.
-

Marot

Jean Marot est un poète français des XVe et XVIe siècles, né à Mathieu, près de Caen, vers 1463, mort vers 1523. Il vécut quelque temps à Cahors et épousa la fille d'un bourgeois de cette ville. En 1507, il entra au service d'Anne de Bretagne en qualité de secrétaire, puis il devint, après la mort de celle-ci, valet de chambre de François Ier. II était le poète attitré de la petite société féminine dont Anne de Bretagne, au témoignage de Brantôme, s'était entourée. C'est pour cette société qu'il écrivit le Doctrinal des princesses et des nobles dames (en 24 rondeaux assez élégamment tournés) et la Vray-disante Advocate des dames (en strophes de diverses formes entremêlées de rondeaux et de ballades). Dans le Voyage de Gênes (en vers de 10 syllabes mêlés de rondeaux et de quelques morceaux de prose), il raconte avec la fidélité d'un historiographe et dans un style souvent ferme et précis l'expédition dirigée par Louis XII contre les Génois; cet ouvrage plut tellement à la reine que, Louis XII se mettant en marche contre Venise (1509), elle fit attacher Marot à l'expédition : c'est cette expédition qu'il chanta dans sa principale oeuvre, le Voyage de Venise (même rythme que le Voyage de Gênes) où il y a de beaux vers descriptifs et parfois un véritable souffle héroïque (particulièrement dans les morceaux en alexandrins). Il avait commencé une épître sur la défaite des Suisses à Marignan (1515) que la mort, au témoignage de son fils, l'aurait empêché d'achever. Pourtant il est certain qu'il ne mourut que quelques années plus tard, car on trouve son nom dans les états de la maison du roi aux années 1522 et 1523. 

Par ces diverses oeuvres, qui furent largement répandues dans le public, Jean Marot, comme Gringoire, servait la politique de Louis XII et jouait en quelque sorte de rôle d'un véritable publiciste. Comme poète, Jean Marot appartient encore presque complètement au Moyen âge. Son plaidoyer en faveur des dames est une des dernières pièces de l'interminable procès ouvert plus d'un siècle auparavant; l'allégorie fleurit, même dans ses poèmes historiques, où l'on voit figurer Paix, Peuple, Noblesse, Marchandise, etc. Les formes qu'il emploie sont celles de la poésie du XVe siècle, le rondeau, le chant royal, la ballade, les strophes compliquées mises à la mode par les auteurs de mystères. Cependant il a moins de mauvais goût, se livre moins souvent aux laborieuses excentricités de versification que son contemporain Crétin. Sa prose en revanche est farcie de latinismes pédantesques, et il y parle presque toujours le langage de « l'Escholier limousin ». Moins imprégné d'humanisme que J. Lemaire, il laisse cependant, à certains signes, deviner que la Renaissance est proche; il emploie par exemple le rythme du sirventese italien et cultive, à l'exemple de J. Lemaire, l'épître imitée des Héroïdes d'Ovide (Epistre des dames de Paris au roy Franpois Ier estant delà les monts; Epistre des Dames de Paris aux courtisans de France, estans pour lors en Italie). 

Ses oeuvres publiées pour la première fois par son fils en 1532 et qui eurent plusieurs éditions au XVIe siècle ont été réimprimées à part en 1723 (Paris) et jointes par Lenglet-Dufresnoy à son édition des oeuvres de Clément  Marot (Paris, 1731, 4 vol. in-4 et 6 vol. in-12). L'abbé Sallier découvrit de lui, au XVIIIe siècle, un poème (Prière sur la restauration de la santé de Madame Anne de Bretagne) qui n'a été publié qu'à la fin du XIXe siècle. (A. Jeanroy).

