.
-

Franklin

Benjamin Franklin a été ouvrier, imprimeur, philosophe, physicien et homme d'État américain. Il est né à Boston le 17 janvier 1706, mort à Philadelphie le 17 avril 1790. Son père, Josiah, presbytérien, avait émigré pour cause de religion vers 1680 : il était teinturier en soieries, mais il dut abandonner ce métier de luxe pour la fabrication du savon et de la chandelle. Benjamin naquit le quinzième de dix-sept enfants. Malgré les dispositions intellectuelles qu'il marquait, l'humble condition de sa famille borna son instruction au strict nécessaire : lire, écrire et compter; mais l'éducation morale et religieuse qu'il reçut, et surtout les exemples de travail et de scrupuleuse probité dont il était entouré, laissèrent dans son esprit des traces ineffaçables.

Comme tant d'autres enfants précoces, il dut aussi quelque chose aux Vies de Plutarque, dont il avait rencontré une traduction dépareillée. Dégoûté du métier paternel auquel il était d'abord destiné, il fut placé en apprentissage, par un contrat de neuf ans, chez son frère aîné James, imprimeur : il eut par là de nouvelles occasions de lectures (Foe, Mather, puis Locke, la Logique de Port-Royal, les opuscules socratiques de Xénophon, les Lettres provinciales) : il avait alors seize ans. Il se dégagea de la foi de son enfance par la lecture de Collins et de Shaftesbury, et perdit du même coup (il s'en accuse lui-même) quelque chose de la délicatesse morale dont il ne s'était jamais départi; il rompit son engagement avec son frère dans des circonstances telles que celui-ci ne pouvait le poursuivre; exploité et maltraité d'ailleurs, il nous paraît beaucoup plus excusable qu'il n'en jugea lui-même. En septembre 1723, il s'embarqua pour New York, puis vint à Philadelphie avec un dollar en poche. Il fut employé chez un imprimeur de dernier ordre, Keimer, et tira un merveilleux parti d'un détestable matériel. Le gouverneur de Pennsylvanie affecta de le protéger; mais pour devenir imprimeur de la province il fallait un matériel, et ses parents ne pouvaient ou ne voulaient l'aider. Il fut expédié en Angleterre pour en acquérir un; le gouverneur l'avait muni de prétendues lettres de recommandation qui ne lui servirent à rien. A Londres, il se perfectionna dans son art chez Palmer et chez Wall. C'est toujours par lui que nous savons qu'il y eut le tort d'oublier ou du moins de négliger sa fiancée de Philadelphie, miss Read; celle-ci pressée par ses parents épousa un homme indigne d'elle, et lorsque Franklin revint trois ans après (14 octobre 1726), il ne put tenir ses promesses qu'après la rupture légale de ce mariage (1730). 
-

Portrait de Benjamin Franklin.
Benjamin Franklin.

Econome, dur à lui-même, végétarien convaincu, Franklin trouva enfin à s'établir imprimeur en titre (1728). Ses talents lui valurent la clientèle du gouvernement. Il ne tarda pas à se donner carrière par d'utiles et lucratives entreprises : papeterie, journaux, et surtout almanachs populaires. Sous le titre de Richard Saunders, parut en 1732 un recueil de préceptes moraux et pratiques (Franklin ne sépare pas le bien de l'utile), de connaissances usuelles, etc., dont le succès fut immense; il y insiste sur des vertus qu'il connaissait bien, celles de la sobriété et de l'épargne. La forme ingénieuse et humoristique des maximes ne s'écarte jamais du sens populaire; aussi ne perd-elle rien à la traduction.

