.
-

La Nouvelle-Guinée
La Nouvelle-Guinée est la plus grande île du globe après le Groenland (si l'on considère l'Australie comme un continent). Elle est située dans la partie occidentale de l'océan Pacifique. Partagée politiquement entre l'Indonésie (partie occidentale, nommée Irian Jaya) et la république de Papouasie-Nouvelle-Guinée (partie orientale), elle occupe une superficie de 785.360 km². 

Relief et géologie de la Nouvelle-Guinée.
Le relief de la Nouvelle-Guinée a été déterminé par la rencontre de deux plaques tectoniques : la plaque Inde-Australie et la plaque Pacifique. Les montagnes de l'îles apparaîssent ainsi comme un segment de la Ceinture de feu du Pacifique placé entre l'arc malais à l'Ouest et la ligne qui relie, à l'Est et au Sud-Est, les îles Salomon, Nouvelles-Hébrides (Vanuatu), la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande.
-

Carte de la Nouvelle-Guinée.
Le relief de la Nouvelle-Guinée.

La Nouvelle-Guinée est traversée dans toute sa longueur par une chaîne très élevée; elle porte les plus hauts sommets que l'on rencontre entre l'Himalaya et les Andes

La péninsule du Sud-Est n'est qu'une arête montagneuse (l'Owen Stanley Range, etc.), dont les principaux massifs sont  le mont Victoria (4073 m), le mont Albert-Edward (3990 m), le mont Suckling (3676 m), etc. 

Dans la partie centrale, les crêtes suivent un tracé plus éloigné des côtes, laissent au Sud la place à la grande plaine où roule le Fly et au Nord le bassin de la Sepik et, plus à l'Ouest,  la vallée irriguée par les diverses rivières qui confluent pour former le Mamberamo.
-

Nouvelle-Guinée : la vallée de Banz Waghi.
La vallée de Banz Waghi, à l'Est de la Nouvelle-Guinée (ca. 1955). Source : National Library of Australia.

Les différentes sections de cette chaîne centrale ont reçu différents noms : Bismarck range, Schrader Range, Muller Range, Central Range, Thurnvald Range, Star Mountains, puis dans l'Irian Jaya (la partie indonésienne), le Pegununga Maok ( les anciens monts d'Orange et monts de Nassau), où l'on trouve plusieurs sommets à neiges persistantes, dont l'un, le Puncak Jaya (anc. mont Sukarno)  atteint 5030 m.  On peut aussi citer le Puncak Trikora (anc. Wilhemina Peak, 4750 m) et le Puncak Mandala (4760 m).

La presqu'île du Nord-Ouest, la "tête d'Oiseau",  est en grande partie occupée par un massif où plusieurs sommets atteignent les 3000 m (Gunung Kwoka, Guning Umsini).

Les terrains sont formés surtout de grès et de calcaire; dans le Sud-Est, les roches volcaniques abondent; les formations coralliennes ont eu aussi une part importante dans la constitution de l'île : un cap au Nord de Finschhafen porte le nom de Fortification Point, à cause de la forme caractéristique de ses terrasses de calcaire corallien. Sur la côte Ouest; les sédiments, plus jeunes qu'à l'Est, sont de l'époque jurassique.

Les côtes de la Nouvelle-Guinée.
La nature des côtes est en relation directe avec le relief : tandis que la plaine où coule le Fly donne lieu à une côte plate, la péninsule montagneuse du Sud-Est est bordée de côtes abruptes. Les péninsules du Nord-Ouest descendent en pente douce à l'Ouest vers les mer de Céram et de Banda, tandis que la côte Ouest de la baie du Geelvink  (Teluk Cenderawasih), bordée par les monts Arfak, est escarpée. Le bord oriental de cette baie, ,jusqu'au cap d'Urville (Tanjung D'Urville), est bas et limoneux. A l'Est du fleuve Mamberamo la côte se relève.

Cette côte Nord de la partie centrale de l'île (côte de Fiunch) est la moins indentée : on n'y trouve guère que les deux baies peu profondes de Humboldt et de l'Astrolabe. Elle est bordée de chaînes peu élevées (Bewani, Torricelli, Alexander, Prince), qui la séparent de la vallée de la Sepik.
-


A Lakatois, près de Port-Moresby.

