.
-

L'île de Crète
La Crète est la plus grande île de la Grèce. Située au Sud de la Mer Égée, elle s'étend de l'Est à l'Ouest sur une longueur de 260 kilomètres, et dont la largeur varie entre 12 et 55 kilomètres. Elle offre une superficie d'environ 8580 km². Sa population est de l'ordre de 550 000 habitants (2008). La ville principale est Héraklion (Iraklion), connue du Moyen âge aux premières années du XXe siècle sous le nom de Candie. Un nom, qui pendant cette période a aussi été celui de l'île tout entière.

Un large massif montagneux, le Psiloritis (ancien mont Ida), dont le point culminant atteint 2456 m, divise l'île en deux parties, orientale et occidentale; ce massif est flanqué à l'Ouest par les Montagnes Blanches, ou Asprovouna, qui culminent au mont Pachnes (2453 m), au pied duquel se trouvent les célèbres gorges de Samaria, et, à l'Est, par le mont Lashiti, ancien mont Dictè (2160 m). Ces massifs, en courant de l'Est à l'Ouest sur toute la longueur de l'île, déterminent deux étroits versants, celui du Sud presque à pic, d'une nature très tourmentée et formant parfois d'étroites vallées circulaires et fermées, dont les eaux ne trouvent d'issues que par des sortes d'entonnoirs.

Il n'existe dans toute l'île aucun cours d'eau important; néanmoins l'eau y est assez abondante dans toutes les parties basses, par suite de la fonte des neiges qui couronnent une partie de l'année les sommets des montagnes. Au Nord, de puissants contreforts s'avancent assez loin dans la mer et forment, en allant de l'Ouest à l'Est, les caps Grabouse, Spada, Akrotiri, Drapano, Khodro, Stavro, Khersonisi, Zuano et Salero, qui laissent entre eux les profondes échancrures, donnant naissance aux golfes de Kisamo, de la Canée, de la Sude, de l'Armyro, de Megalo-Kastron, de Mirabella et de Sitia. La côte Sud, taillée en hautes falaises, n'offre qu'un seul golfe important, celui de Massara, et quatre promontoires, ceux de Crio, Matala, Péristera et Kakialithi, près desquels se dressent quelques îlots rocheux sans importance.

Grâce à son heureux climat, qui tient le milieu entre celui de l'Europe méridionale et celui du Nord de l'Afrique, l'île de Crète est susceptible de fournir une grande variété de produits naturels; son sol de nature schisteuse, est extrêmement fertile. Historiquement, l'économie de la Crète a ainsi reposé sur l'exportation de l'huile d'olives en grande abondance; les vins, d'ailleurs fort estimés, les fruits, le sel, le miel, la laine, la soie, les grains et les éponges, ont aussi formé des articles d'exportation, mais en moindre quantité. De nos jours, l'agriculture et l'élevage (moutons) restent importants, mais le tourisme est devenu un secteur primordial de l'économie.



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.