Clément Marot est un poète français, né à Cahors vers 1497, mort à Turin en 1544, fils du précédent. Après avoir fait de très médiocres études, probablement à l'université de sa ville natale, il suivit à Paris son père en 1507. Après avoir passé quelque temps dans la basoche, il entra comme page chez Nicolas de Neuville, seigneur de Villeroi; c'est là qu'il écrivit sa première églogue, quelques ballades et le Temple de Cupido. En 1519, il devint valet de chambre de Marguerite, soeur de François Ier, duchesse d'Alençon. En 1524, il fit partie de l'expédition d'Italie; blessé et fait prisonnier à Pavie, mais relâché quelques jours après le combat, il rentra presque aussitôt à Paris. Dès cette époque commencent à se manifester chez lui ces tendances anticatholiques qui devaient faire le malheur de sa vie : en quelques années il ne fut pas en butte à moins de trois accusations sur lesquelles nous sommes loin d'être pleinement renseignés : en février 1526, sur la dénonciation d'une femme qu'il appelle Diane (et qui ne peut être ni Diane de Poitiers, ni Marguerite de Navarre, comme on l'a soutenu), il était arrêté et enfermé au Châtelet, qu'il a peint sous des couleurs extrêmement sombres dans son Enfer; heureusement pour lui il fut réclamé, on ne sait à quel titre, par Gaillard, évêque de Chartres, qui, sous prétexte de le retenir prisonnier, lui offrit la plus douce hospitalité. L'année suivante il était arrêté de nouveau pour avoir voulu arracher un prisonnier aux sergents du guet : c'est alors qu'il écrivit au roi la fameuse Epître qui, après une détention de quinze jours à peine, lui valut sa liberté (1er novembre 1527). 

Enfin, en 1532, il fut encore arrêté, probablement à la suite d'une accusation d'hérésie : cette fois, c'est à Marguerite de Navarre qu'il dut sa délivrance. Mais l'alerte avait été chaude, et c'est peu de temps après qu'il crut devoir quitter Paris. Dans l'intervalle il avait succédé à son père dans la charge de valet de chambre du roi (vers 1527); ces quelques années furent les plus heureuses de sa vie. En 1529, il avait assisté, avec la cour, à la signature du traité de Cambrai; en 1530, il s'était trouvé avec elle à Lyon, puis à Bordeaux, où il avait présenté une épître de bienvenue à Eléonore d'Autriche, la nouvelle reine de France. En 1532, après une grave maladie, il publie ses premières poésies (l'Adolescence clémentine) et donne une édition rajeunie des oeuvres de Villon. Alors éclata (octobre 1534) la fameuse affaire des « placards »; Marot, quoique absent de Paris, y fut impliqué; à la suite d'une perquisition opérée à son domicile et qui y fit découvrir des papiers compromettants, il fut mis sur la liste des 73 suspects cités à comparaître; poursuivi, il fuit de la Touraine à Bordeaux, de Bordeaux à Lyon, puis gagna l'Italie. Accueilli à Ferrare par Renée de France, auprès de qui se trouvait son ancienne protectrice Mme de Soubise, il adressa de là an roi et au dauphin (1535) deux épîtres où il essayait de se justifier et demandait un sauf-conduit de quelques mois,
Non pour aller visiter ses chasteaulx,
Mais pour reveoir ses petits Maroteaulx.
Après un court séjour à Venise, il obtint la permission désirée et rentra en France par Lyon, où il dut faire amende honorable, mais où, en revanche, il fut fort bien reçu par la petite société poétique groupée autour de Maurice Scève. A peine arrivé à Paris, il se fit de nouvelles affaires (querelle avec Sagon, 1537-1538). Il semble qu'il eût alors pleinement reconquis la faveur de François Ier, qui lui donna (juillet 1539) une maison au faubourg Saint-Germain (sur l'emplacement actuel de la rue de Tournon). C'est à ce moment qu'il traduisit les trente premiers psaumes, qu'il présenta à François ler et à Charles-Quint (alors de passage à Paris), et qui, mis en musique par Goudimel et Claude le Jeune, furent accueillis avec enthousiasme aussi bien par la cour que par les huguenots. La Sorbonne s'émut; le roi se découragea de protéger Marot qui s'enfuit; il eut la maladresse de se compromettre davantage encore en se réfugiant à Genève, où il publia vingt nouveaux psaumes et d'où il fut du reste chassé peu de temps après. Il se retira dans le Piémont, qui était alors entre les mains des Français, escomptant la protection de M. d'Annebaud, auquel le roi l'avait recommandé; il chanta encore la victoire de Cérisoles, puis il mourut à Turin, dans des circonstances inconnues, à la fin de 1544. Il y fut inhumé dans l'église Saint-Jean, par les soins de son ami Lyon Jamet.
-

Clément Marot (ca. 1497-1544).

