.
-

M 31

Galaxie- Andromède
M 31 : nébuleuse d'Andromède.
Crédit: GALEX team, Caltech, NASA.
La galaxie d'Andromède (M 31) est de magnitude 4,90 et peut s'observer à l'oeil nu sous la forme d'une longue tache floue, au nord-ouest de u Andromedae. Il s'agit d'une spirale de type Sc. D'apparence plus grosse que notre Voie Lactée, elle serait légèrement moins massive. Sa distance : environ 2,5 millions d'années-lumière. Plusieurs galaxies naines sont en orbite autour de M 31. Sur l'image, la tache brillante au dessus du disque est M 32

On a découvert en 2003, une autre galaxie qui s'interpose entre nous et M 31, mais que l'on ne peut discerner aisément, faute de contraste suffisant entre ce nouvel objet et la galaxie en arrière-plan. En 2004, des radioastronomes du Green Bank Telescope (Virginie) ont par ailleurs annoncé la détection dans le voisinage de M 31 d'un vingtaine de nuages d'hydrogène neutre, ainsi que d'un filament de gaz apparemment relié à cette galaxie. Ces objets rappellent les nuages à grande vitesse (HVCs) repérés autour de la Voie lactée. Ils seraient  - comme sans doute une partie de ceux qui environnent notre Galaxie - des exemples de briques de construction des galaxies, témoins l'assemblage inachevé de M 31. 
-


Nuages d'hydrogène neutre dans l'environnement de M 31.
(Crédit : NRAO/AUI/NSF, WSRT).

Selon une étude publiée en mars 2004, la structure gravitationnelle du halo sombre de M 31 a également été mis en évidence grâce à l'étude d'un courant stellaire , découvert en 2001, similaire à la traînée d'étoiles semée par la Naine du Sagittaire, et déployé autour de cette galaxie. C'est la première fois qu'un tel résultat est obtenu pour une galaxie autre que la Voie lactée. La distribution des vitesses des étoiles de ce courant, rapprochée de divers modèles théoriques de la répartition de la matière autour de M 31 a montré en particulier qu'une quantité importante de matière sombre devait être présente ici comme dans le halo de notre propre Galaxie. Cette étude a conduit par ailleurs a une estimation nouvelle de la masse totale de M 31, évaluée à environ 750 milliards de masses solaires (dans un rayon de 125 parsecs).  L'étude qui vient d'être publiée ne permet cependant pas de conclure sur l'origine du courant. Il semble en relation avec M 32 et de NGC 205, mais pourrait également être issu d'une galaxie naine démantelée il y a moins de 2 milliards d'années et aujourd'hui complètement disparue. 

.


[Constellations][Système solaire][Dictionnaire cosmographique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.