.
-

Geoffroi de Monmouth

Geoffroi de Monmouth, écrivain gallois, né vers 1100, mort en 1154. Il fut élevé par son oncle paternel, Uchtryd, plus tard évêque de Llandaff. Dès 1129 au plus tard, il était en relations avec Walter, archidiacre d'Oxford ; or l'Historia regum Britannia de Geoffroi de Monmouth est tirée, s'il faut en croire l'auteur, d'un « livre très ancien, en langue celtique, Quem Gualterus Oxenfordiensis archidiacanus in Britannia advexit ». Vers 1135, il développa un conte de Nennius d'après lequel un certain Ambroise (Ambrosius) prédit au roi Wortigern la guerre entre les Saxons et les Celtes; il transforma cet Ambroise en Merlin (nom d'un sorcier chez les Gallois) et fit prédire par ce Merlin tous les événements de l'histoire bretonne jusqu'au temps où il écrivait : ce sont les fameuses Prophéties de Merlin

En janvier 1139, une première édition de l'Historia avait déjà paru, car il y en avait un exemplaire dans la bibliothèque de l'abbaye normande du Bec; une autre édition fut publiée vers 1147. Geoffroi semble avoir vécu à Llandaff à partir de 1140. Il dédia, en 1149, un poème assez élégamment écrit, Vita Merlini (= La Vie de Merlin), à l'évêque de Lincoln, Robert de Chesney. Ordonné prêtre le 16 février 1152, il fut consacré comme évêque de Saint-Asaph le 24 du même mois; mais il ne résida jamais, et mourut à Llandaff, où il fut enterré. 

Geoffroi a fait connaître à l'Occident, par ses traductions et ses adaptations en latin, une grande partie des traditions merveilleuses des peuples celtiques, auxquelles il a certainement, d'ailleurs, beaucoup ajouté de son cru. C'est l'Historia regum qui a popularisé le nom et la légende d'Arthur

« II n'est pas vrai cependant, dit Gaston Paris, que le livre de Geoffroi soit la source des romans arthuriens du Moyen âge; il n'en est que très peu et parmi les moins anciens qui l'aient utilisé; ils reposent sur les récits des conteurs et des chanteurs gallois qui n'ont nullement passé par le latin. Mais le succès de l'Historia fut très grand dans le monde des clercs; on accepta ses fables pour vérité, et, s'émerveillant de l'exactitude des prophéties de Merlin jusqu'en 1135, on s'efforça de démêler ce qu'elles annonçaient pour les temps subséquents. Geoffroi a ainsi réussi à faire accepter les contes bretons comme dignes de l'intérêt général, et a contribué, par sa brillante peinture de la cour d'Arthur, à leur donner un caractère chevaleresque et courtois qui leur était, à l'origine, absolument étranger.» 
L'Historia regum Britannia a été abrégée par Alfred de Beverley, traduite en vers anglo-normands par Geoffroi Gaimar (1145) et Wace (1155) ; plus tard, Layamon et Robert de Gloucester la mirent en anglais. (Ch.-V. L.).


En librairie - Geoffroy de Monmouth, La Vie de Merlin (1148), Climats, 1996.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.