.
-

Les Catastérismes
Ératosthène 

Comment devient-on une constellation?

Ératosthène
La Grande Ourse
Hésiode  dit qu'elle était fille de Lycaon, et qu'elle habita l'Arcadie, mais que sa passion pour la chasse l'entraînant à la suite d'Artémis dans les montagnes, elle fut séduite par Zeus; elle n'en dit rien à cette déesse, mais sa grossesse avançant, et prête d'accoucher, elle fut découverte dans le bain par la déesse qui, furieuse, la changea en ourse; qu'ainsi changée, elle mit au monde un fils qui fut nommé Arcas. Elle fut rencontrée avec cet enfant dans les montagnes, par des bergers qui la menèrent à Lycaon. Peu de temps après, elle se réfugia dans le temple de Zeus où il n'était pas permis d'entrer. Son fils Arcas et les Arcadiens l'y poursuivirent pour la punir d'avoir enfreint la loi; mais Zeus se ressouvenant de son amour, la plaça au ciel : cette constellation  a sept étoiles obscures, deux à la tête, deux à chaque oreille, une brillante à l'épaule, deux à la poitrine, une belle à l'épine, deux aux jambes de devant, deux à celles de derrière, deux au bout du pied, trois à la queue, en tout vingt-quatre.

La petite Ourse
On l'appelle aussi Phoinikè (= la Phénicienne). Artémis l'aimait beaucoup, mais apprenant que Zeus avait abusé d'elle, cette déesse la métamorphosa aussi en ourse, mais Zeus lui fit le même honneur qu'à l'autre en la plaçant également au ciel. Aglaosthène dans ses Naxiaques, dit que Cynosure, nourrice de Zeus, était une des Nymphes du mont Ida. Nicostrate établit en son honneur un port à Istes, ville de Crète, à laquelle il donna le nom de Cynosure. Aratus l'appelle Hélice, nourrice de Zeus, et pour cela honorée d'une place parmi les astres

Elle a une étoile brillante à chaque angle du quadrilatère, trois brillantes à la queue; en tout sept. Sous la seconde des étoiles occidentales est une autre étoile qu'on nomme pôle, sur laquelle il paraît tourner.

Le Dragon
Ce grand serpent s'étend au loin entre les deux Ourses. On dit que c'est celui qui gardait les pommes d'or. Il fut tué par Héraclès. Héra qui lui avait confié la garde des Hespérides le mit au ciel, parce que, dit Phérécyde, quand Héra épousa Zeus, entre les présents que Gaïa lui offrit, elle admira surtout les pommes d'or qu'elle planta dans le jardin d'Atlas. Mais les filles de celui-ci les volant et les mangeant, elle y plaça ce grand serpent pour les garder.

Il y a trois étoiles brillantes à la tête, 12 au corps jusqu'à la queue, proches les unes des autres, mais séparées par les ourses; en tout quinze.

L'Homme à genoux
On dit que c'est Héraclès foulant le Serpent (= le Dragon) sous ses pieds. Il se tient fièrement debout, avec sa peau de lion. Parti pour aller cueillir les pommes d'or, il tua le serpent qui les gardait, et que Héra avait placé là pour le combattre. C'est pourquoi Zeus jugeant que la mémoire de cette victoire périlleuse méritait d'être conservée, mit son image parmi les astres. Ce serpent est représenté élevant la tête, et l'homme qui le foule aux pieds, plie un genou, et de l'autre lui écrase la tête. Sa main droite avancée est armée de la massue comme pour frapper, et la gauche est enveloppée de la peau du lion.

Une étoile brillante à la tête, une autre au bras droit, et une belle à chaque épaule; une à l'extrémité de la main, une à chaque aine, la plus claire à l'aine gauche, deux à la cuisse droite, une au genou, une au jarret, deux à la jambe, une au pied, une à la main droite, appelée la massue, quatre dans la peau du lion; en tout, dix-neuf.

La Couronne
C'est, dit-on, celle d'Ariane. Dionysos la mit au ciel, lorsque les dieux célébraient ses noces dans l'île de Délos. Elle servait à couronner la nouvelle mariée dès que celle-ci était agréée d'Aphrodite et des Heures. C'était un ouvrage d'Héphaistos, elle était d'or et de pierres précieuses de l'Inde, et si éclatante, qu'à sa lueur Thésée sortit du labyrinthe. On dit aussi que la chevelure est celle qui brille sous la queue du Lion.

