.
-

Marco Polo
Aperçu Le voyage des Polo De retour à Venise La relation du voyage
Polo (Marco) ou  Marco Polo. - Voyageur du XIIIe siècle, né en 1254 ou 1255, mort en 1324. Il appartenait à une famille noble de la république de Venise (Italie) qui se livrait au commerce. Son père, Nicolao Polo, et son oncle, Matteo Polo, s'étaient rendus à Constantinople vers 1250. De là, ils étaient allés à Bolghari sur la Volga où résidait Barkah, khan des Tatares occidentaux. Des guerres ayant éclaté dans cette région, les voyageurs durent faire un long détour vers l'Est et ils allèrent jusqu'à Boukhara. Les deux Vénitiens arrivèrent chez eux  en 1269 après vingt ans d'absence. Marco Polo était né peu de mois après le départ de son père et de son oncle; à leur retour, il prit à son tour le goût des voyages, en entendant leurs récits. 

Lorsqu'en 1271, Nicolao et Matteo repartirent, Marco Polo voulut les suivre. A en croire ce dernier, les trois voyageurs parcoururent lentement l'Asie occidentale et la Tatarie. Ils passèrent dans le Badakchan, non loin des sources de l'ancien Oxus, puis à Khotan, et, après avoir traversé le désert de Gobi, arrivèrent au Tangout (L'histoire du Tibet) et à l'extrémité Nord-Ouest de la Chine. Le grand khan des Mongols reçut les voyageurs avec honneur et voulut s'attacher même le jeune Marco en lui donnant un haut emploi. Il l'employa dans des missions lointaines, dont celui-ci s'acquitta avec autant d'intelligence que de fidélité. Marco Polo obtint cependant de Koubilaï Khan la permission de partir pour accompagner par mer, via les îles de la Sonde, jusqu'en Perse des ambassadeurs de ce royaume. Marco Polo et ses compagnons traversèrent la Perse et l'Arménie jusqu'à Trébizonde, pour gagner de là Constantinople et l'Italie. Ils revinrent enfin à Venise en 1295, après une absence de vingt-cinq années. 

Ce long voyage de Marco Polo, s'il a bien eu lieu tel que le voyageur le raconte, est la première des grandes explorations en Asie; les indications qu'il a laissées ont longtemps formé le fonds de la géographie et de la cartographie pour l'extrême Orient. Quelque temps après son retour à Venise, une guerre étant survenue entre Venise et Gênes, Marco Polo arma une galère à ses frais et en prit le commandement pour soutenir la flotte de Venise contre celle de Gênes. Il fut fait prisonnier à la bataille livrée dans le golfe de Layas en 1296. II sortit de la prison de Gênes vers 1298 avec, son livre rédigé peut-être en français (dans le dialecte picard) sous sa dictée par Rustigielo di Pisa, homme lettré du temps, vulgairement nommé Rusticien de Pise. 
-

Marco Polo.
Marco Polo (gravure de 1477, Nuremberg).

Marco Polo fut à cette époque nommé membre du grand conseil de Venise. Il avait donné simplement pour titre à sa relation : le Livre de Marco Polo. On connaît aussi cet ouvrage sous les titres suivants : Le Livre des Merveilles [du Monde], La Description du Monde, Le Million (Il Milione). Les historiens doutent aujourd'hui de la réalité du voyage de Marco Polo en Chine (il ne semble pas avoir dépassé en réalité la région de la mer Caspienne), mais l'auteur n'en est pas moins très bien informé et, malgré la foule de faits extraordinaires qu'il relate et qui ont très tôt suscité des doutes sur la véracité de son récit, il produit une véritable description historique et géographique d'une grande partie de l'Asie

Marco Polo et la connaissance de l'Asie.
Pour bien apprécier l'influence que la relation des voyages de Marco Polo eut sur les progrès de la navigation et du commerce, il faut se rappeler que les anciens ne connaissaient rien du nord de l'Asie et qu'ils ne soupçonnaient même pas l'existence des vastes contrées qui la terminent à l'est; les notions qu'ils avaient transmises sur l'Orient aux peuples modernes de l'Europe s'effacèrent même en quelque sorte ou furent rendues inutiles dans leur application par le déclin rapide de l'Empire romain en Occident et par l'établissement de l'empire des califes. Des villes anciennes avaient disparu, de nouvelles villes avaient été fondées et agrandies, de nouveaux Etats s'étaient formés, de nouvelles religions avaient triomphé, de nouvelles langues s'étaient répandues, de nouvelles dénominations avaient partout prévalu, pendant que les peuples de l'Europe, en proie à la désorganisation ou divisés par des guerres sanglantes et plongés dans les ténèbres de l'ignorance par un clergé obscurantiste, étaient devenus de plus en plus étrangers les uns aux autres et au reste du monde. Deux grands événements les Croisades et les conquêtes de Gengis-khan, concoururent au commencement du XIIIe siècle à faire cesser cet isolement. Les Croisades forcèrent les diverses nations européennes à se réunir sous les mêmes tentes, à faire partie de la même confédération et à se considérer en quelque sorte comme les membres d'une même famille; il leur fallut enfin apprendre à connaître ces contrées orientales qu'envahissaient leurs armées. 