En continuant à l'Est on rencontre les monts Finisterre, qui s'avancent dans la mer vers l'île de la Nouvelle-Bretagne. Après le cap Cretin, la côte redescend au Sud formant le grand golfe de Huon. Celui-ci, avec le golfe de Papouasie, qui lui est opposé sur la côte Sud, marque le commencement de la presqu'île du Sud-Est, sur les côtes de laquelle sont les baies de Dyke Ackland, Collingwood, de Goodenough et de Milne. 

La côte Sud est de plus en plus découpée, à mesure qu'on approche des deux presqu'îles du Nord-Ouest. Onin et Berau (la Tête d'Oiseau), séparées par le golfe étroit et profond de Mac Cluer (Teluk Berau et Teluk Bintuni), qui n'est séparé que par un seuil de 20 km de large de la baie du Geelvink.

La Nouvelle-Guinée est entourée d'un grand nombre d'îles qui font partie du même groupe géographique. Au Nord-Ouest, ce sont les îles des Papous (Waigeo, Salawati, Misool, etc.); dans la baie du Geelvink, de îles principales (l'île Schouten ou Mysore et l'île Yapen ou Jobie) et de nombreux îlots; entre la baie de Humboldt et le golfe de Huon, un chapelet de petites îles (le groupe de l'île Walis, l'archipel des îles Schouten, l'îl Manam et l'île Karkar, anc. île Dampier); le long de la péninsule Sud-Est, les rangées parallèles des archipels d'Entrecasteaux et de Moresby; davantage à l'Est, le groupe de la Louisiade; sur la côte Sud, l'île Frédéric-Henri (Pulau Yos Sudarso), à peine séparée de la grande île par le Dolak, et les îles d'Arou (Kepulauan Aru) et de Kaï (Kepulauan Kai).
-

Carte de la Nouvelle-Guinée.
Carte de la Nouvelle-Guinée.

Climat et hydrographie de la Nouvelle-Guinée.
Par suite de sa position dans les basses latitudes et de sa proximité des continents asiatique et australien, la Nouvelle-Guinée a un climat de mousson, maritime et tropical. Mais la grande hauteur des montagnes arrête tour a tour l'humidité des moussons alternatives et établit une légère différence entre le Nord et le Sud. Ainsi la mousson du Nord-Est, qui souffle de novembre à avril, coïncide avec les hauteurs maximales de pluie dans la partie Nord, et c'est pendant le règne de la mousson du Sud-Ouest d'avril à novembre que les plaines du Sud sont le plus arrosées. Cependant, il pleut toute l'année, surtout la nuit, dans l'île tout entière.

L'abondance des pluies donne lieu à un réseau hydrographique très développé; les cours d'eau sont navigables parfois jusqu'à une assez grande distance. Quelques-uns comme le Fly, le Digul, le Mamberamo-Taritatu, le Ramu, la Sepik, sont de grands fleuves. 
-

Nouvelle-Guinée : forêts.
La végétation dans les montagnes de Nouvelle-Guinée. Source : National Library of Australia.

La flore et faune de la Nouvelle-Guinée.
La flore de la Nouvelle-Guinée marque une rupture avec celle de l'archipel indonésien, à l'Ouest de Bali (ligne Wallace), et se rapproche davantage de celle de l'Australie. Dans le Nord, la forêt est touffue comme aux Moluques  les arbres sont énormes, reliés les uns aux autres par des lianes. Le sous-bois est dénué de végétation. Cependant les espèces sont déjà moins nombreuses que dans les îles de la Sonde. Dans le Sud, la forêt s'éclaircit et l'on voit apparaître les arbres caractéristiques de l'Australie, l'acacia et l'eucalyptus. 

La faune, par suite de l'ancienne communication avec le continent voisin, est purement australienne. On y compte une vingtaine d'espèces de marsupiaux, dont un kangourou qui vit sur les arbres. On ne rencontre qu'un mammifère, le babiroussa, un porcidé. Les espèces d'oiseaux sont, au contraire, excessivement nombreuses, et la Nouvelle-Guinée est le domaine propre de l'Oiseau de paradis, dont les habitants de la baie du Geelvink (Teluk Cenderawasih) font un grand commerce. Le perroquet est représenté par des espèces de toutes les tailles et, de toutes les couleurs; les reptiles et les insectes sont très abondants : les scarabées et les papillons en particulier présentent les colorations les plus variées. (Ludovic Marchand).



Jacques et Betty Villeminot, Les hommes oubliés d'Océanie, Glénat, 2010.

Xavier-Marie Bonnot, Le Pays oublié du temps, (roman), Actes Sud, 2011



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.