« Si les coquins connaissaient l'utilité de la vertu, ils se feraient honnêtes gens par coquinerie. » 
Telle est l'idée la plus générale que l'on puisse donner du principe utilitaire (Utilitarisme) sur lequel Franklin fonde la morale sans jamais en attaquer d'ailleurs la base métaphysique; on reconnaît le disciple de Xénophon (ou plutôt de Socrate) et de Locke. Il sait d'ailleurs qu'il s'adresse à des lecteurs divisés sur la question religieuse et blasés en matière de prédication et d'interprétations bibliques. Franklin fonda aussi un club où l'on discutait des questions de morale, de politique et de science. Il créa, au moyen d'une souscription, la première bibliothèque publique que les colonies aient possédée; puis une académie; puis une compagnie d'assurances contre l'incendie. Il contribua également à la fondation d'un hôpital. En même temps il avait appris par lui-même le français, le latin, l'espagnol, l'italien; il s'était surtout perfectionné dans les éléments des sciences physiques et naturelles, dont les applications ne le séduisaient pas moins que les principes. Ses remarques (faites lors de ses traversées de l'Atlantique) sur le degré supérieur de chaleur du gulf-stream, l'invention de l'harmonica, celle des cheminées économiques, dites à la Franklin, témoignaient déjà de son esprit observateur et pratique. 

Membre de l'assemblée provinciale de Pennsylvanie (1736), puis (1737) directeur des postes nommé par la couronne (ce qui était un emploi lucratif), il eut le temps et les moyens de s'adonner à la haute science, de voir et de refaire par lui-même les principales expériences relatives aux phénomènes électriques. De 1747 à 1752, il inventa la charge par cascades, c.-à-d. la première batterie électrique; émit la féconde hypothèse de l'unité du fluide électrique, négatif ou positif suivant les propriétés des corps; eut l'idée (en observant la couleur et le mouvement brisé de l'étincelle électrique et ses effets mortels sur les petits animaux) de la nature véritable de la foudre; nota le pouvoir que possèdent les pointes de déterminer lentement et à distance les échanges électriques; fit, en juin 1752, l'expérience immortelle du cerf-volant, lancé par son fils, et reçut, de la clef, qu'il avait attachée entre la corde en chanvre et la corde en soie, la décharge qui aurait pu le tuer et par laquelle fut établie l'identité de la foudre avec l'électricité; inventa enfin le paratonnerre, non sans déterminer avec soin le rayon de protection. L'ancien monde, et en particulier la Société royale des sciences de Londres, s'étaient d'abord montrés incrédules à l'annonce de ces grandes découvertes. Mais elles furent partout vérifiées, et leur auteur comblé de titres académiques. 

Cependant une lutte sourde avait commencé entre les colonies d'Amérique et la métropole. Esprit conciliant, ennemi de la guerre, des armements en course, etc., mais aussi des prohibitions commerciales et de l'arbitraire, Franklin, député au congrès d'Albany, vit son plan (Albany plan) rejeté à la fois par les assemblées provinciales et par les communes (1751). Le gouvernement anglais crut se l'attacher entièrement en le nommant grand maître des postes. Pendant la guerre de Sept Ans, qui interrompit la querelle aux dépens de la France, Franklin avança de l'argent à Braddock, leva une troupe de cinq cents hommes, se fit homme de guerre et ingénieur à cinquante ans, et fut élu colonel; mais cette élection fut cassée par la métropole, ainsi que les autres du même genre (1756). Il fut deux fois envoyé à Londres, en 1757 et en 1762, pour y défendre les droits de tous contre la famille de Penn et les propriétaires fonciers de la province, qui prétendaient se soustraire aux charges publiques. Trois autres colonies, le Massachusetts, le Connecticut et le Rhode Island, le chargèrent de leurs intérêts à Londres. En 1764, il remit à lord Grenville la protestation de ses commettants contre l'acte du timbre, qu'il fit révoquer dans la séance du 3 février 1766; mais les actes de recette (impôts indirects arbitraires) furent votés l'année suivante.

