.
-

La Terre > Les parties de la Terre > Les continents et les îles > L'Europe
Géographie de l'Europe
Le climat de l'Europe
L'Europe est la partie du monde où l'océan pénètre le plus intimement dans les terres, par 32.000 kilomètres de rivages, dont 5800 sur l'océan Glacial Arctique, 13.500 sur l'océan Atlantique et les mers qui en dépendent, 12.700 sur la mer Méditerranée et ses annexes; celle où cette pénétration modère le plus la température en augmentant la tiédeur, en diminuant le froid, en égalisant les saisons, les jours, les nuits; celle, enfin, où la pluie arrive le mieux à son heure pour faire croître les moissons et verdir les pâturages. Seulement, il faut distinguer soigneusement entre l'Europe orientale, de climat « asiatique» extrême, brusque, sec, et l'Europe occidentale, de climat humide, modéré, grâce aux vents de l'Ouest et du Sud-Ouest, combinés avec les souffles tièdes ou chauds de la mer Méditerranée au Sud; enfin, les terres élevées, où l'altitude du sol refroidit le ciel, se trouvent au midi, sauf l'exception de la Scandinavie, de l'Ecosse, de l'Islande, et les plaines de peu d'altitude, les divers « pays bas » au Nord. C'est tout à fait à l'Ouest (tant au Sud qu'au Nord), sur le rivage occidental et septentrional de la péninsule Ibérique, sur l'occident de France et de Grande-Bretagne, et sur la Norvège, qu'il tombe le plus d'eau; il pleut bien moins sur la péninsule des Balkans; encore moins sur la Russie; très peu sur les pays tendant à la mer Caspienne; et, par un violent contraste, sur des plateaux d'Espagne voisins d'un maximum de pluie : on y trouve de véritables steppes, dignes d'Asie ou d'Afrique.
 
Isothermes de janvier
 
Isothermes de juillet
 
Précipitations
 
Zones de végétation
Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

La température 

La température d'un lieu dépend de causes diverses. On sait que les trois plus importantes sont la latitude,  l'altitude et la proximité de la mer.

Pour l'Europe, la proximité de l'océan Atlantique a une importance toute particulière, à cause des vents du Sud-Ouest et du Gulf-Stream (Les Courants marins), qui amène du golfe du Mexique les eaux chaudes des tropiques.

Ces deux dernières influences, combinées avec celles des vents et de l'exposition particulière de chaque lieu, font dévier les lignes isothermes qui, si elles obéissaient seulement à la latitude, se confondraient avec les parallèles. On distingue surtout les climats marins, propres aux contrées voisines de l'océan Atlantique, et les climats continentaux, propres aux régions éloignées de l'Océan.

L'Europe est comprise entre la ligne isotherme de 0°C, qui passe à l'extrémité septentrionale de l'Islande, au cap Nord, et enveloppe la Laponie, la mer Blanche et le Nord-Est de la Russie, la région continentale où le froid est intense, et la ligne isotherme de 20°C, qui, plus particulière à la la côte méditerranéenne de l'Afrique, ne touche  que l'extrémité Sud-Ouest de l'Europe, du côté du cap Saint-Vincent. La ligne isotherme qui marque la moyenne température de l'Europe est donc celle de 10 °C; elle passe au sud de l'Irlande, coupe obliquement l'Angleterre de l'extrémité septentrionale du Pays de Galles à l'embouchure de la Tamise, passe au nord du Zuyderzee, puis, obéissant à la loi des climats continentaux, elle se dirige au sud-est, en longeant les monts de Bohème (Tchéquie) et en traversant la Hongrie, la Valachie (Roumanie) et la Crimée.

La température moyenne des côtes européennes de la mer Méditerranée varie généralement entre 15 et 20 °C; celle des côtes des îles Britanniques, de la mer du Nord et de la mer Baltique, jusqu'au golfe de Finlande, entre 10 et 5 °C. En général, on peut dire que la température moyenne s'abaisse à mesure que, sous un même parallèle, on s'avance vers l'est dans l'intérieur du continent européen, de même qu'elle s'abaisse, dans une proportion beaucoup plus rapide, à mesure que, sous un même méridien, on s'avance vers le nord.