Les oeuvres de Clément Marot appartiennent presque toutes aux genres déjà cultivés par ses prédécesseurs. Elles comprennent : le Temple de Cupido, poème allégorique, précieux et vieillot, dont le principal intérêt est d'être la première oeuvre de l'auteur; le Dialogue de deux amoureux, court morceau d'un style vif et naturel, d'une grande fraîcheur de sentiments, que le théâtre s'appropria en l'intitulant la Farce de deux amoureux; l'Eglogue au roi sous les noms de Pan et Robin (1539), travestissement pastoral dans le goût des XIVe et XVe siècles, où il y a des vers gracieux, intéressant surtout pour la biographie de Marot; l'Enfer, dont quelques parties sont d'une vigueur de coloris très rare chez lui; un Sermon du bon pasteur et du mauvais; le Riche en povreté, etc.; la Complainte d'un pastoureau chrétien, pièces religieuses et morales d'une médiocre venue; le Balladin, Douleur et Volupté, oeuvres allégoriques (posthumes), également médiocres, la première intéressante par les tendances protestantes qui s'y accusent nettement; des Epîtres (au nombre de 65), la meilleure partie de son oeuvre et dont plusieurs (au Roi pour avoir été dérobé, à Lyon Jamet, etc.) sont des modèles de fine ironie et de délicate urbanité; le titre en est emprunté à l'Antiquité, qui y est pourtant rarement imitée; le tour est plutôt du Moyen âge (comparez par exemple l'Epître pour avoir été dérobé et la Ballade de Villon à Monseigneur de Bourbon); les Epîtres du coq à l'âne rappellent de très près le vieux genre de la fatrasie ou resverie; des Elégies (27) où il y a quelques vers gracieux, mais fort peu de passion; le genre, nouveau en France, était pris, non directement aux Latins, mais à l'Italie; des Ballades (15), les unes d'un caractère officiel, froides, pédantesques, souvent pénibles; les autres inspirées par des circonstances de la vie de l'auteur, inférieures à celles de Villon, qui a moins d'esprit, mais plus de fantaisie et d'imprévu; des Chants divers (22), dont la plus grande partie sont des Chants royaux, qui ne diffèrent que par la forme de la première catégorie des Ballades; des Rondeaux (80) facilement et vivement versifiés, dont quelques-uns valent les meilleurs passages des Epîtres; c'est un des genres anciens que Clément Marot a le plus agréablement traités; des Chansons (42), morceaux faits pour la musique, qui ne rappellent en rien les oeuvres du Moyen âge portant le même nom; quelques-unes ont la liberté de l'épigramme, d'autres sont des exercices de versification où il semble que Marot ait voulu rivaliser avec ses prédécesseurs immédiats (voir par exemple la troisième, en rimes « fratrisées »); des Etrennes (54), très courtes pièces de circonstance, presque toutes adressées à des dames et destinées à accompagner ou à remplacer un cadeau; quelques-unes sont fort libres, un grand nombre spirituelles, plusieurs assez grossièrement satiriques; des Epitaphes (17) épigrammatiques; sous le titre général de Cimetière, Marot a réuni les épitaphes sérieuses (au nombre de 35); les Complaintes (5) sont encore des déplorations funèbres d'un style plus ambitieux et souvent fort pédantesque (la quatrième en forme de pastorale); des Epigrammes (294), pour la plupart très libres, où il y a beaucoup de vivacité et de trait; c'était une des parties les plus nouvelles de l'oeuvre de Marot et celle qui eut de son temps le plus de succès; diverses Traductions (notamment des deux premiers livres des Métamorphoses d'Ovide, de Lucien, de Pétrarque et d'Erasme), où Marot reste impuissant à varier son style suivant les auteurs, qu'il paraphrase du reste librement plutôt qu'il ne les traduit : des Oraisons (11) où on est choqué par la même absence d'inspiration, la même maladresse de style que dans les Psaumes; enfin, Marot a laissé cinq Préfaces d'un style aisé et simple qui nous montrent en lui un prosateur au moins égal aux meilleurs du temps. 