Les hordes que commandait Gengis-khan inondèrent tout à coup l'Asie et l'Europe. Elles envahirent en peu d'années, ou rendirent tributaires de leurs armes, la Chine, le Tibet, la presqu'île au delà de I'lnde, les deux empires mongols de Kashgar et de Kaptchak (La Horde d'Or), la grande et la petite Boukharie, le Khoraçan, le Kurdistan, l'Irak-Arabi (une partie de l'Irak actuel) et une partie de l'Asie Mineure. L'empire des Mongols s'étendait depuis l'Altaï jusqu'à l'Himalaya, depuis la mer du Japon jusqu'à la mer Noire, depuis l'embouchure de l'Amour jusqu'à celle de la Vistule, depuis l'île de Sumatra jusqu'à l'île Sakhaline. Ce fut alors qu'on soupçonna pour la première fois en Europe la vaste étendue de ces plaines du nord de l'Asie, que l'Antiquité désignait sous le nom vague de Scythie; ce fut aussi alors que les grandes et riches contrées qui terminaient à l'Orient cette partie du monde, sortirent en quelque sorte, pour les peuples de l'Occident, du sein de l'Océan où les systèmes des anciens géographes les avaient plongées.
-

Marco Polo.
A son retour, Marco Polo traverse le détroit d'Ormuz
accompagné d'éléphants et de chameaux.

Alors la politique de la cour de Rome et celle de plusieurs princes chrétiens cherchèrent dans ce subit accroissement de la puissance mongole, objet d'une si universelle terreur, des moyens d'étendre jusqu'aux extrémités de l'Asie la religion chrétienne et de se procurer par une puissante diversion un secours efficace contre les Turks et les Arabes, qui étaient sur le point de ravir aux Croisés des conquêtes pour lesquelles on avait prodigué tant de sang et de trésors, C'est dans ce but que furent envoyés aux divers princes mongols, flottant encore incertains entre leur ancienne religion (La Religion mongole) et l'Islam, de pieux missionnaires chargés de mettre les conquérants d'Asie dans les intérêts de la chrétienté. Si la politique et la religion chrétienne ne recueillirent que de faibles avantages de cette mesure, elle profita du moins au commerce et à la géographie, et l'on ne peut disconvenir que les relations d'Ascelin, de Carpini et de Rubruquis n'aient préparé les voies aux grandes découverte, dont la science est redevable aux lumières et au courage de la famille des Polo. (Z. / G. R.).



Baoxiu Shi, Miao Wang, Michel Dolinski , Sur les pas de Marco Polo, voyage au coeur de l'Asie centrale, Philippe Picquier, 2006. - Depuis les hauts plateaux du Pamir jusqu'à Pékin, voici un passionnant récit de voyage qui nous entraîne sur les traces de Marco Polo. En compagnie de deux Chinois épris d'aventure, nous suivons au plus près, étape après étape, l'itinéraire emprunté par le grand voyageur, il y a sept siècles de cela. Avec pour fil de lecture un aller-retour permanent entre les mirifiques descriptions que fit à son époque Marco Polo et la réalité d'aujourd'hui, tout aussi étonnante, de ces territoires inconnus si éloignés de la capitale et pourtant si civilisés. Ce livre est un guide pour découvrir une autre Chine, hors des sentiers battus, celle des Tajiks vivant dans les montagnes du Pamir, celle des Ouïghours de l'immense désert du Xinjiang, celle des Kirghiz, des Hui, des Mongols... Différents peuples que nos aventuriers rencontrent durant ce périple de 80 jours qui s'achève à Pékin, l'ancienne Dadu où Marco Polo termina cette partie de son voyage. Les superbes photographies de l'auteur et de ses complices, si elles nous font rêver, sont aussi là pour témoigner que ce "Livre des Merveilles" d'aujourd'hui est bien réel, à portée de main et de nos envies voyageuses.  (couv.)

Alain Chenevière,Voyage en Orient sur les traces de Marco Polo, Vilo, 1996.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2007. - Reproduction interdite.