Les montagnes exercent sur la température moyenne, comme sur toute la météorologie, une grande influence, et donnent naissance à une foule de lignes secondaires. Par exemple, la région centrale des Alpes est enveloppée par une ligne isotherme de 5 °C qu'enveloppent d'autres lignes concentriques, marquant des températures plus élevées à mesure qu'on descend vers la plaine.

C'est principalement sur les lignes isochimènes ou de température égale durant l'hiver, et sur les lignes isothères ou de température égale durant l'été, que se fait sentir l'influence de l'océan Atlantique, puisqu'elle a pour principaux effets d'adoucir la froidure des hivers et la chaleur des étés; elle relève considérablement les premières vers le nord, et abaisse les secondes vers le sud, produisant ainsi, à l'occident de l'Europe, des climats tempérés, tandis que les climats continentaux qui se trouvent à l'orient de l'Europe sont des climats excessifs. Ainsi, par exemple, Dublin, ayant pour température hivernale +5 °C, et pour température estivale +15 °C, n'est soumis qu'à un écart moyen de 10 °C, tandis que les rives de l'Oural, ayant pour température hivernale -10 °C , et pour température estivale +20 °C, sont soumises à un écart de 30 °C.

L'Europe est comprise entre la ligne isochimène de 20 °C, qui est celle des bords de la Kara, et la ligne de + 15 °C, qui est celle du cap Saint-Vincent. La moyenne hivernale, entre 0 et -5 °C, est celle de la région située entre la mer du Nord, le Jutland, la Silésie, les Carpates, la mer Noire et le Caucase, d'une part, et, d'autre part, le cap Nord, les Alpes scandinaves, les îles d'Aland, le golfe de Riga et les bouches de la Volga.

L'Europe est comprise à peu près entre la ligne isothère de +10 °C, qui est celle de la côte méridionale de l'Islande, de la Laponie et des côtes de la mer Blanche, et la ligne de +25 °C, qui passe au sud de l'Espagne, de la Sicile et du Péloponnèse. La moyenne estivale est entre 15 et 20 °C : c'est la température de la France centrale et septentrionale, de l'Angleterre, de l'Allemagne du Nord, du midi de la presqu'île Scandinave et du centre de la Russie. Cette ligne moyenne des étés égaux n'est pas très différente du 42e parallèle, tandis que la ligne moyenne des hivers égaux s'en écarte beaucoup, et coupe obliquement ce parallèle dans la direction du nord-ouest au sud-est, relevée par la température de l'océan Atlantique qui baigne tout le nord-ouest de l'Europe.

Les vents 

Les vents sont dus à une inégalité de pression atmosphérique elle-même liée à une inégalité de température) sur deux points du globe.

Les vents alizés, qui n'existent que dans la zone tropicale, sont un des principaux effets de cette inégalité; ils produisent eux-mêmes un contre-courant qui, près des tropiques, règne dans les régions supérieures de l'atmosphère, puis vers le 30e degré de latitude s'abaisse à la surface du sol, et souffle, dans notre hémisphère, du sud-ouest au nord-est : de là, en Europe, la fréquence du vent de sud-ouest, vent tiède et chargé de vapeurs. Nulle part, il n'est plus fréquent qu'en Angleterre et en Suède, et, en général, près des rivages de l'ocean Atlantique; nulle part, moins fréquent que dans l'Europe orientale.

Le vent de nord-est, qui est produit par le grand mouvement de l'air attiré des régions polaires vers la zone torride, souffle fréquemment aussi; il domine, en général, dans l'Europe orientale, en Russie et en Hongrie. Venant de l'océan Glacial Arctique ou des vastes plaines de la Sibérie, il est froid.

Le vent d'est, selon la saison, est froid ou brûlant, parce qu'il traverse des plaines où la chaleur en été et le froid en hiver sont extrêmes; mais il est toujours sec, parce qu'il ne parcourt que des terres.