Elle a 9 étoiles en rond, dont trois sont brillantes, vers la tête du Serpent (= le Dragon) qui rampe entre les Ourses.

Le Serpentaire
Au-dessus du Scorpion est l'homme qui tient un serpent de ses deux mains. On dit que c'est Asclépios placé au ciel par Zeus à la prière d'Apollon. Il rappela les morts à la vie par le secours de la médecine, et entr'autres Hippolyte fils de Thésée. Zeus irrité le tua d'un coup de tonnerre, et ensuite le transporta au ciel.

Il est très remarquable à cause d'une grande étoile qui est dans le Scorpion, et qui le fait reconnaître par son voisinage. Une étoile brillante à la tête, une autre à chaque épaule, trois à la main droite, quatre à la main gauche, une à chaque hanche, une à chaque genou, une belle au pied droit, deux au bout de la tête du Serpent, en tout, 17.

Le Scorpion
Ce signe est partagé en deux à cause de sa grandeur, car d'un côté sont ses serres (pinces) [auj. la Balance], et de l'autre son corps et son dard. On dit qu'il est sorti d'une montagne de l'île de Crète, par l'ordre d'Artémis, et qu'il piqua et fit mourir Orion, parce que celui-ci étant à la chasse voulait faire violence à la déesse. Zeus a mis ce scorpion au nombre des astres brillants, afin que les hommes pussent ensuite connaître ses qualités nuisibles.

Il a deux étoiles à chaque serre, dont les deux premières sont brillantes, et les deux autres obscures, trois au front, deux au ventre, cinq à la queue, cinq à l'aiguillon. La précédente (occidentale) de la serre boréale, est la plus éclatante de toutes; en tout, 19.

Le Gardien de l'Ourse
On dit que c'est Arcas fils de Zeus et de Callisto, qui fut mis en pièces par Lycaon qui le servit en morceaux à Zeus logeant et mangeant chez lui. Zeus à cette vue renversa la table, de laquelle la ville prit le nom de Trapézus (= Trapézonte), et reprochant aux hommes leur cruauté, il consuma par la foudre la maison de son hôte : mais il rassembla les membres épars du fils qu'il plaça au ciel. 

Cette constellation a deux étoiles à la main droite, qui ne se couchent point, une brillante à la tête, une à chaque épaule, une à chaque mamelle, et sous la droite, une obscure; une belle au coude droit, une très brillante, nommée Arcturus, entre les genoux, et une claire à chaque pied; en tout, 11 étoiles.

La Vierge
Hésiode  a dit dans la Théogonie, que cette Vierge était la fille de Zeus et de Thémis, et qu'elle s'appelait Dicé ou Dikè (= Justice). Aratus a répété cette histoire d'après Hésiode, en disant que d'abord elle fut immortelle, et qu'elle habitait sur la terre avec les humains qui l'appelaient Dicé. Mais que lorsqu'ils changèrent de mœurs, et qu'ils n'observèrent plus la justice, elle ne demeura plus avec eux, mais se retira dans les montagnes; qu'ensuite des séditions et des guerres s'étant allumées entre eux, par l'effet de leur iniquité générale, elle les abandonna pour se fixer dans le ciel. On dit d'elle beaucoup d'autres choses encore : les uns, qu'elle est Déméter, à cause de l'épi qu'elle tient; les autres, qu'elle est Isis; d'autres, Atargatis; d'autres la Tychè (= la Fortune), parce qu'ils la représentent sans tête.

Mais elle a sur la tête une étoile obscure, une à chaque épaule, deux à chaque aile, celle de l'extrémité de l'aile droite est nommée Protrygétère (= la Vendangeuse), une à chaque coude, et une au bout de chaque main. Mais la brillante qui est à la main gauche est nommée l'Épi, six au bord inférieur de sa robe, une à chaque pied; en tout, 19.

