.
-

Fontenelle

Bernard le Bovier de Fontenelle est l'homme le plus universel de son siècle, né à Rouen le 11 février 1657, m. à Paris le 9 janvier 1757, âgé de 100 ans, était, par sa mère, neveu de Corneille. Il remporta dès l'âge de 14 ans un prix académique, se fit connaître par des poésies légères et pastorales, donna en 1680 une tragédie, Aspar, qui fut sifflée; prit part à la querelle sur le mérite des anciens, et se déclara pour les modernes; fit des opéras, entre autres Thétis et Pélée, qui eut du succès, publia un roman médiocre, les Lettres du chevalier d'Her***, donna en 1680 ses Dialogues des morts, qui furent bien accueillis, et fit paraître en 1686 les Entretiens sur la pluralité des Mondes, puis l'Histoire des oracles, d'après Van Dal, ouvrages qui le placèrent parmi les bons écrivains de l'époque, et le firent admettre à l'Académie française en 1691.

Dans la seconde moitié de sa vie il se livra plus spécialement aux sciences exactes, composa la Préface de l'analyse des infiniment petits de L'Hôpital, et donna lui-même la Géométrie de l'infini (1727). Il entra en 1697 à l'Académie des sciences, et fut de 1699 à 1737 secrétaire de cette compagnie; il rédigea en cette qualité l'Histoire de l'Académie (1666-99),et les Eloges des Académiciens, qui sont regardés comme le modèle du genre. il s'occupa aussi de métaphysique et professa le cartésianisme tout en s'écartant de Descartes sur la question de l'origine des idées; il a laissé un traité Du Bonheur et un Projet de traité de l'esprit humain.

Fontenelle brille surtout par la clarté et la simplicité du style; il eut le talent de mettre les matières scientifiques à la portée de tous les lecteurs. Il se fit une réputation dans le monde par la finesse de son esprit et l'à-propos de ses reparties. Portant jusqu'à l'excès la réserve, il disait que s'il tenait toutes les vérités dans sa main, il se garderait bien de l'ouvrir. On lui a reproché de la sécheresse et de l'égoïsme; on cite cependant de lui des traits de générosité; il était d'ailleurs sensible à l'amitié et fut étroitement lié avec Lamotte. 



Simone Mazauric, Fontenelle et l'invention de l'histoire des sciences à l'aube des Lumières, Fayard, 2007.
9782213633060
Editions anciennes - Ses œuvres ont été publiées en 1758, 11 vol. in-12- 1790, 8 vol. in-8, et 1825, 5 vol. in-8. D'Alembert et Garât ont écrit son Éloge.
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.