Ces deux vents principaux, vent de sud-ouest et vent de nord-est, peuvent, en se choquant l'un l'autre ou en se heurtant contre des chaînes de montagnes, dévier et par suite souffller à peu près vers tous les points de l'horizon.

Il y a encore beaucoup d'autres causes secondaires; l'une des plus importantes est le Sahara africain qui, par les appels d'air de sa vaste surface brûlante et sèche, donne naissance, dans la région méditerranéenne, à des vents violents du nord et du nord-ouest (mistral), ou, en contre-courant -du sud-est, au printemps (solano, sirocco ou foehn). Le massif élevé et neigeux des Alpes est aussi une cause importante de production de vents.

Les pluies 

Le vent apporte la pluie en charriant les nuages formés à partir de l'évaporation de la mer; quand ces nuages rencontrent un milieu plus froid, ils donnent lieu à des précipitations : c'est pourquoi les vents pluvieux, en, Europe, sont les vents d'ouest qui viennent de l'océan Atlantique, et surtout le vent du sud-ouest, qui amène en général des pluies fines et continues. Les vents d'est sont secs; cependant celui du nord-est donne assez souvent de la pluie, mais c'est le plus souvent une pluie d'orage, abondante et de courte durée.

Quand les nuages ne se sont pas résous en pluie sur les premiers rivages où le vent les a poussés, ils sont arrêtés par les chaînes de montagnes et s'y condensent en larges ondées. C'est pourquoi la pluie n'est nulle part aussi abondante que sur les rivages de l'océan Atlantique et dans les montagnes. A Lisbonne, dans le Leinster (Irlande), le Cornouaille et les Hébrides (Grande-Bretagne), dans les environs de Bergen (Norvège), la quantité de pluie qui tombe annuellement mesure 95 centimètres et plus au pluviomètre; dans toute la chaîne des grandes Alpes, elle atteint et dépasse 1 mètre et même 2 mètres ( Bergen, sur la côte, et le mont Ortler, dans les Alpes, sont les lieux d'Europe où il pleut le plus; on évalue à plus de 2 mètres la quantité annuelle de pluie à Bergen et à près de 3 mètres au mont Ortler la quantité décroît rapidement à mesure qu'on s'éloigne du faîte des Alpes : 1,50 m à Brescia, 0,93 m à Milan, 0,63 m à Parme, 1 mètre à Augsbourg, 0,38 m à Wurtzbourg).

Elle est de 67 centimètres : 1° dans le reste de l'Irlande, dans les Pays-Bas, dans les régions de France, d'Espagne et du Portugal, voisines de l'océan Atlantique ; 2° dans toute la région qui enveloppe les Alpes, depuis le plateau central de la France jusqu'au sud de l'Italie et aux Balkans; 3° dans les régions montagneuses du Harz, de la Bohême, de la Silésie.

Dans la vaste plaine de la Russie orientale et méridionale, la pluie est rare et ne dépasse pas 40 centimètres. Il en est de même sur quelques points particuliers, comme le plateau central de l'Espagne (meseta), les bords du Raab et les environs de Tokaï (Hongrie).

En général, dans une contrée traversée par une chaîne de montagnes, le versant occidental, qui reçoit directement les nuages de l'océan Atlantique, est plus arrosé que le versant oriental.

Le gigantesque massif neigeux des Alpes a un effet tout particulier; non seulement il retient, comme un immense réservoir, les nuages qu'il absorbe en partie; mais, plus froid que les régions circonvoisines, il est comme l'outre des vents : de ses flancs partent dans la direction du sud pour l'Italie et la vallée du Rhône, du nord pour l'Allemagne, des souffles qui entraînent les nuages amassées autour de ses pitons et qui portent avec eux la pluie.

