.
-

Magellan

Magellan (Fernão de) (forme espagnole et française du nom de Magalhães), illustre navigateur né à Saborosa (Tras-os-Montes) vers 1480, tué dans l'île de Matam (Philippines) le 27 avril 1521 (Les Grandes Découvertes). De famille noble, l'histoire de sa jeunesse est inconnue. Il fut peut-être page de la reine Lenoro, épouse de Jean II. Il servit aux Indes  sous Albuquerque, avec son cousin Francisco Serrão, qui se fixa à Tarnate (Moluques); le jeune Magellan se distingua par son courage à Malacca, à Azamor (Maroc), ou une blessure le rendit boiteux, et quitta le Portugal à la suite d'injustices du roi Manuel (octobre 1517). Il conçut le projet de chercher une route par l'Ouest, vers les îles Moluques, que la bulle de partage du pape Alexandre VI plaçait dans le domaine de la Castille
-
Portrait de Magellan
Fernão Magalhães (Magellan),
d'après une gravure de F. Selma.

Magellan forma son plan, d'accord avec l'astronome Ruy Faleiro, et ils le présentèrent au roi de Castille, le futur Charles-Quint. Ce projet était essentiellement commercial et appuyé pécuniairement par le négociant Christobal de Haro, d'origine portugaise. Le roi l'accepta après hésitation, et les clauses du contrat furent arrêtées le 22 mars 1518 entre Magellan et Ruy Faleiro d'une part, la cour de Castille de l'autre, malgré l'hostilité des officiers de la Contratacion (administration coloniale) et les réclamations du roi de Portugal. On le brouilla avec Ruy Faleiro qui, d'ailleurs, devint fou; on lui imposa comme inspecteur Juan de Cartagena et un autre compagnon et rival, Estevan Gomez. Il mit à la voile de San Lucar de Barrameda le 20 septembre 1519. Il commandait cinq navires; son pavillon était à bord du Trinidad, de 140 tonnes; le San Antonio (140 t.) était sous les ordres de Juan de Cartagena; la Concepcion (110 t.) sous ceux de Gaspard de Quesada; la Victoria (100 t.) sous ceux de Luis de Mendoza; le Santiago (90 t.) était confié à Joâo Serrão ou Serrano. 

Plusieurs Portugais, Français et Flamands figuraient dans les équipages dont les rôles conservés par Navarrete énumèrent 265 hommes. Il faut mentionner à part le Véronais Antonio Pigafetta et le Portugais Duarte Barbosa, historiographes de l'expédition.

Dès la début, le capitaine général eut à lutter contre l'indiscipline de ses subordonnés. Il dut faire mettre aux fers Juan de Cartagena. Le 13 décembre 1519, il pénétrait dans la baie de Rio de Janeiro, déjà connue des Portugais et des Dieppois. Le 10 janvier 1520, il découvrit l'estuaire de la Plata; le 31 mai, le port Saint-Julien (49°15' de latitude Sud); mais, à mesure qu'on avançait vers le Sud, le long de rivages désolés, à la recherche du détroit qui unissait les océans, le mécontentement des équipages croissait. Le 1er avril, Quesada et Mendoza s'insurgèrent, délivrèrent Cartagena. Magellan fit assassiner Mendoza et rétablit son autorité. Il fit alors décapiter Quesada et abandonna sur la plage Cartagena et le prêtre Pedro Sambez de la Reina, graciant quarante marins qu'il avait également condamnés. 
-


La Victoria, l'un des navires de Magellan
représenté dans l'atlas d'Ortelius (Theatrum orbis terrarum, 1570). 

Cependant l'hiver austral approchant, on resta cinq mois au port Saint-Julien; c'est là que l'on fit connaissance des Tehnelches, les gigantesques Patagons auxquels Pigafetta fit une extraordinaire réputation. Le Santiago, envoyé en exploration dans le Sud, se perdit dans le rio de Santa Cruz, mais Serrão ramena l'équipage. Le 24 août, Magellan remit à la voile; du 26 août au 18 octobre, il séjourna à Santa Cruz; ses instructions furent d'explorer la rivage jusqu'au 75° latitude Sud, et, si l'on ne trouvait pas le détroit, on irait aux Moluques par le Sud de l'Afrique. 

Le 18 octobre, on repartit de Santa Cruz, et le 21 on aperçut l'entrée du détroit qui fut exploré par le San Antonio et la Concepcion. A ce moment, le pilote Estevan Gomez entra en opposition avec son chef. Il profita d'une exploration isolée du San Antonio pour ameuter l'équipage et s'enfuir avec le navire qu'il ramena à Séville le 6 mai 1521. 
-

Détroit de Magellan.
Le détroit de Magellan.

 Magellan, achevant la traversée, atteignit, au bout de vingt jours, l'océan occidental (28 novembre 1520), baptisant le rivage qu'il venait d'explorer du nom de Terre de Feu, et de celui de mer Pacifique l'océan qu'il découvrait et trouva paisible. Magellan s'y engagea, s'orientant vers le Nord-Ouest avec le trois navires qui lui restaient, aperçut, le 24 janvier 1521, une île boisée qu'il appela San Pablo, une autre le 4 février, qu'il baptisa Los Tiburones, puis le 6 mars l'archipel de Las Velas latinas ou des Larrons (îles Mariannes). Enfin il aborda le 16 mars aux Philippines. Durant cette immense traversée, les vivres et l'eau manquèrent et l'équipage faillit périr. 

Le capitaine général passa de l'îlot de Mazagna à l'île de Cébu dont il convertit le chef au christianisme : mais il voulut le superposer aux autres chefs qui résistèrent; celui de l'île de Matan fut attaqué par Magellan qui affronta 1500 Malais avec 55 hommes et périt dans le combat. Sa mission était accomplie; en trouvant la route qu'il cherchait et qui d'ailleurs n'avait pas la valeur commerciale espérée, il avait accompli le premier voyage autour de la Terre. 

Cette circumnavigation ne fut achevée que par un navire, la Victoria, et 18 hommes, que Sebastian El Cano (ou del Cano) ramena en Espagne le 6 septembre 1522. Après la mort du chef, l'escadre avait gagné les Moluques, sous la direction de Carabello, puis d'El Cano. Celui-ci chargea d'épices les deux navires restant, mais dut bientôt abandonner la Trinidad. (A. -M. B.).



En bibliothèque -  La relation du voyage de Magellan a été écrite en italien par Pigafetta, dont le récit naïf et peu scientifique, mais sincère, est la base principale; il a été édité par Amoretti (Primo viaggio intorno al globo; Milan, 1800; français, Paris, 1801). Nunez de Carvalho publia dans ses Noticias para a historia e geografia dos Nações ultramarinas (Lisbonne, 1831, 6 vol.), un extrait du journal de Mestre Bantista, compagnon de Magellan, imprimé dès 1536.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.