Les Gémeaux
Ce sont, dit-on, les Dioscures (Castor et Pollux); ils parurent en Laconie où ils avaient été élevés. L'amour de ces deux frères l'un pour l'autre n'eut jamais d'égal, car ils ne se disputèrent ni pour le commandement, ni pour quoi que ce soit. Zeus voulant que le souvenir de leur union se conservât, les nomma Gémeaux, en faisant des deux ensemble une seule constellation de toutes les étoiles qui la composent; 

Une [étoile] brillante est à la tête de celui des Gémeaux qu'on voit au-dessus du Crabe (Cancer), une à chaque épaule, une au coude droit, une à la main droite, et une à chaque genou. Le gémeau suivant (oriental), a sur la tête une étoile brillante, une à chaque mamelle, une au coude gauche, une à l'extrémité de la main, une au genou gauche, une à chaque pied, et sous le pied gauche une autre nommée Propus (avant-pied); en tout, 17.

L'Écrevisse, les Ânes, et la Crèche
L'Écrevisse (= le Cancer) parait avoir été placée au ciel par Héra, non comme étant la seule (pendant que les autres combattaient avec Héraclès lorsqu'il détruisait l'Hydre), qui fut sortie du marais pour le piquer au pied, à ce que dit Panyasis dans son Héraclée. Héraclès en colère l'écrasa sous son pied, et ce Cancer fut honoré d'une place parmi les douze signes. Quelques unes de ses étoiles sont nommées les ânes, mis au nombre des astres par Dionysos, et avec eux est aussi la Crèche, dont voici qu'elle est l'histoire : lorsque les dieux combattaient contre les Géants, Dionysos, Héphaïstos et les Satyres montés sur des ânes partirent pour le combat. Ils n'étaient pas encore arrivés à la vue des Géants, que les ânes se mirent à braire, avec un tel bruit que les Géants s'enfuirent de peur. Service qui fut récompensé par l'honneur qu'on fit à ces ânes de les mettre au ciel.

L'Écrevisse a sur sa tête deux belles étoiles qui sont les Ânes. L'amas nébuleux qu'on voit auprès est nommé la Crèche auprès de laquelle ses Ânes paraissent placés. Les pattes du côté droit ont chacune une étoile. Le côté gauche en a deux belles à la première patte, ainsi qu'à la seconde, à la troisième et à l'extrémité de la quatrième; trois à la gueule et à la serre droite, et aussi deux grandes à la serre gauche; en tout, 17.

Le Lion
Cette constellation est surtout remarquable entre toutes les plus belles. Le Lion semble avoir reçu cet honneur de Zeus, parce qu'il est le roi des animaux. Quelques personnes disent qu'il fut celui contre qui Héraclès exécuta le premier de ses travaux. Car avide de gloire, ce héros ne se servit pas d'armes pour le tuer, mais il l'étouffa dans ses bras. Pisandre de Rhodes dit qu'il prit ensuite la peau de l'animal, comme marque de sa victoire. C'est le lion qui fut ainsi tué par Héraclès dans la forêt de Némée.

Il a trois étoiles à la tête, deux à la poitrine, (dont l'une est Régulus), une brillante au pied droit, une au milieu du ventre, une au-dessous, une autre au flanc, une au jarret postérieur, deux au cou, trois à l'épine, une au milieu de la queue, une à l'extrémité et une autre au ventre; on voit sept autres étoiles obscures en triangle au-dessus de lui près de la queue; on les appelle la Chevelure de Bérénice Evergète (= Bienfaisante), en tout dix-neuf. 

Le Cocher
C'est Erichthonios, fils d'Héphaistos  et de Gaäa. Zeus, dit-on, voyant qu'il avait le premier attelé des chevaux à des chars, admira qu'il ait ainsi imité le char d'Hélios (= le Soleil), car c'était des chevaux blancs. Il fut le premier qui fit une procession et un sacrifice dans la citadelle d'Athènes (= l'Acropole) en l'honneur d'Athéna. Euripide raconte sa naissance, en disant qu'Héphaistos aimant Athéna, voulut en jouir. Elle le repoussa, préférant sa virginité, et se cacha dans un lieu de l'Attique qui fut pour cela nommé Héphaestion. Mais Héphaïstos dans l'espérance de la forcer, lui tendant des pièges, elle le frappa de sa lance, et le contraignit de se guérir de sa passion par un moyen sale et honteux, d'où naquit un enfant qu'on nomma Erichtonios, et qui, devenu grand, inventa les chars par lesquels il s'attira l'admiration universelle dans les combats. Il fut aussi le premier qui célébra les fêtes panathénées. Il eut pour conducteur de son char Héniochos, qui portait un petit bouclier et un triple panache sur sa tête, et de là vient le spectacle nommé apobate