Réserve faite pour toutes les perturbations de ce genre dues à des causes accidentelles, on constate, à mesure qu'on s'avance des côtes occidentales de l'océan Atlantique vers l'Oural :

1° Que la quantité de pluie qui tombe annuellement diminue : c'est ce que nous venons de voir;

2° Que le nombre de jours pendant lesquels la pluie tombe diminue également : 208 jours sur la côte orientale d'Irlande, 141 dans les plaines de l'Allemagne, 90 à Kazan;

3° Que la distribution de la pluie suivant les saisons se fait différemment, et que la saison pluvieuse par excellence est l'hiver dans le sud de la péninsule Ibérique, la Sicile, le sud de l'Italie et le Péloponnèse; l'automne dans le sud-ouest de l'Europe et sur la côte de l'Atlantique, c'est-à-dire dans la plus grande partie de la péninsule ibérique et de la France, dans la région alpine et dans presque toute l'Italie, dans les îles Britanniques et la majeure partie de la presqu'île Scandinave; l'été dans le centre et l'est de l'Europe, c'est-à-dire dans le nord-est de la France, dans l'Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, le sud-est de la presqu'île Scandinave, le nord de l'Autriche et la Russie. 

A l'est  est la région dite des pluies d'été, parce que la pluie qui y tombe en été dépasse 30 % du total des pluies annuelles; vient ensuite la région des pluies d'automne; au sud de la seconde, qui marque les points où les pluies d'été ne forment plus que 5 % du total, commence la région des pluies d'hiver.

Les rivages de la mer Méditerranée, protégés contre l'effet. des vents d'ouest par les chaînes ibériques, les Pyrénées et les Cévennes, et des vents de sud-ouest par le désert africain, obéissent à d'autres lois pluviales. Les pluies d'été y sont généralement rares. Dans le voisinage des Alpes, c'est le vent du nord qui amène la pluie; dans l'Italie méridionale, tantôt le vent du nord et tantôt le vent du sud; mais, à mesure qu'on s'avance vers le midi, la quantité annuelle de pluie diminue (elle est de 0,62 m au sud du Pô, de 0,54 m dans l'Italie méridionale et la Sicile. Les pluies sont particulièrement abondantes dans l'Istrie, espèce d'impasse montagneuse qui arrête les nuages.). Dans Ia Sicile, le sud de l'Italie et la Grèce, l'hiver est la saison pluvieuse, comme en Afrique.

Les climats 

Ces influences météorologiques, combinées avec le relief du sol, la constitution géologique des terrains, la direction des vallées, la distribution des eaux, donnent naissance à des climats nombreux et divers. On peut les grouper en quatre grandes catégories.

Le climat arctique.
Le climat arctique, voisin de l'océan Glacial Arctique, où les longues nuits d'hiver durent 24 heures et plus, correspond à des températures moyennes extrêmement rigoureuses (elles sont inférieures pendant les deux tiers de l'année à 0 °C), qui  ne permettent presque aucune culture.

Les climats continentaux
Les climats continentaux sont des climats dans lesquels il y a entre l'hiver et l'été une grande différence de température, et où la transition de l'un à l'autre est ordinairement brusque; c'est ainsi qu'à Moscou, la moyenne du mois le plus froid est de -10°C, et celle du mois le plus chaud de +17 °C, en sorte que la différence est de 27 °C; à Kazan, elle est de 34 °C (-16 °C,+18 °C). Ces climats occupent presque toute la région orientale et centrale de l'Europe, et renferment des régions très diverses, à savoir :

La région de la Baltique septentrionale.
La région de la mer Baltique septentrionale, comprend, d'une part, la Suède septentrionale, beaucoup plus froide et moins humide que la Norvège, à laquelle elle est adossée, parce que la barrière des Alpes scandinaves arrête les nuages, et, d'autre part, la Finlande, couverte de lacs et d'étangs, et où le thermomètre descend en hiver à 25°C et 30°C au-dessous de zéro;

La région de la grande plaine moscovite.
La région de la grande plaine moscovite est sèche et froide, balayée par les vents du nord-ouest et du nord-est, sans abri de montagnes. Elle reçoit peu de pluie, et presque uniquement la pluie d'été par le vent nord-est; Kazan et Moscou peuvent être pris comme types de cette région;

La région des steppes.
La région des steppes est une région de plaines généralement basses et dépourvues d'arbres, très exposées aux vents glacés et secs de sud-est et aux épouvantables tempêtes dites métels, bouranns ou chasse-neige, et produites par le vent du nord;