Le nom de Marot, dit La Harpe, est la première époque vraiment remarquable dans l'histoire de notre poésie, bien plus par le talent qui lui est particulier que par les progrès qu'il fit faire à notre versification. Ce talent est infiniment supérieur à tout ce qui l'a précédé, et même à tout ce qui l'a suivi jusqu'à Malherbe.
Marot n'est rien moins, bien que Boileau ait paru le considérer comme tel, que le premier des poètes modernes; il serait plutôt le dernier héritier du Moyen âge, mais il a dû à son vif génie fait d'élégance et de clarté, et surtout à d'heureuses circonstances (car celui-là, quand il n'était pas soutenu par celles-ci, ne l'a pas préservé des pires défauts), de faire mieux que personne ce que beaucoup d'autres avaient fait avant lui. Né au temps de la plus grande vogue des Molinet et des Crétin, élève de son père qui les imite au point de s'en distinguer à peine, ayant même reçu directement des conseils de Lemaire des Belges, il paraissait destiné à prolonger l'école emphatique des « rhétoriqueurs ». Mais il eut l'heureuse inspiration de se laisser façonner par la cour, qu'il appelle heureusement « sa maîtresse d'école ». 
-

Clément Marot

A l'austérité un peu morose qui régnait autour de Louis XII et d'Anne de Bretagne avait succédé, en effet, grâce au nouveau roi, qui attirait autour de lui les jeunes gens et les femmes, une atmosphère d'aimable élégance et de spirituelle liberté : Marot fut le poète de cette société nouvelle dont il ne s'écarta jamais sans dommage (il semble avoir été repris, vers le déclin de sa carrière, par le pédantesque qui avait marqué ses débuts); c'est à sa fréquentation qu'il dut son principal mérite : cette langue claire, nette, alerte, bien que moins exempte de latinismes qu'on ne le dit parfois), avec « ce je ne sais quoi de court, de hardi et de vif » que Fénelon y admirait. Il n'introduisit que peu de genres nouveaux, mais il traita les anciens avec une grâce et une aisance inconnues ; incomparable dans le « badinage », il est incapable de s'élever; il l'a essayé parfois (car les efforts qu'il fit à diverses reprises pour s'assimiler les oeuvres antiques témoignent qu'il n'était pas dupe de l'insuffisance de son art), mais il est toujours tombé d'autant plus lourdement qu'il avait aspiré à monter plus haut; ses traductions de Virgile et d'Ovide sont incolores et plates, et sa tentative pour faire passer dans notre langue les sublimes beautés de la Bible est, quoi qu'en aient pensé les contemporains, un des plus lamentables avortements qu'ait eu à enregistrer l'histoire littéraire. Il n'y avait dans Marot qu'un joli gazouillement : ce sera l'éternel honneur de la Pléiade de l'avoir compris et d'avoir voulu, par une discipline qui fut peut-être excessive ou maladroite, enrichir, «illustrer » la langue et tremper la pensée elle-même. (A. Jeanroy).



Anciennes éditions. - Clément Marot avait lui-même publié ses oeuvres en 1529, 1532, 1538 (chez Etienne Dolet), en 1544 (à Lyon); cette même année, au lendemain de la mort de Marot, Dolet publia ses oeuvres en adoptant l'ordre par genres que tous les éditeurs suivant ont conservé; le succès de la Pléiade ne paraît pas avoir nui à la réputation de Marot, qui ne commence à s'éclipser que dans les premières années du XVIIe siècle; de sa mort à 1600, on compte plus de 70 éditions de ses oeuvres (la plus importante est cellede Niort, 1596); de 1600 à 1615, 3 seulement; les seules éditions parues depuis qui aient une valeur sont celles de Lenglet Du Fresnoy (La Haye, 1731, 4 vol. in-4 ou 6 vol. in-12) ; d'Auguis (Paris, 1823, 5 vol in-8); de P. Lacroix (Paris, 1824, 3 vol. in-8); de P. Janet (Paris, 1868-1872, 4 vol. in-18. - G. Guiffrey avait commencé une édition qui promettait d'être fort supérieure aux précédentes ; les tomes II et III ont seuls paru (Paris, 1875 et 1881). Quelques-unes des pièces inédites publiées dans cette édition ont été reproduites par E. Voizard (Oeuvres choisies de C. Marot, Paris, 1890).