On trouve dans cette constellation la Chèvre [Capella] et les Chevreaux. Musée écrit que Zeus, dès qu'il fut né, fut confié à Rhéa par Thémis, qui le remit à Amalthée, et que celle-ci, qui avait une Chèvre, la fit téter par l'enfant. Or cette chèvre était fille d'Hélios, et tellement hideuse à voir, que les Titans et les Géants, compagnons de Cronos, eurent peur d'elle, et prièrent Gaïa de la cacher dans quelque antre de l'île de Crète; Gaïa la cacha donc et en donna le soin à Amalthée, qui fit allaiter Zeus par cette chèvre. L'enfant étant devenu grand et fort, et voulant faire la guerre aux Géants, mais n'ayant pas d'armes, l'oracle lui conseilla de prendre pour bouclier la peau de la chèvre, tant elle était horrible à voir, parce que son dos présentait la tête de la Gorgone. Zeus le fit, et semblant par cet artifice avoir doublé sa force, il revêtit les os de la chèvre d'une autre peau, la ranima et la rendit immortelle, et la plaça, dit-on, au ciel, parmi les astres. D'autres disent que le Cocher fut Myrtilos, fils d'Hermès.

Il a une étoile à la tête, une à chaque épaule, celle de la gauche est brillante et se nomme la chèvre, une à chaque coude, une à la main droite, deux à la gauche, nommées les chevreaux; en tout, huit.

Le Taureau
Le Taureau fut mis au ciel pour avoir amené par mer Europe, de la Phénicie dans l'île de Crète, à ce que dit Euripide dans Phrixos, et que Zeus l'en récompensa par cet honneur. D'autres disent que ce bœuf est l'emblème d'Io, en faveur de laquelle Zeus l'honora d'une place au ciel. Les étoiles nommées Hyades occupent la partie antérieure de ce Taureau, et à la section du dos sont les Pléiades où l'on compte sept étoiles, ce qui les ont fait nommer heptastère, septastre. On n'en voit pourtant que six, mais la septième est très obscure.

Le Taureau a sept étoiles à la partie antérieure de ce signe sort et monte par sa partie postérieure, et il détourne la tête. Il a une étoile à chacune de ses cornes, à la racine desquelles en est une autre. La plus éclatante est celle de la gauche. Il a une étoile à chaque œil, une aux naseaux, une à chaque épaule; on les nomme Hyades. Le genoux antérieur gauche porte une étoile, le cou deux, le dos trois, dont la dernière est brillante; le ventre une, et la poitrine une belle; en tout dix-huit.

Céphée
Cette constellation est mise la quatrième en rang. Le cercle arctique la contient depuis les pieds jusqu'à la poitrine. Le reste atteint jusqu'au milieu de l'intervalle de ce cercle au tropique d'été. Céphée était, dit Euripide, un roi d'Éthiopie, père d'Andromède, qu'il exposa, dit-on, à un monstre, mais Persée fils de Zeus, la sauva, et fut mis pour cela au nombre des astres par la protection d'Athéna.

Cette constellation a deux étoiles brillantes à la tête, une à chaque épaule, une à chaque main, une à chaque coude, trois obliques et obscures à la ceinture, une brillante au milieu du ventre, une au flanc droit, une au genou, et une au bout du pied; en tout, quinze.

Cassiopée
Sophocle, auteur tragique, dit dans sa tragédie d'Andromède, que Cassiopée disputa de beauté avec les Néréïdes, ce qui fit son malheur, car Poséidon envoya un monstre qui ravagea la Terre. C'est pourquoi Cassiopée est représentée assise devant ce monstre [Baleine].

