.
-

Géorgie
Sak'art'velo

42 00 N, 43 30 E
La Géorgie, d'une superficie de 69.700 km², est un Etat d'Asie (région du Caucase), riverain de la Mer Noire. Le pays a en outre des frontières avec le Russie, l'Azerbaïdjan, l'Arménie et la Turquie.
Il faut distinguer la Géorgie, avec ses limites anciennes très étendues, de la Géorgie actuelle proprement dite, aux limites plus restreintes, à laquelle les Russes donnent plus particulièrement le nom de Grousie. L'ancienne Géorgie avait pour limites : au Nord, la chaîne du Caucase; à l'Ouest, la mer Noire; à l'Est, la mer Caspienne, et au Sud les montagnes du Kurdistan. 
D'un point de vue politique, la Géorgie se divise en 9 régions (mkharebi), une cité ((k'alak'i), Tbilisi, et de républiques autonomes (avtomnoy respubliki), l'Abkhasie (Ap'khazet'is Avtonomiuri Respublika) et l'Ajarie (Acharis Avtonomiuri Respublika). En 2008, l'Abhkasie et l'Ossétie du Sud ont fait sécession et sont devenus des sortes de protectorats de la Russie.

Les régions de la Géorgie

Guria (Gourie)
Imereti (Iméréthie)
Kakheti (Kakhétie)
Kvemo Kartli (Karthli)
Mtskheta-Mtianeti
Racha-Lechkhumi et Kvemo Svaneti
Samegrelo et Zemo Svaneti Samtskhe-Javakheti (Samtskhé)
Shida Kartli
-
La capitale, Tbilisi, compte 1,12 million d'habitants. Les autres villes sont de bien moindre importance : K'ut'aisi (179.000 hab.), Bat'umi (122.000 hab), Sokhumi (82.000), Zugdidi (73.000), etc. Population totale : 4,57 millions d'habitants (2012).
-
Carte de la Géorgie.
Carte de la Géorgie. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

Géographie physique.
La Géorgie est un pays très montagneux et notamment le Karthli. Les vallées qui le sillonnent sont dirigées sensiblement du Nord au Sud. Les fleuves et les rivières, nombreuses, ont une chute rapide et coulent souvent dans de profondes entailles falaisées. 

Le cours d'eau le plus important de la Grousie est le Rowe ou Ghour des Arméniens, le Mtkwari des Géorgiens et le Koros des Grecs. Il prend son origine à la montagne de Bar Khar, près de Koumourtou, se dirige vers le Nord jusqu'à Akhaltzikh, puis à l'Est jusqu'au confluent de l'Aragoua où il reçoit, dès lors, le nom de Kour-ra ou Koura. Il se réunit plus loin à l'Araxe, se dirige vers le Sud et se jette, par différentes embouchures, dans la mer Caspienne aux environs de Saliane, à environ 460 km de Tbilisi. Ses affluents sont nombreux ; ceux de la rive droite sont : le Chaff, le Thor, la Drama, la Tana, le Chaouli, le Thezam, la Kaffta; ceux de la rive gauche : la Chola, les Phrone, la Liagoua (près de Gori), formée de la réunion de la grande (Didi-Liagoua en ossète) et de la petite (Zizil-Lechavi) Liagoua, le Ksan, l'Aragoua (Kadde des Ossètes), formée de l'Aragoua blanche et de l'Aragoua noire. Cette rivière traverse un paysage sauvage et grandiose. La Kakhétie est traversée par l'Alasan et la Tora. Celle-ci prend sa source au Borbalo, haute montagne de la chaîne caucasique, et se jette dans l'Alasan, lui-même un affluent de la Rowe.

Le climat est doux puisqu'il permet la culture du coton, du riz, de la vigne, du mûrier, du sésame, du tabac, etc. Dans certaines parties basses, l'oranger, le citronnier, le grenadier, l'olivier résistent aux froids de l'hiver qui peuvent atteindre 15°C au-dessous de zéro suivant la région. L'été est souvent très chaud, comme à Tbilisi, où le thermomètre monte au delà de 30°C., ce qui a peut-être valu à cette ville son nom dérivé de tbili, c.-à-d. chaud en géorgien.

Le sol est généralement fertile, surtout en Kakhétie, le pays du vin par excellence. Le Samtskhé ou Akhaltzikh se prête davantage à l'élevage du bétail. L'agriculture n'est pas à la hauteur de la fertilité du sol ni l'exploitation des vergers et des jardins. On cultive surtout le froment d'hiver, l'orge, parfois le seigle. L'avoine est remplacée par l'orge. Le mûrier est abondant et estimé autant pour ses fruits que pour son feuillage alimentant les magnaneries. Les forêts sont moins belles et moins abondantes que dans la partie occidentale de l'isthme où les essences forestières acquièrent une force et des dimensions extraordinaires. Là aussi on cultive beaucoup différentes variétés et espèces de sorgho, ainsi que le maïs. 
-

Tbilisi.
Tbilisi, la capitale de la Géorgie, sur une ancienne photographie.

La faune domestique comprend le mouton stéatopyge, ensuite le buffle et le boeuf employés comme animaux de trait, la chèvre, la vache, l'âne autour des villes; le cheval, de petite race, mais solide, est réputé meilleur dans le Samtskhé. La faune sauvage comprend l'ours, le loup, le sanglier, le cerf, le touri ou bouquetin du Caucase, le renard, etc.

La faune ornithologique est assez pauvre, surtout en Kakhétie; on trouve la perdrix, le pigeon ramier, la grive, le tarbi (Turdus roseus), grand amateur de sauterelles, etc. Sur la foi de l'étymologie du fleuve Rion ou Phase, le faisan aurait été abondant sur ses rives. Les rivières sont poissonneuses, notamment le Kour et ses affluents, mais n'admettent surtout, à cause de leur chute rapide, que des truites et des saumons remontant en abondance de la Caspienne. 

Les richesses minérales comprennent quelques gisements de pierres précieuses parmi lesquelles l'émeraude, le lapis-lazuli (vallée de Sarcineth), des mines de fer et de cuivre (id.), d'or et d'argent (côté du Darial). La Géorgie possède de nombreuses sources minérales, entre autres celles de Bardjom, près de Tbilisi, celles d'Otzkhi près de l'ancienne ville d'Odzarakhi dans le Samtskhé. 

.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2012. - Reproduction interdite.