La région, polonaise.
La région, polonaise s'étend sur les trois grands bassins du Dniepr, de la Dvina et de la Vistule, et participe du caractère météorologique du plateau moscovite. Mais le climat, dans des plaines moins élevées au-dessus du niveau de la mer, est plus humide et moins rigoureux. Varsovie a une température moyenne de -4 °C dans le mois le plus froid et de + 18° C dans le mois le plus chaud;

La région de la basse Allemagne.
La région de la basse Allemagne s'étend du Brandebourg jusque dans la Flandre, en y comprenant le Jutland et même la Suède méridionale. Elle présente une vaste plaine dans laquelle dominent les pluies d'été, mais où la différence entre la rigueur de l'hiver et la chaleur de l'été est moins accusée que dans l'Europe orientale; à Berlin, la différence de la température du mois le plus froid au mois le plus chaud est de 21 °C (-3 °C, + 18 °C); à Dresde, de 20 °C (-2 °C, +18° C);

La région des Carpates et de la Bohème.
La région des Carpates et de la Bohème est montagneuse, partant plus arrosée par les pluies que les régions précédentes, et mieux abritée contre les vents d'est; la température moyenne de Prague est de 0 °C en hiver et de 18 °C en été;

La région danubienne.
La région danubienne est tempérée, conservant certains caractères alpestres dans le bassin moyen, marécageuse sur le bas Danube et froide en hiver à cause du vent des steppes, très chaude en été dans les plaines de la Hongrie, et très exposée par sa direction au souffle des vents d'est; cependant, les vents d'ouest dominent en Autriche, dans la République Tchèque et la Hongrie.

Les climats océaniques.
Les climats océaniques, ou climats marins, sont caractérisés par la douceur relative des étés et des hivers, par la fréquence des vents d'ouest et par l'abondance des pluies automnales; ils comprennent :

La région norvégienne.
La région norvégienne (Norvège et Suède méridionale), favorisée, malgré sa latitude élevée, est d'un climat relativement doux, à cause de la proximité de l'océan Atlantique et du Gulfstream; la pluie y est très fréquente et contribue à l'adoucissement de la température d'hiver; l'été est même chaud clans certaines portions du Sud;

La région britannique.
La région britannique a des caractères distincts sur les côtes orientales et sur les côtes occidentales, les premières ayant un climat plus humide et plus doux; mais, même sur la côte occidentale, les écarts de température de l'hiver à l'été sont assez faibles; ils sont à Édimbourg de 3 °C à 14 °C; à Londres, de +4 °C à 15 °C; dans les îles Hébrides, sous un ciel très pluvieux, les hivers sont moins rudes qu'à Londres;

La région des Pays-Bas et de la Manche.
La région des Pays-Bas et de la Manche comprend aussi  le climat séquanien. La température de l'hiver et celle de l'été sont de +2° et 18°C à Bruxelles, de 0 °C et +17 °C à Hambourg

La région pyrénéenne.
La région pyrénéenne, à laquelle se rattachent le climat girondin, comprend aussi toute la côte nord-ouest de la péninsule Ibérique;

La région alpine.
La région alpine, composée de montagnes, d'étroites vallées et de plateaux élevés, est particulièrement pluvieuse, avec de rapides variations de température selon l'altitude, des hivers très froids sur les versants septentrionaux et des étés très chauds sur les versants méridionaux, réchauffée et quelquefois desséchée par le souffle du foehn : à Berne, la moyenne de l'hiver est de 0 °C, et celle de l'été de 15 °C, tandis qu'à Milan, l'une est de 2 °C et l'autre de +22 °C (le climat rhodanien en France en dépend).