Elle a une belle étoile à la tête, une obscure au coude droit, une à la main, une au genou, une au bout du pied, une obscure à la poitrine, une brillante à la cuisse gauche, une belle au genou, une sur le siège carré, une à chaque angle de son siège; en tout, treize.

Andromède
Elle a été placée parmi les astres par la faveur d'Athéna, en mémoire de ce qu'elle fut délivrée par Persée, du monstre auquel elle avait été exposée. C'est pourquoi elle ne voulut plus demeurer avec son père ni avec sa mère, mais elle partit courageusement pour Athènes avec Persée. C'est ce qu'Euripide raconte dans la tragédie qu'il en a composée.

Elle a une étoile brillante à la tête, une à chaque épaule, deux au pied droit, une au gauche, une au coude droit, une belle au bout de la main, trois à la ceinture, quatre dessous, une brillante à chaque genou, une au pied droit, deux au gauche; en tout, vingt.

Le Cheval
On ne voit que sa partie antérieure jusqu'au nombril. Aratus écrit qu'il est le même qui fit jaillir d'un coup de pied la fontaine dite pour cela Hippocrène. Quelques uns prétendent que c'est Pégase qui s'envola au ciel après la chute de Bellérophon, chose qui paraît incroyable à d'autres, parce que ce cheval n'a pas d'ailes. Euripide veut que ce soit Melanippe, fille de Chiron, qui fut séduite par Eole, et qui, étant enceinte, s'enfuit dans les montagnes, où, pendant qu'elle enfantait, elle fut trouvée par son père qui la cherchait. Surprise, elle pria de ne pas être reconnue, et elle fut changée en cavale. Sa piété et celle de son père la firent placer par Artémis au nombre des étoiles. Voilà pourquoi elle demeure toujours invisible au Centaure, que l'on croit être Chiron. 

Sa partie postérieure ne paraît pas, pour que son sexe ne soit pas connu. Elle a deux étoiles obscures sur le front, une sur la tête, une à la mâchoire, une obscure à chaque oreille, quatre au cou, desquelles la plus proche de la tête est la plus brillante, une à l'épaule, une à la poitrine, une à l'épine, une belle au nombril, deux aux genoux de devant, une à chaque sabot; en tout, dix-huit. 

Le Bélier
On croit que c'est celui qui porta Phryxus et Hellen au travers de la mer. Il était immortel, et il leur fut donné par leur mère Nephèle. Sa peau était dorée, suivant ce qu'ont écrit Hésiode  et Phérécyde, pendant qu'il les transportait sur cette mer étroite qu'on nomme l'Hellespont, il jeta Hellen dedans, et perdit une de ses cornes. Mais elle fut sauvée par Poséidon qui, ayant eu ensuite commerce avec elle, en eut Paeon; ce bélier sauva Phrixos et le transporta au-delà du Pont-Euxin, chez Aiètès, à qui il donna la peau d'or, qui fut mise dans le temple de Zeus pour en conserver le souvenir.

Il a une étoile sur la tête, trois aux naseaux, deux au cou, une belle au bout du pied de devant, quatre à l'épine, une à la queue, trois au ventre, une à la fesse, une au bout de chaque pied de derrière; en tout, 18.

Le Triangle
Cette constellation est au-dessus du Bélier, et on la dit un peu plus obscure. Elle a la forme de la première lettre du mot Dios(= Dieu / Zeus), qu'Hermès lui a donnée quand il a figuré les astres. Il y a des gens qui disent que ce triangle céleste représente la forme de l'Égypte (basse) embrassée, défendue, et fertilisée tout à la fois par le Nil. Il a trois étoiles brillantes à ses angles.

Les Poissons
Ce sont les petits du Grand Poisson [le Poisson Austral]dont nous donnerons l'histoire quand nous en serons à lui. Ils sont dans différents hémisphères. L'un est boréal, l'autre austral. Ils ont un lien qui commence au pied antérieur du Bélier. Le Poisson boréal a douze étoiles, et l'austral quinze. La bande qui les lie en a trois dans sa partie boréale, trois dans l'australe, et trois vers l'orient; en tout, poissons et lien, 39.

