.
-

Fuss

Nicolaus von Fuss est un mathématicien d'origine suisse, né à Bâle le 30 janvier 1755 (style grég.), mort à Saint-Pétersbourg le 23 décembre 1823 (id.). Elève de Daniel Bernoulli, il se rendit en 1773 à Saint-Pétersbourg à la demande d'Euler, qui l'associa à ses travaux. En 1775, il fut nommé membre adjoint et en 1784 membre titulaire de l'Académie des sciences de cette ville; il en devint secrétaire perpétuel en 1800. Il prit la plus grande part à la réorganisation de l'enseignement secondaire et supérieur en Russie et reçut de l'empereur Alexandre Ier le titre de conseiller d'Etat. 

Ses travaux, qui ont plus spécialement porté sur la géométrie analytique, ont fait faire d'importants progrès à cette branche des mathématiques. On lui doit, en particulier, des recherches sur la sphère cylindriquement percée, sur la division d'un rhomboïde en quatre parties égales par deux droites rectangulaires, sur l'intégration des équations différentielles ydy + Pydx + Qdx = 0 et vdu + v (3y + f)dy + (y3 + fy2 + gy + h)dy = 0, sur le développement des lignes courbes à double courbure, sur le problème du cercle tangent à trois cercles donnés, sur le lieu des sommets des triangles de même base dont la somme des deux autres côtés est une constante, lieu qu'il a dénommé ellipse sphérique, sur l'influence exercée sur l'orbite d'une comète par le voisinage d'une planète, etc. 

Le recueil de l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg ne renferme pas moins de soixante mémoires de ce mathématicien, tous écrits en français ou en latin.  Il a, en outre, donné un Eloge de L. Euler (Saint-Pétersbourg, 1783, in-4; trad. allem.; Bâle 4786, in-8). (L. S.).

Paul-Heinrich von Fuss est un mathématicien russe, fils de Nicolaus (ci-dessus), né à Saint-Pétersbourg le 24 mai 1797 (anc. style), mort à Saint-Pétersbourg le 10 janver 1855 (id.). Il succéda en 1826 à son père comme membre titulaire et secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, dont il était élève depuis 1815 et membre adjoint depuis 1818.

 Il a publié : Correspondance mathématique et physique de quelques célèbres géomètres du XVIIIe siècle (Saint-Pétersbourg, 1843, 2 vol. in-8); L. Euleri Commentationes arithmeticae (Saint-Pétersbourg, 1849, 2 vol. in-4); L. Euleri Opera posthuma (Saint-Pétersbourg, s. d., 2 vol. in-4), etc. Il a en outre donné aux recueils de l'Académie de Saint-Pétersbourg plusieurs mémoires en latin et en français. (L. S.).

Georg-Albert von Fuss est un astronome russe, frère du précédent, né à Saint-Pétersbourg le 13 décembre 1806 (anc. style), mort à Vilnius le 5 janvier 1854 (id.). Envoyé à Pékin avec une mission religieuse (1830), il fit à l'aller et au retour d'intéressantes observations magnétiques et hypsométriques dans les pays traversés (Sibérie, Chine, etc.). En 1839, il entra comme astronome à l'observatoire de Pulkova et devint, en 1848, directeur de celui de Vilnius. La réfraction atmosphérique a été, de sa part, l'objet de plusieurs études parues dans le Bulletin de l'Académie de Saint-Pétersbourg (1838). (L. S.).
Jean-Dominique Fuss est un philologue belge, né à Duren en 1782, mort à Liège en 1860. Il fréquenta successivement les universités de Wurzbourg, de Halle et de Paris. En 1842, il collabora avec Hase à la publication du texte de Laurentius Lydus sur les magistrats romains, fut attaché à la Bibliothèque impériale et nommé en 1817 professeur à l'université de Liège. 

Il publia de nombreuses dissertations philologiques et un traité d'antiquités romaines qui fut longtemps classique dans plusieurs universités d'Allemagne, à Oxford et à Cambridge. Mais il se distingua surtout comme poète latin, et soutint avec beaucoup de verve et d'ingéniosité que la langue latine est assez flexible pour exprimer, tout en gardant sa pureté classique, toutes les idées modernes. Il traduisit en vers latins les oeuvres de plusieurs grands poètes contemporains. 

La liste de ses nombreuses publications se trouve dans la Bibliographie nationale de de Koninck (II, 78-79). En voici les principales : Carmina latina (Cologne, 1822, in-8); Goethei Elegiae XXIII et Schilleri Campana, latine, servata archetypi forma (Liège, 1824, in-8); Réflexions sur l'usage du latin moderne en poésie (Liège, 1829, in-8); Poemata latina (Liège, 1845-1846, 2 vol. in-8); Françoise de Rimini, traduction en vers latins avec des observations sur la « Divine Comédie » (Tournai, 1869, in-8). (GE.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2016. - Reproduction interdite.