.
-

La Terre > Les parties de la Terre > Les continents et les îles
L'Océanie

0 00 N
160 00 W
D'une façon générale, on entend par Océanie l'ensemble des terres insulaires comprises dans le Pacifique, entre l'Asie et l'Amérique, exception faite de quelques îles regardées pour leur situation comme américaines (Aléoutiennes, Revilla Gigedo, Galapagos, Juan Fernandez) ou comme asiatiques (îles Kouriles, archipel japonais, Taïwan, Haïnan). Côté asiatique, la délimitation de l'Océanie pose cependant quelques difficultés supplémentaires : la région que l'on appelle aujourd'hui l'Insulinde et qui correspond à l'ancienne Malaisie (îles de Bornéo, Célèbes (Sulawesi), Sumatra, Java, Bali, Lombok, Sumbawa, Florès, Timor, des archipels des Moluques et des Philippines) était autrefois entièrement rattachée à l'Océanie. On l'en sépare désormais pour l'essentiel. Le partage peut se faire selon divers critères, aucun vraiment satisfaisant; malgré le défaut qu'elle a de diviser l'Indonésie en deux, on peut adopter celui de la ligne Wallace, du nom du naturaliste qui mis en évidence une nette séparation entre les faunes que l'on rencontre de part et d'autre de cette limite. Ainsi les Philippines, Bornéo, Java et toutes les îles à l'Ouest de celles-ci seront considérées comme asiatiques, en revanche, les Célèbes, Bali et toutes les îles situées à l'Est de ces dernières pourront être considérées comme océaniennes. Cela concerne également l'Australie et ses dépendances. On peut aussi décider que toutes les îles appartenant à l'Indonésie doivent être rattachées à l'Asie; dans ce cas, la séparation entre Asie et Océanie coupe la Nouvelle-Guinée en deux. L'Océanie ainsi définie forme un immense polygone irrégulier de presque 180 millions de kilomètres carrés, développé dans les deux hémisphères.

L'Océanie est, avant tout, un monde d'îles. On le divise habituellement en trois régions : Mélanésie, Micronésie (groupes de petites îles, au Nord Ouest de l'Océanie), Polynésie (toutes les îles restantes, à l'Est des ensembles précédents) :

1° La Mélanésie, dont le nom rappelle une couleur très foncée des habitants, contient  la Nouvelle-Guinée et les archipels adjacents (l'archipel Bismarck, les îles Salomon, etc.), lles Nouvelles-Hébrides (Vanuatu), la Nouvelle-Calédonie et ses dépendances (îles Loyalty) et les Fidji, où les Mélanésiens sont fortement métissés de Polynésiens. On y ajoutera l'Australie et ses dépendances. La seule Australie compte pour 7,7 millions de km², sutr les 9 millions de km² de terres émergées dans toute l'Océanie.

2° La Micronésie  comprend les archipels des Mariannes, des Carolines, des Palau, de Marshall et de Gilbert.

3° la Polynésie renferme les îles Hawaï ou Sandwich, les Sporades centrales polynésiennes, les îles Phoenix, Ellice (Tuvalu), Marquises, Touamotou, Gambier, de la Société, l'archipel Toubouaï (îles Australes), l'archipel de Cook ou Hervey, les îles Samoa, Tonga, île de Pâques.
 

Mélanésie
Australie et dépendances
Australie
Iles de la Mer de Corail
Tasmanie
Ile Norfolk
Autres îles
Nouvelle-Guinée et dépendances
Nouvelle-Guinée
Partie occidentale : Irian Jaya (appartient à l'Indonésie)
Partie orientale : Papouasie-Nouvelle-Guinée
Archipel Bismarck
Salomon
Vanuatu
Fidji
Nouvelle-Calédonie
Ile des Pins
Iles Loyauté
Micronésie
Mariannes
Mariannes du Nord
Guam
Marshall
Nauru
Palau
Carolines (Etats Fédérés de Micronésie)
Kiribati (archipel occidental)
Iles Gilbert
Polynésie
Nouvelle-Zélande
 
Polynésie occidentale
Iles Samoa
Samoa (Etat indépendant)
Samoa Américaines
Tonga
Niue
Tuvalu (Ellice)
Tokelau
Wallis et Futuna
Polynésie centrale
Iles Cook
Polynésie française
Société, Gambier, Tuamotu,Marquises, Tubuaï
Polynésie orientale
Possessions des Etats-Unis
Hawaii
Wake
Refuges de la vie sauvage dans le Pacifique
Île Baker; Île Howland; Île Jarvis; Atoll Johnston;
Récif Kingman; Îles Midway; Atoll Palmyra
Kiribati (archipels orientaux)
Iles Phoenix
Iles de la Ligne (certaines îles aux Etats-Unis)
Ile de Pâques
Pitcairn
Sala y Gomes
Toutes ces terres forment de grandes rangées parallèles, alignées du Nord-Ouest au Sud-Est. Relativement petites et dispersées dans la Polynésie, minuscules dans la Micronésie, elles sont plus rapprochées, plus vastes, dans la  Mélanésie (Nouvelle-Guinée). Les petites îles ne sont en général que des atolls madréporiques, entourés de brisants. Les grandes terres, excepté l'Australie qui, par son origine comme par ses dimensions, est un continent spécial, sont, en général, volcaniques. Leur relief est, presque partout, constitué par de grandes cordillères, allongées sur les rivages opposés à l'Amérique, tandis que les plateaux et les plaines s'étalent plutôt sur les versants opposés à l'Asie. Cette conformation est aussi celle de l'Australie.
Carte de l'Océanie.
Nature des îles, géologie