Persée
On dit de Persée, que c'est à sa naissance illustre qu'il doit sa place au ciel. Car Zeus, changé en pluie d'or, l'ayant eu de Danaé, Polydecte l'envoya contre les Gorgones. Hermès lui mit un casque, et lui attacha aux talons des ailes par le moyen desquelles il traversa les airs. Il reçut aussi de Héphaïstos un croc (ou une serpe) de diamant, comme dit Eschyle, dans les Phorcydes, vieilles gardiennes des Gorgones. Elles n'avaient entre elles toutes qu'un seul œil, qu'elle se prêtaient tour à tour pour veiller chacune à son tour. Pendant qu'elles se le passaient, Persée le prit et le jeta dans le marais Tritonis[1]; puis, pendant que les Gorgones dormaient, il alla couper la tête à Méduse, et il la donna à Athéna, qui la mit sur son sein, et plaça Persée au ciel, où on le voit tenant la tête de la Gorgone.

Persée a une étoile sur la tête, une brillante à chaque épaule, une brillante à l'extrémité de la main droite, une au coude, une à l'extrémité de la main gauche, de laquelle il parait tenir la tête de la Gorgone. Mais la tête et le cimeterre courbé se voient nébuleux. Une au ventre, une brillante à la cuisse droite, une à chaque genoux, une aux grèves, une obscure à chaque pied, trois à la chevelure de la Gorgone. La tête et le croc paraissent sans étoiles, mais on croit les apercevoir à un amas nébuleux; en tout, 18.

[1] Lac de Libye.

 

Les Pléiades
Sur la section du Taureau nommée lombe, est les Pléiades composées de sept étoiles. On dit qu'elles étaient filles d'Atlas, on les appelle Septastre, quoi qu'on en voie que six et non sept. La raison qu'on en apporte est que les six se sont livrées aux dieux et que la dernière est morte. Trois ont eu commerce avec Zeus; Electre, de laquelle est né Dardanos, Maïa de qui est issu Hermès, et Taygète, mère de Lacédémon. Deux se sont données à Poséidon, Alcyone mère d'Yriée, Celaeno, mère de Lycos; Astérope s'abandonna à Arès, dit-on, et eut Oenomaos. Mais Mérope s'étant laissé aller à Sisyphe, simple mortel, en est restée invisible. Elles sont toujours fort célèbres chez les humains, et elles annoncent la température. Elles sont très bien situées, et en forme de triangle, selon Hipparque[2]

La Lyre
Cette constellation est nouvellement mise au nombre des autres, mais c'est la lyre des Muses. Hermès l'a faite de la tortue et des cordes tirées des bœufs d'Apollon, elle en a eu sept d'après les Atlantides. Apollon la reçut, et la donna à Orphée pour accompagner ses chants, à ce fils de Calliope, l'une des Muses, et perfectionna tellement la musique parmi les humains, qu'on disait qu'il rendait les bêtes et les rochers sensibles à ses accords. Mais Orphée ne rendait aucun culte à Dionysos. Il n'adorait que le seul dieu suprême, sous le nom d'Apollon, et souvent, se levant la nuit, il allait s'asseoir sur le mont Pangée, pour y attendre le lever du Soleil, et le saluer le premier par ses sons mélodieux. Eschyle  raconte que Dionysos irrité envoya les Bassarides (= Ménades) pour le déchirer. Mais les Muses rassemblèrent ses membres épars, et les enterrèrent dans la terre de Libéthres; et, avec la permission de Zeus, elles mirent sa lyre au ciel. 

Son coucher sert d'annonce, parce qu'il se fait en un temps réglé suivant la saison. Elle a une étoile à chaque corde, une à chaque courbure, et une aussi à l'extrémité, une à chaque épaule, une à la traverse, et une blanche et brillante au pied; en tout, 9.

[2] Mais oui, Hipparque est bien postérieur à Ératosthène, et là il y a un truc qui cloche! En fait, cette phrase a dû être rajoutée au texte postérieurement. Et, en plus, elle comporte une erreur : les Pléiades ne forment pas du tout un triangle. Comme le soulignent P. Charvet et A. Zucker, la description correspondrait mieux aux Hyades...
Le Cygne
C'est ce grand oiseau que l'on assimile au signe. On dit que Zeus en prit la forme pour plaire à Némésis qu'il aimait. Parce qu'elle prenait toutes sortes de formes pour lui échapper, et qu'elle se changea même en cygne, c'est ce qui la livra à son séducteur qui vola jusqu'à Rhamnus (= Rhamnonte) dans l'Attique pour en triompher. Elle mit au monde un œuf d'où est sortie Hélène, selon le poète Cratès; mais Zeus s'envola avec elle au ciel sous la forme de cygne l'un et l'autre et l'y fixa sous cette forme.