On ne sait, il ne voulut jamais dire comment il parvint en 1772 à se procurer des lettres confidentielles du gouverneur du Massachusetts, Hutchinson, et du lieutenant gouverneur Olivier, où les mesures les plus violentes étaient réclamées contre les «-colonies rebelles ». Quoi qu'il en soit, dans ce cas, la fin lui sembla justifier les moyens. Les papiers d'État en question furent publiés et répandus en Amérique, d'où parvint bientôt contre les fonctionnaires compromis une pétition que Franklin ne craignit pas de soutenir, par-devant le conseil privé, le 29 janvier 1774; il ne s'émut pas des insultes qui lui furent alors prodiguées par les gens du roi; il ne se laissa pas davantage circonvenir par les promesses les plus éclatantes, ni par l'éloge public que fit de lui Chatham lorsque le 1er février 1775, il eut à présenter, à la barre des lords, la pétition suprême du premier congrès américain. A la veille d'être arrêté comme auteur ou complice des insurgents, il s'embarqua (22 mars), fut reçu en triomphe à Philadelphie, élu député au Congrès, et membre de la commission qui proposa la déclaration d'indépendance (4 juillet 1776). Commissaire des États-Unis près la France (avec Deane et Lee), il repartit le 22 octobre, ne fut reçu qu'à titre privé par Vergennes; il fit l'admiration de la société parisienne, particulièrement de la société de Mme Helvetius; Turgot lui décerna en un seul vers le plus magnifique éloge :

« Eripuit cœlo fulmen, sceptrumque tyrannis. » 
Eloge dont Franklin, qui négociait avec un « tyran », repoussa toujours la deuxième partie avec autant de modestie que de finesse. Enfin fut signé le traité d'alliance du 6 février 1778, dans lequel la France ne stipulait pour elle-même aucun avantage en cas de victoire commune. La même année, Voltaire presque mourant bénissait les petits-enfants de Franklin au nom de Dieu et de la liberté (God and Liberty!) et les deux illustres vieillards s'embrassaient aux applaudissements du public, dans une séance de l'Académie des sciences. Franklin sut faire tourner sa popularité à l'avantage de ses concitoyens; c'est d'après son avis que les commissaires américains brusquèrent la signature du traité de paix avec l'Angleterre le 3 septembre 1783; Vérgennes se rabattit sur un traité de commerce; Franklin en conclut deux autres, avec la Suède et avec la Prusse

Malade de la pierre depuis 1782, c'est dans la litière de la reine qu'il fit le voyage de Passy au Havre pour revenir enfin, le 14 septembre 1785, à Philadelphie. Président de l'État de Pennsylvanie, il fut député par cet État, en 1787, à la Convention chargée de réviser la constitution américaine; son infirmité l'obligea l'année suivante à la retraite. Il souffrait héroïquement et répétait : 

« Cette vie est une préparation à la vie. » 

Une pleurésie aiguë l'enleva. Les treize États unis portèrent pendant deux mois le deuil de ce grand citoyen, de cet homme complet qui de la pauvreté s'était, par le génie et la vertu, élevé à la fortune et à La gloire. En France, Mirabeau fit décréter à la Constituante un deuil de trois jours. C'est à l'âge de vingt-trois ans que Franklin avait composé sa pieuse et spirituelle épitaphe : 
« Ci-git, - nourriture pour les vers le corps de Benjamin FRANKLIN, - imprimeur, - comme la couverture d'un vieux livre - dont les feuillets sont déchirés, - dont la reliure est usée. Mais l'ouvrage ne sera pas perdu; - car il reparaîtra, comme il le croit, dans une nouvelle édition, - revue et corrigée - par l'AUTEUR. » (H. Monin).


Stacy Schiff, La grande improvisation, Benjamin Franklin, Grasset et Fasquelle, 2007.

En bibliothèque - Les Oeuvres de Franklin ont paru à Londres en 1806-1810 (3 vol. in-8); mais l'édition la plus complète est celle donnée par Sparks, à Boston (1836-1840, 10 vol. in-8). - Lécuy et Barbeu-Dubourg ont donné dès 1773 (Paris, 2 vol. in-4) une traduction de ses Mémoires de physique sous le titre de Oeuvres. Citons encore (en français) : Mémoires de la vie privée, etc., traduits par Gibelin (Paris, 1791, in-8). - Correspondance inédite et secrète, etc., publiée par Ch. Malo (Paris, 1817, 2 vol. in-8). - Mélanges de morale, d'économie et de politique, par A.-Ch. Renouard (Paris, 1824, in-8).

