.
-

Farnèse

Farnèse. - Maison princière d'Italie, dont l'existence remonte au XIIIe siècle, était originaire du château de Farneto près d'Orviéto. Elle a fourni plusieurs généraux aux petits États de l'italie, a donné naisance au pape Paul III (Alexandre Farnèse) et a longtemps régné sur Parme et Plaisance.
Pierre Louis Farnèse, fils du Pape Paul III, né d'un mariage secret et antérieur à l'ordination de son père, fut investi par son père des duchés de Parme et de Plaisance en 1545. Cinq ans auparavant il avait été chargé de soumettre Pérouse, qui s'était révoltée contre le pape; il se rendit maître de cette ville, dévasta son territoire, et fit périr dans les supplices les principaux citoyens. Pierre Farnèse était un homme abominable; il se rendit odieux par ses procédés tyranniques, souleva Plaisance par ses spoliations et ses crimes, et fut poignardé en 1547 par un noble de cette ville. Il laissait 5 enfants, entre autres Octave, qui lui succéda, et Horace qui épousa Diane, fille, naturelle de Henri ll, roi de France.

Octave Farnèse, son fils, était gendre de Charles-Quint, ayant épousé Marguerite d'Autriche; cependant ce ne fut qu'après bien des contestations qu'il put prendre possession de Plaisance, qui s'était donnée à l'empereur, et ce n'est qu'à partir de 1556, c'est-à-dire neuf ans après la mort de son père qu'il jouit en paix de son héritage; il se fit bénir de ses sujets pendant un règne de 30 années, et mourut en 1586.

Alexandre Farnèse, le 3e duc de Parme (1586-1592),  gouverneur général des Pays-Bas, est né à Rome le 27 août 1545, et est mort à l'abbaye de Saint-Waast, près d'Arras, le 3 décembre 1592. Il était fils d'Octave Farnèse, duc de Parme; et de Marguerite d'Autriche, fille naturelle de Charles-Quint. Il suivit sa mère à Bruxelles, lorsqu'elle mit été nommée gouvernante générale des Pays-Bas, puis séjourna quelque temps à la cour de Philippe II et fut ensuite envoyé en Italie; il se distingua à la bataille de Lépante contre les Turcs et à celle de Gembloux contre les Gueux. Après la mort de Juan d'Autriche, il devint gouverneur général des Pays-Bas; tout justifiait ce choix : aucun des vieux généraux espagnols n'effaçait le due en valeur ni en prudence; ces qualités militaires, il joignait une adresse extrême dans le maniement des affaires politiques. Il n'était pas facile de restaurer dans les provinces belges l'autorité du roi d'Espagne; après les tentatives malheureuses de don Juan; la tâche pouvait même paraître impossible. Mais les Belges commirent la faute de se diviser; le duc de Parme profita habilement des circonstances. Il s'avança en Brabant avec 35.000 hommes, contraignit les troupes belges à se replier sur Anvers, et alors, maître de la campagne, il se rabattit sur Maestricht, prit cette place d'assaut, après quatre mois de siège, et la livra à toute la fureur d'une soldatesque effrénée. 
-

Alexandre Farnèse.
Alexandre Farnèse.

Pendant ce temps, il avait négocié une réconciliation avec les catholiques du Hainaut et de l'Artois qu'on appelait les Malcontents, et, libre de ce côté, il enleva successivement Malines, Bois-le-Duc, Tournai, soumit la Flandre, en recourant tour à tour à la force, à la douceur et à la corruption, et enfin obligea Anvers à capituler. La soumission de cette dernière ville coûta cher. Alexandre en avait commencé le blocus dès 1584; il entreprit de fermer le passage de l'Escaut en jetant un pont de bateaux sur ce fleuve, de Calloo à Oordam; tous les efforts des assiégés contre ce gigantesque ouvrage échouèrent; ces échecs répétés, le manque de vivres et surtout la nouvelle de la reddition de Bruxelles et de Malines abattirent l'énergie des Anversois, et ils se rendirent le 15 août 1585 à des conditions favorables. La domination espagnole était rétablie dans la partie méridionale des Pays-Bas, mais le succès des armes de Farnèse n'alla pas plus loin. Les provinces du Nord furent secourues par la reine d'Angleterre. Or, la situation de la Hollande et de la Zélande les rendait presque inattaquables aussi longtemps qu'elles n'avaient rien à craindre du côté de la mer. Le duc de Parme reçut l'ordre de réserver ses efforts pour détrôner la reine Élisabeth Ire; mais l'Invincible Armada fut tenue en échec par les marins anglais et hollandais et dispersée par les tempêtes (1587). Après l'insuccès de cette expédition, Alexandre dut marcher contre les protestants français : il dégagea successivement Paris et Rouen, sans se laisser entamer par les forces de Henri IV. Il mourut des suites d'une blessure reçue devant Caudebec. Son corps fut transporté à Parme; la ville de Plaisance lui érigea une statue équestre, due au ciseau de Jean de Bologne. De son mariage avec Marie de Portugal, Alexandre Farnèse eut deux fils Ranuce, qui lui succéda; Odoard, qui devint cardinal, et une fille, Marguerite, qui épousa Vincent, duc de Mantoue. (E. Hubert).

Ranuce I (Ranuccio I), fils du précédent, rappela la férocité de son aïeul Pierre Louis. Sous son règne fut construit le fameux théâtre de Parme, par Aléotti, sur le modèle des anciens théâtres romains. Il mourut en 1622. 

Les autres ducs de Farnèse, Ranuce I, 1593-1622; Odoardo ou Edouard, 1622-1646; Ranuce II, 1646-1694; François, 1694-1727; Antoine, 1727-31, ne firent rien d'important; ils n'eurent guère de remarquable que leur forte corpulence. Leur histoire se borne à un événement, la ruine de Castro et la perte de son territoire après une guerre de 8 ans contre les papes, 1641-1649. Antoine, frère et successeur de François, et fils de Ranuce II; mourut sans postérité. Sa nièce, Elisabeth Farnèse, mariée à Philippe V, roi d'Espagne, apporta à la maison espagnole de Bourbon le duché de Parme et de Plaisance, 1731, et en assura successivement la possession à ses deux fils, don Carlos et don Philippe.

La famille Farnèse est célèbre par la protection qu'elle donna aux arts. Elle possédait à Rome un palais où elle avait formé une collection des chefs-d'oeuvre de la sculpture antique. On connaît surtout le Taureau de Farnèse, auj. à Naples; la Flore, l'Hercule, le Gladiateur, dits aussi de Farnèse.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.