffranche en Beaujolais, fut inspecteur général du commerce à Amiens et à Lyon. Il publia en 1782 des Lettres adressées à celle qui fut plus tard sa femme, et il donna en 1785 à l'Encyclopédie méthodique le Dictionnaire des manufactures. Il embrassa avec ardeur les idées de la Révolution, et établit à Lyon un club affilié à celui des Jacobins
-
Roland.
Roland (1734-1793).
(Gravure de Saint-Aubin).

Nommé ministre de l'intérieur en 1792, il soudoya le journal la Sentinelle, qui provoquait le renversement de la royauté. Renvoyé du ministère en juin 1792, il y rentra après le 10 août, et donna sa démission en janvier 1793. Proscrit avec les Girondins, il se réfugia à Rouen, et se tua près de cette ville, à la nouvelle de la mort de sa femme (ci-dessous).

Roland (Manon-Jeanne Phlipon, dite Mme), fille d'un graveur, née à Paris en 1754. C'était une femme d'un caractère exalté et ambitieux, qui devint républicaine dès sa plus tendre jeunesse, à la lecture de Plutarque. Le déisme remplaça chez elle le christianisme . Elle épousa Roland de la Platière en 1789, exerça sur lui un grand ascendant, et devint la conseillère des Girondins. Entraînée dans leur chute et arrêtée le 2 juin. 1793, elle monta courageusement. sur l'échaffaud révolutionnaire le 8 novembre suivant. 
-
Madame Roland.
Mme Roland (1754-1793).
(Gravure de Dieu).
Roland (Philippe Laurent), statuaire, né à Pont-à-Marcq, près de Lille, en 1746, résida 5 ans à Rome, et entra en 1781 à l'Académie de Peinture et de Sculpture, puis à l'institut dès sa création. Il mourut en 1816. La noblesse du style caractérise ses oeuvres.
Roland d'Erceville (B.-Gabriel), né à Paris en 1734, fut successivement conseiller et président au. parlement de Paris. Adversaire passionné des jésuites, il fut chargé par le parlement, en 1762, de l'exécution des arrêts concernant la suppression de cet ordre. Il publia en 1770 un Plan d'études, refondu en 1784 sous le titre de Plan d'éducation, où l'on trouve la première idée d'une université de France, pouvoir unique et central en matière d'enseignement. Il a aussi publié divers autres écrits. Il fut condamné à mort par le tribunal révolutionnaire en 1793.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.