Les climats méditerranéens.
Les climats méditerranéens sont  plus chauds en général que les précédents, placés hors de l'influence des vents pluvieux de l'océan Atlantique, mais ils sont soumis aux vents qui, par suite de dépression atmosphérique dans le Sahara, soufflent vers l'Afrique ou partent, par un contre-courant, de l'Afrique vers l'Europe; ils comprennent trois régions correspondant aux trois péninsules :

La région ibérique.
La région ibérique est très chaude et presque africaine, dans l'Andalousie, Valence, Murcie et même le sud du Portugal;  c'est une région où les pluies d'hiver sont très abondantes, et où souffle le solano pareil au simoun, plus sèche qu'aucune autre contrée d'Europe, sur le plateau central, où alternent, à cause de l'élévation du sol, des hivers froids et des étés brûlants; à Madrid, par exemple, la différence entre l'été et l'hiver est de 18 °C, tandis qu'elle n'est guère que de 10 °C à Lisbonne, où la température hivernale ne descend guère au-dessous de +10 °C;

La région italique.
La région italique (à laquelle se rattache le climat méditerranéen de la France, présentant dans la vallée du , surtout au pied des Alpes, se caractérise par un hiver froid, un été chaud et des alternatives de vents très divers, surtout du sirocco, étouffant et pluvieux, du grécale (vent du Nod-Ouest), sec et froid, du vent d'est, presque toujours pluvieux; mais elle jouit d'une température plus également chaude, l'hiver comme l'été, au sud-ouest des Apennins, et surtout en Sicile ( la moyenne de l'été est de 21 °C et celle de l'hiver de   +3 °C à Turin; à Palerme, la moyenne de l'été est de + 25 °C, celle de l'hiver de 12°. °C), où poussent le coton et la canne à sucre et où le ciel est d'une remarquable pureté pendant presque toute l'année;

La région hellénique.
La région Hellénique est une région où l'on trouve, à cause des montagnes qui coupent le pays, des climats très divers, un ciel pur, mais une chaleur généralement moindre que dans l'Italie occidentale et méridionale; la région du Tchar-Dagh reste sept mois couverte de neige et est toute l'année exposée à de violents ouragans, tandis que les vallées de autour de la mer Egée ont un hiver très doux et un été très chaud; des pluies presque continuelles et le vent du nord règnent durant l'hiver.

Les cultures

Dans les climats arctiques, la culture n'existe pas; l'orge et l'avoine seules parviennent à pousser dans quelques rares terrains très bien exposés, parce que deux ou trois mois de chaleur leur suffisent pour mûrir, quel qu'ait été le froid de l'hiver. Les sapins et les pins y gèlent; les premiers ne se hasardent guère au delà du 68e degré, et les seconds au delà du 70e; dans la presqu'île Scandinave, le peuplier, le hêtre et le chêne, au delà de 60e et 62e degrés; dans l'est de l'Europe, près de l'Oural, ils atteignent à peine le 55e degré.

La vigne a à peu près pour limite le 49e degré, qu'elle n'atteint ni sur la côte de l'océan Atlantique, où le soleil d'été n'est pas assez ardent, ni dans la région des steppes, où le froid est trop vif, mais qu'elle dépasse dans quelques cantons privilégiés de l'Allemagne.

Au nord de la latitude de Saint-Pétershourg, les céréales cultivées sont l'orge, qui peut mûrir en Norvège jusque sous le 69e degré, l'avoine et le seigle; au sud de la ligne de Saint-Pétersbourg, le seigle devient plus abondant, et, mêlé au froment, il est la principale céréale dans la région qui s'étend jusqu'à la latitude de York en Angleterre et de Berlin sur le continent. Au sud de la ligne passant par York et Berlin, commence la région dans laquelle domine le froment et surtout le blé tendre et qui s'étend à peu près jusqu'à la zone des climats méditerranéens; dans cette dernière zone (à laquelle il faut ajouter les régions girondine, rhodanienne et portugaise), la culture du maïs se mêle à celle du blé, surtout du blé dur, et, sur certains points, à celle du riz.

Dans toute la région des climats méditerranéens, on pratique la culture du mûrier et l'élevage du ver à soie; dans les parties favorisées du soleil, poussent l'amandier, l'olivier, l'oranger, le citronnier, et, sur quelques points, le palmier, comme dans la plaine d'Alicante, le cotonnier, comme en Sicile et dans la campagne de Salonique. (E. Levasseur.).



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2016. - Reproduction interdite.