En librairie. - Clément Marot, Oeuvres complètes, Slatkine, 1980. - La mort n'y mord, La Différence, 1996. - L'adolescence Clémentine, Gallimard, 1987.

Collectif, Soleil du Soleil, anthologie du sonnet français de Marot à Malherbe, Gallimard, 2000.  - Tom Conley, L'inconscient graphique, essai sur l'écriture de la renaissance (Marot, Ronsard, Rabelais, Montaigne), Presses universitaires de Vincennes, 2000. - Michel Simonin et Gérard Defaux, Clément Marot, "prince des poètes français", 1496-1996, Honoré Champion, 1997. - Gérard Defaux, Marot, La génération Marot, poètes français et néo-latins (1515 - 1550), Honoré Champion, 1997. - Du même, Le poète en son jardin, étude sur l'adolescence clémentine et Clément Marot, Honoré Champion, 1996. - Du même, Rabelais, Montaigne, l'écriture comme présence, Honoré Champion, 1987. Jean-Luc Dejean, Clément Marot, Fayard, 1990.

Les Marot. - Architectes et graveurs français des XVIIe et XVIIIe siècles. 
Jean, le plus anciennement connu, , fils de Girard Marot, naquit à Paris vers 1620 et mourut à Paris le 15 décembre 1679. Il fut l'architecte de nombreux hôtels dans cette ville, entre autres : les hôtels Tussort, de Mortemart et Jabach, et donna les dessins du portail de l'ancienne église des Feuillantines ainsi que d'un projet d'achèvement du Louvre avec Lemercier. En province, on devait à Jean Marot les châteaux de Turny, en Bourgogne; de Lavardin, dans le Maine, quatre grottes au château de Saint-Germain-en-Laye et les bains du château de Maisons. L'oeuvre de cet artiste comme graveur est des plus considérables et comprend, outre des suites nombreuses de reproductions d'édifices et de compositions d'ornements : le Magnifique Château de Richelieu (infol. obl.); le Petit Oeuvre d'architecture, dit le Petit Marot, recueil de divers morceaux d'architecture, formé à Paris en 1764 (220 pl. in-4), et l'Architecture française ou Recueil des plans, élévations, coupes et profils des églises, palais, hôtels et maisons particulières de Paris, et des châteaux, et maisons de campagnes ou de plaisance des environs et de plusieurs autres endroits de France, par Marot père et fils (Paris, 1721, in-fol.).

Daniel, fils de Jean, né à Paris vers 1661 et mort vers 1720. En 1685, après la révocation de l'édit de Nantes, Daniel, qui avait collaboré déjà à de nombreuses oeuvres de son père, se réfugia en Hollande auprès du prince d'Orange, lequel, devenu en 1688 roi d'Angleterre sous le nom de Guillaume lII, l'emmena avec lui à Londres. On ne connaît, comme oeuvre d'architecture de cet artiste en Angleterre, que les dessins des jardins d'Hampton Court; mais, revenu en Hollande après la mort de Guillaume III, Daniel y fit élever le nouveau palais de Loo et la grande salle d'audience de La Haye, et donna les plans de l'escalier et des parterres du château de Voorst. Son oeuvre de graveur est en revanche beaucoup plus important et comprend, outre les pièces qu'il donna en collaboration avec son père et diverses suites de compositions, un recueil paru en 1712, sous ce titre : Oeuvres du sieur D. Marot, architecte de Guillaume III, roy de la Grande-Bretagne, contenant plusieurs pensées utiles aux architectes, peintres, sculpteurs, orfèvres, jardiniers et autres; le tout en faveur de ceux qui s'appliquent aux beaux-arts (Amsterdam, in-fol.).

Jean II, sans doute parent des précédents, était architecte et entrepreneur des bâtiments du roi, vers 1788. (Charles Lucas).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.