Elle a une étoile brillante sur la tête, une belle au cou, cinq à l'aile droite, quatre au corps, une qui est la plus grande à sa partie postérieure; en tout, douze.

Le Verseau
Le Verseau paraît avoir été ainsi nommé, d'après la manière dont on le représente, car il tient un vase à vin, et en verse beaucoup de liquide. Quelques uns veulent que ce soit Ganymède, parce qu'il a l'air de verser du vin, ils en attestent le poète [3] qui dit que Ganymède à cause de sa beauté qui le rendait digne de vivre avec les dieux, fut enlevé pour servir d'échanson à Zeus, et qu'il y reçut l'immortalité alors inconnue aux humains. La liqueur qu'il verse est, dit-on, le nectar, boisson des dieux, et marque certaine de ce breuvage.

Il a deux étoiles obscures à la tête, une à chaque épaule, l'une et l'autre grandes, une à chaque coude, une brillante à l'extrémité de la main, une à chaque mamelle, une autre au-dessous de chacune, une au flanc gauche, une à chaque genou, jambe droite, une à chaque pied; en tout dix-sept. L'effusion de l'eau est du côté gauche ayant 32 étoiles, qui sont claires, les autres obscures.


[3] Homère (Iliade, 20, 232)

 

Pan
Le Capricorne ou Pan ressemble à Egipan son père, il a des jambes de bouc et des cornes sur la tête. Cet honneur lui fut accordé, parce qu'il avait été nourri avec Zeus, selon ce qu'écrit Epiménide dans son Histoire de Crète, car il était avec Zeus sur le mont Ida, quand Zeus partit pour la guerre contre les Titans. Il paraît avoir trouvé la conque, par le don de laquelle il encouragea ses compagnons. Zeus étant devenu souverain, le plaça au ciel avec la Chèvre [Amalthée] sa mère, mais à cause de la conque marine il a une marque de poisson

Il a une étoile brillante à chaque corne, deux sur la tête, trois au cou, deux à la poitrine, une au pied de devant, sept à l'épine, cinq au ventre, deux belles à la queue; en tout, vingt-quatre. 

Le Sagittaire
Le Sagittaire ou l'Archer, que plusieurs disent être un centaure, et d'autres, non parce qu'on ne voit pas qu'il ait quatre jambes, mais qu'il paraît debout, et tendant son arc, tandis qu'aucun centaure ne s'est jamais servi de l'arc : celui-ci a des jambes de cheval, et une queue comme les Satyres. Ce qui fait qu'on le regarde comme fabuleux. On croit plutôt qu'il est Crotos (= Applaudissements), fils d'Euphème (= Renommée), nourricier des Muses. Celui-ci demeurait sur le mont Hélicon où il vécut longtemps. Ayant inventé l'art de décocher des flèches, les Muses le nourrirent dans les bois, dit Sosithéos. Vivant avec les Muses, et les entendant, il applaudissait à leurs chants; d'autres hommes joignirent leurs voix à la sienne, et les Muses voulant satisfaire son désir, prièrent Zeus de le mettre parmi les astres comme digne d'y être. Il y fut mis dans l'attitude d'exercer l'art de tirer de l'arc, et qu'il garda chez les hommes, car on le voit de la terre et de la mer, et ceux qui le représentent en centaure se trompent.

Il a deux étoiles à la tête, deux à son arc, deux à la pointe de la flèche, une au coude droit, une au bout de la main, une belle au ventre, deux à l'épine, une à la queue, une au genou de devant, une à la corne du pied, 14 en tout. Les sept autres étoiles sont à la cuisse, semblables aux postérieures, toutes ne se montrant pas bien visibles.