On peut distinguer en Océanie les îles montagneuses et élevées de l'Ouest : Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Zélande, et les îles généralement basses de la Polynésie. (Le groupe le plus important, celui des îles Hawaii mis à part) Les îles basses sont en général d'origine corallienne. Elles se présentent le plus souvent sous la forme d'alignements circulaires, ou même de cercles plus ou moins ébréchés dont l'ensemble a reçu le nom d'atoll, d'après le nom des îles de formation analogue qui composent l'archipel des Maldives dans l'Océan Indien. Quand la mer pénètre à l'intérieur de l'atoll, elle y forme un bassin plus ou moins fermé appelé lagon. Les îles, même celles qui ne sont pas d'origine madréporique, sont presque toujours entourées d'une ceinture d'écueils coralliens.

C'est de cette observation qu'était parti Darwin pour expliquer la formation des atolls; il supposait un affaissement continu du fond du Pacifique qui faisait disparaître peu à peu l'île centrale; les coraux, qui ne peuvent vivre au delà d'une certaine profondeur, exhausseraient peu à peu leurs constructions qui, à la fin, subsisteraient seules. Cette théorie, longtemps acceptée, a été vivement combattue par Agassiz et par le géologue du Challenger, Murray. Ils ont constaté que des régions signalées par Darwin comme des zones d'affaissements étaient au contraire des zones stables on même en voie d'élévation. Ils en ont conclu que les atolls étaient simplement dus à des constructions coralliennes édifiées sur le bord de cratères sous-marins. 
Climat, faune, flore

Le climat.
La plupart des îles de l'Océanie jouissent d'un climat tropical maritime, plutôt que d'un climat équatorial. Sous l'équateur même en effet ne se trouvent que les Célèbes, l'extrême Nord de la Nouvelle-Guinée et les îlots de l'archipel Gilbert. Au centre même de l'océan, la masse de l'eau régularise les effets de la course du soleil; la zone des calmes équatoriaux ne se déplace guère, les vents alizés soufflent toute l'année. Il n'y a donc pas, à proprement parler, de saison sèche et de saison humide dans toute la Polynésie; il pleut toute l'année sur le côté des îles qui est frappé par l'alizé; il ne pleut presque pas sur l'autre côté. Dans la région occidentale, le régime change; les grandes îles ont une étendue assez importante pour modifier les conditions océaniques ; sur les petites îles mêmes l'influence continentale de l'Australie et de l'Asie transforme le régime des alizés en régime de moussons ; l'écran des hautes montagnes contribue aussi à arrêter les vapeurs et à produire, sur les côtés Nord et Sud, des alternances de saisons pluvieuse et sèche. 

Cette différence entre les pluies d'alizés et les pluies de moussons établit une différence sensible dans la végétation : sur les îles frappées par les alizés, la végétation est intense du côté où il pleut : elle est chétive sur le côté où il ne pleut pas. Dans la région des moussons, la végétation est luxuriante sur toute l'étendue des
îles. 

La végétation.
La végétation suit le climat et rappelle celle de l'Asie méridionale. Elle est proche de celle de l'Insulinde dans la zone limitrophe, dans la partie Nord de la Nouvelle-Guinée, dans les Nouvelles-Hébrides (Vanuatu), et en général sur toutes les îles basses. En Nouvelle-Guinée ont trouve des forêts vierges et cultures tropicales telles que la cannes à sucre, le café, les épices, le riz, le tabac, le coton. La flore de l'Australie, du Sud de la Nouvelle-Guinée et de la Nouvelle-Calédonie possède une flore un peu distincte. L'Australie, dont les plateaux intérieurs ne sont qu'une steppe buissonneuse, se prête, dans ses régions arrosées, à la culture des céréales, de la vigne et à l'élevage du mouton. Les îles micronésiennes et polynésiennes ne produisent qu'une flore restreinte (cocotier, pandanus, igname, taro). En Nouvelle-Zélande la flore a de nombreux rapports avec la flore de l'Amérique du Sud occidentale. Les îles volcaniques, beaucoup plus élevées que les madréporiques, sont en général des centres de flore endémique. Ce phénomène est particulièrement remarquable aux îles Hawaii où les plantes endémiques couvrent la région forestière, entre 290 et 1810 m. 

La faune.
Le manque d'espace n'a pas permis le développement d'une faune nombreuse. On ne compte qu'une cinquantaine d'espèces de mammifères, dont plus de la moitié en Nouvelle-Guinée. On ne trouve en Océanie ni singes, ni ruminants, mais des chiroptères, des marsupiaux (le kangourou y est l'animal indigène caractéristique de l'Australie) et des rongeurs, surtout des rats. Les oiseaux, nombreux dans l'Ouest, deviennent rares dans l'Est. Le casoar, l'apteryx, le kogou, mal protégés contre la destruction par l'insuffisance de leurs ailes, disparaissent rapidement. Les reptiles et les insectes ne sont nombreux que dans la région occidentale.
-

Australie : Poisson de la grande barrière de Corail.
Un poisson de la Grande barrière de corail, au large de l'Australie. Source : The World Factbook.


[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.