Les opuscules de morale pratique, Conseils pour faire fortune, la Science du bonhomme Richard, ont été traduits et publiés dans toutes les langues littéraires. En français, par exemple, on a publié la Science du Bonhomme Richard, avec divers opuscules, Dijon, 1795.

Son Éloge a été lu par Condorcet à l'Académie des sciences, dont il était associé. Mignet a publié en 1848 une Vie de Franklin à l'usage de tout le monde. Son nom a été donné, aux États-Unis, à un grand nombre de comtés et de ville.

Franklin (le capitaine sir John), célèbre explorateur né à Spilsby (Lincolnshire) le 16 avril 1786, mort le 11 juin 1847. Entré dans la marine en 1800, malgré sa famille qui le destinait à l'Église, il prit part au bombardement de Copenhague (1801), accompagna en 1803 Matthew Flinders dans son voyage d'exploration dans les mers australes et fit, naufrage sur des bancs de corail. Il suivit alors le lieutenant Fowler en Chine et revint en Angleterre sur un vaisseau commandé par le commodore Dance avec lequel il combattit Linois. Franklin fut bientôt embarqué sur le Bellerophon et assista à la bataille de Trafalgar (1805). C'est lui qui fut chargé de conduire à Rio de Janeiro le duc de Bragance fuyant devant Junot. En 1815, il combattait brillamment à la Nouvelle-Orléans où il fut blessé. En 1818, il obtint le commandement d'un des navires de l'expédition du capitaine Buchan au pôle Nord. 

En 1819, il reçut l'ordre d'explorer les côtes de l'Amérique du Nord depuis l'embouchure de la rivière Coppermine jusqu'à l'extrémité Est du continent. Parry devait exécuter par mer le même voyage. Franklin, parti de York Factory sur la baie d'Hudson, suivit la côte jusqu'au cap Turn Again sur une distance de 5550 milles. Il eut à endurer des tortures inouïes et faillit périr de froid, de faim et de fatigue. Il perdit la plupart de son équipage, mais à force d'énergie parvint à exécuter sa mission. Il était de retour à York le 14 juin 1822.

Le récit qu'il a donné de ce voyage, Narrative of a Journey to the Shores of the Polar Sea in the Years 1818-22 (Londres, 1823, 2 vol), est un des plus émouvants qui soient. Cette lugubre expérience de l'existence de l'explorateur arctique n'empêcha pas Franklin d'entreprendre un nouveau voyage au pôle Nord en 1825. Il devait explorer les côtes de l'Amérique depuis l'embouchure du Mackensie jusqu'au détroit de Bering. Il ne put réaliser complètement le programme, mais il découvrit les îles Parry, Kendall, Pelley, etc., releva les côtes depuis le Mackensie jusqu'à la Coppermine River et atteignit la pointe Beechey (16 août 1826) par 70° 30' de latitude Nord et 150° de longitude Ouest. Cette expédition, moins tragique que la précédente, fut plus riche en résultats géographiques. Franklin, revenu à Liverpool le 26 septembre 1827, rapportait de précieuses collections d'histoire naturelle. Il fut nommé docteur de l'université d'Oxford, reçut la médaille d'or de la Société de géographie de Paris et fut créé baronnet (29 avril 1829). II publia le journal de ce voyage : Narrative of a second expedition to the Shores of the Polar Sea in the Years 1825-1827 (Londres, 1828).

