.
-

Liberia
Republic of Liberia

6 30 N, 9 30 W
Le Liberia est un Etat de l'Afrique de l'Ouest, riverain de l'Océan Atlantique (à l'extrémité occidentale du golfe de Guinée) et frontalier avec la Sierra Leone, la Guinée et la Côte d'Ivoire. Du point de la géographie physique, le pays (111.370 km²) se décompose en deux partie, la plaine côtière (ancienne Côte des Graines) et les plateaux ondulés de l'intérieur, qui s'élèvent en direction de la Guinée et de la Côte d'Ivoire. La forêt équatoriale couvre ces deux zones. 

La capitale du Liberia est Monrovia (940.000 habitants). Autres villes  : Gbarnga (45.800 hab.), Kakata (34.000 hab.), Bensonville (33.000), Harper (33.700), etc. . Population totale : 3,7 millions d'habitants.

Les 15 comtés du Liberia

Bomi
Bong
Gbarpolu
Grand Bassa
Grand Cape Mount
Grand Gedeh
Grand Kru
Lofa
Margibi
Maryland
Montserrado
Nimba
River Cess
River Gee
Sinoe

Géographie physique.
La côte du Libéria  se dirige en ligne presque droite du Nord-Ouest au Sud-Est. Elle est généralement basse, sablonneuse, bordée de marécages et d'étangs, ou découpée par la mer en petites falaises rouges et blanches. Mais des promontoires marquent les angles du littoral : tel est le cap Mount ou de Monte qui s'avance assez loin dans la mer; il est boisé et s'élève à 325 m. Tel est encore le cap Mesurado (73 m) qui indique le port de Monrovia et marque la pointe la plus saillante de toute la côte. Ces promontoires se trouvent à l'extrémité des chaînes de collines qui descendent du plateau des Mandingues perpendiculairement et parallèlement aux rivières du pays de Libéria. On remarque particulièrement le Table-Mountain situé derrière Monrovia, qui atteint 335 m; le Tobacco-Mountain, près de la baie de Grand-Bassa; ou encore massif de grès rouge qui domine le cap des Palmes et qui s'élève à 332 m.

Le sol est formé, comme dans le Sierra-Leone voisin, d'une argile rougeâtre que recouvre un grès ferrugineux. Par endroits des roches éruptives affleurent. Çà et là, sur les pentes du plateau des Mandingues, on trouve des blocs de granit, dont quelques-uns sont striés.
-

Carte du Liberia.
Carte du Liberia. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une grande carte).

Les rivières qui se jettent dans l'Atlantique le long de la Côte des Graines sont, en allant du Nord au Sud : le Saint-Paul et le Mesurado, qui s'unissent dans un delta commun; le Queah et le Junk qui se jettent dans le même estuaire; le Cestos, la Sanguine, le Sinou et le Cavally. Le relief du sol, la nature de la côte et la géologie permettent de comprendre l'orientation de ces diverses rivières, ainsi que leur régime des eaux. Si l'on songe en effet que le plateau des Mandingues est peu éloigné de la mer et qu'il descend en pentes douces et régulières, perpendiculairement au littoral, on comprendra que les fleuves du Libéria soient assez courts, et coulent parallèlement les uns aux autres, presque en ligne droite, du Nord-Est au Sud-Ouest, dans des bassins étroits. St l'on songe en outre que la côte est basse et sablonneuse, on comprendra également que ces fleuves inondent en temps de crue la région littorale presque tout entière, que certains d'entre eux soient navigables assez loin dans l'intérieur (le Cavally, par exemple, est navigable en barque pendant plus de 100 km) et que l'embouchure en soit parfois obstruée par une barre (tel est le cas pour le Saint-Paul). Enfin il suffit de songer à l'existence de roches éruptives à la surface du sol pour comprendre les cataractes qui coupent par endroits certaines de ces rivières, le Saint-Paul par exemple.

Climat.
L'orientation générale de la contrée, tournée à la fois vers le Sud et vers l'Ouest, permet aussi de comprendre pourquoi les saisons perdent au Libéria la régularité qu'elles ont sur les régions plus septentrionales de la Sénégambie. La division générale des saisons reste d'ailleurs la même, l'année se partage en deux périodes les sécheresses, de décembre à fin avril; les pluies, de mai à fin novembre; la saison des pluies est elle-même interrompue du milieu d'août à la fin de septembre par une période plus calme. 

La chaleur n'est pas aussi grande que pourrait le faire supposer le voisinage de l'équateur. La moyenne annuelle est à Monrovia de 27°C et les variations diurnes de 25 à 30°C; le mois le plus chaud est le mois de janvier; les plus grands écarts du thermomètre ont lieu pendant la saison sèche : l'harmattan, qui souffle la nuit, apporte quelque fraîcheur des montagnes qu'il a traversées, au lieu que dans l'après-midi la chaleur est très forte. En temps ordinaire, la brise de terre souffle régulièrement le matin, la brise de mer l'après-midi.

Flore.
La flore ressemble à celle de la Sierra-Leone; elle appartient à la region du Soudan. La richesse de la végétation est extraordinaire : les dunes elles-mêmes se recouvrent de plantes, surtout de convolvulus et de petits palmiers hauts d'un mètre, les hyphaene. Parmi les arbres à fruits comestibles, il faut citer le cocotier et le manguier introduits sur la côte depuis quelques siècles seulement et qui ne sont pas répandus à l'intérieur; le kola, les ananas, le caféier enfin, qui croissent spontanément dans les forêts. Le caféier duLibéria atteint 12 à 13 m de haut; sa zone de croissance est comprise entre le niveau de la mer et une altitude de 800 à 900 m. On produit également l'huile de palme, le caoutchouc, le bois rouge, le cacao, la canne à sucre. Les arachides et la malaguette, exportées autrefois en grande quantité, le sont en revanche très peu depuis longtemps

Faune.
La faune de cette région, comme sa flore, ressemble à celle des pays voisins. Les différences qui permettent de l'en distinguer dérivent de la nature du sol. Les plateaux des Mandingues sont parcourus par des antilopes, des buffles, des éléphants; dans les villages prospèrent les animaux domestiques : chevaux, bœufs, chèvres et brebis. Dans la région côtière, au contraire, les habitants n'ont pas d'animaux domestiques; les hippopotames, les lamantins, les crocodiles sont rares dans les fleuves, les éléphants et les fauves dans les forêts; mais les buffles et les antilopes ne sont pas moins répandus que sur les plateaux; les singes sont assez nombreux; les insectes, mites et fourmis sont innombrables.

Economie.
Le Libéria est un pays à faible revenu, dont l'économie est fortement tributaire de l'aide étrangère. La guerre civile et la mauvaise gestion du gouvernement détruit une grande partie de l'économie du Libéria, en particulier l'infrastructure dans et autour de la capitale, Monrovia. De nombreuses entreprises ont fui le pays, emportant le capital et l'expertise avec elles, mais plusieurs sont revenues avec la fin des combats et l'installation d'un gouvernement démocratiquement élu en 2006. 

Richement doté de ressources en eau, en minéraux, en forêts, et bénéficiant d'un climat favorable à l'agriculture, le Libéria, qui a été autrefois un producteur et exportateur de produits de base, le bois brut et surtout en caoutchouc, fait revivre ces secteurs. Cependant, la reconstruction des infrastructures et l'augmentation des revenus reste entièrement dépendante de l'aide financière et technique des pays donateurs et des investissements étrangers dans des secteurs clés, tels que les infrastructures et la production d'électricité.

.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2012. - Reproduction interdite.