De 1830 à 1833, Franklin commanda le Rainbow dans la Méditerranée et, de 1836 à 1843, il exerça les fonctions de gouverneur de Van Diemen. A peine de retour en Angleterre, il sollicita l'honneur de diriger une nouvelle expédition au pôle. L'amirauté fit quelques difficultés, lui objectant qu'il avait soixante ans et devait songer au repos. Franklin répondit fièrement qu'il n'avait que cinquante-neuf ans et obtint deux vaisseaux, l'Erèbe et la Terreur avec deux excellents marins, les capitaines Crozier et Fitz-James. L'expédition comprenait 138 hommes; elle quitta la Tamise le 18 mai 1845 : elle devait essayer d'atteindre le cap Walker et, de là, parvenir par la voie la plus directe au détroit de Bering. Au commencement de juillet, les deux navires étaient à Disko, le 26 on les vit à l'entrée du détroit de Lancastre. On ne les revit jamais plus.

L'inquiétude de lady Franklin (ci-dessous) et de ses amis provoqua un tel mouvement d'opinion que de toutes parts des expéditions publiques et privées furent envoyées à la recherche des explorateurs disparus. Il y en eut une en 1847 (Richardson et Rae), cinq en 1848, trois en 1849, dix en 1850 (parmi lesquelles celles d'Austin, Ommanney, Collinson et Mac Clure), deux en 1851, neuf en 1852, cinq en 1853, deux en 1854, une en 1855 et une en 1857 (Mac Clintock). En 1850, Ommanney et Penny découvrirent à l'île Beechey, à l'entrée du canal Wellington, trois tombes de membres de l'expédition de Franklin, dont les inscriptions montrèrent qu'il avait passé là l'hiver de 1845-1846. En 1854, le docteur Rae apprit par des Inuit qu'on avait vu des Blancs en 1850 le long de la côte de la Terre du Roi-Guillaume. 

Les Inuit possédaient des pièces d'argenterie qui avaient manifestement appartenu à Franklin et à Crozier. Enfin, le 25 mai 1859, Mac Clintock découvrait sur la Terre du Roi-Guillaume, près du cap Herschel, entre le 68e et le 69e parallèle, un écrit de Crozier et de Fitz-James, daté du 25 avril 1848 et mentionnant qu'ils avaient dû abandonner le 22 avril 1848 les deux navires bloqués par les glaces depuis le 12 septembre 1846 et que Franklin était mort le 11 juin 1847. Depuis, Swatka a retrouvé quelques autres traces de l'expédition, mais aucun nouveau document. On a pu conclure de ces maigres renseignements que Franklin, arrivé à la hauteur du cap Walker, s'était dirigé vers le Sud-Ouest. Descendant en 1846 par le détroit de Peel (aujourd'hui Franklin Channel), il était parvenu au 70° 5' de latitude Nord par 98° 23' de longitude Ouest, et par conséquent, il avait découvert le premier le passage Nord-Ouest. 

« Franklin et ses compagnons, écrit énergiquement Richardson, ont résolu le problème si longtemps cherché d'un passage Nord-Ouest en forgeant avec leurs vies, ou en d'autres termes avec leurs morts, le dernier anneau qui manquait encore pour compléter la chaîne. » 
Un monument a été élevé à Franklin dans Waterloo Place (Londres). Deux statues de lui figurent à Hobart Town et à Spilsby. (R. S.).


Alain Fillon, A la recherche de l'expédition Fanklin, Le Félin, 2007.
Franklin (Jane Griffin, lady), seconde femme de sir John Franklin (ci-dessus), née à Londres en 1792, morte le 8 juillet 1875. Elle épousa Franklin le 5 novembre 1828, voyagea en Syrie et en Asie Mineure pendant qu'il commandait dans la Méditerranée et l'accompagna à Van Diemen, où elle s'occupa fort activement de la condition des femmes des convicts. Lorsqu'en 1848 on fut sans nouvelles du malheureux explorateur, elle offrit une récompense de 2000 livres sterling pour stimuler les recherches. De 1850 à 1857, elle contribua en grande partie à équiper cinq navires, dont l'un, le Fox (capitaine Mac Clintock), découvrit enfin le sort de l'expédition. Pendant ce temps, lady Franklin trompait son anxiété en voyageant constamment. Dans les derniers mois de sa vie, elle équipa la Pandore pour tenter de traverser le passage Nord-Ouest en suivant le même itinéraire que son mari. (R. S.).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.