L'Arc (ou la Flèche)
C'est l'arme avec laquelle on dit qu'Apollon tua les Cyclopes qui avaient forgé la foudre de Zeus par laquelle Asclépios avait péri. Apollon la cacha ensuite dans les régions hyperboréennes, où est un temple de plusieurs ailes; on dit aussi qu'elle lui fut portée lorsque Zeus l'excusa de meurtre, et le délivra de la servitude où il était chez Admète. Euripide en fait mention dans son Alcestide. Cette flèche paraît avoir été transportée au travers des airs avec la moissonneuse Déméter. Elle était fort grande, dit Héraclide du Pont, dans son livre De la Justice, et Apollon la mit au ciel, comme monument de son combat.

Elle a quatre étoiles, une à la pointe, une obscure au milieu, deux à l'autre bout, dont l'une est plus apparente que l'autre; en tout, 4.

L'Aigle
C'est l'oiseau qui a transporté Ganymède au ciel, et l'a donné à Zeus pour lui verser à boire. Mais on dit que les dieux s'étant partagé les oiseaux, Zeus prit l'aigle pour lui, et le mit par là au ciel. Il est le seul qui vole contre le Soleil, sans en être ébloui et il est le roi des oiseaux. Il est représenté volant, et les ailes étendues. Aglaosthène dit dans ses Naxiaques, que Zeus, que l'on cherchait pendant qu'il était élevé dans l'île de Crète, en fut enlevé par l'aigle, qui le porta à Naxos. Zeus, devenu grand, devint aussi roi, étant parti de Naxos avec son aigle, pour faire la guerre aux Titans, et l'aigle lui ayant été ainsi de bon augure, il se le consacra et le plaça parmi les astres. Telle est la cause de l'honneur qu'il lui fit. Quatre étoiles, dont celle du milieu est brillante. 

Le Dauphin
On dit qu'il fut au nombre des astres, parce que Poséidon, voulant épouser Amphitrite, elle se réfugia par pudeur chez Atlas, pour conserver sa virginité. Les Néréïdes la tenant cachée parmi elles, Poséidon envoya entre autres galants le dauphin pour la chercher. Il la trouva dans les îles atlantiques et l'amena à Poséidon qui, l'ayant épousée, rendit à ce dauphin de grands honneurs sur mer, se le consacra et mit son image au ciel. Ceux qui veulent plaire à Poséidon, prétendent que c'est lui qui est représenté tenant par reconnaissance un dauphin à la main. C'est ce qu'Artémidore  écrit dans les élégies qu'il a écrites sur Éros.

Le dauphin a une étoile à la bouche, deux au cou, trois aux nageoires du ventre, une au dos, deux à la queue; en tout 9. On dit que cet animal aime la musique, parce que le nombre des étoiles de sa constellation égale celui des Muses.

Orion
Hésiode dit qu'il était fils de Poséidon et d'Euryale fille de Minos, et qu'il avait le don de marcher sur la mer comme sur terre. Étant allé à Chio, il abusa de Mérope, fille d'Oenopion, pendant qu'il était ivre. Oenopion irrité lui arracha les yeux et le chassa de l'île. Orion errant alla trouver à Lemnos Héphaïstos, qui lui donna par pitié un de ses esclaves, nommé Endâlion (ou Cédalion), pour qu'il pût mieux voir sa route. Allant ainsi vers l'orient, il rencontra Hélios (= le Soleil) qui lui rendit la vue [4]. Alors il retourna sur ses pas pour se venger d'Oenopion, que ses gens cachèrent sous terre. Désespérant de le trouver, il alla en Crète, et se livra au plaisir de la chasse. Avec lui étaient Artémis et Léto. Il se promettait de détruire toutes les bêtes féroces, et Gaïa indignée envoya contre lui un gros scorpion qui, l'ayant piqué, le fit mourir; mais Zeus, à la prière d'Artémis et de Léto, le plaça au ciel à cause de son courage, avec le scorpion en mémoire de cet événement. Quelques-uns disent qu'Orion, dans sa jeunesse, avait aimé Artémis, qui l'en punit par le moyen du Scorpion, par lequel elle le fit piquer, mais que les dieux, par commisération, le mirent au ciel avec cet animal, comme monument de ce genre de mort.

Orion a trois étoiles obscures à la tête, une claire à chaque épaule, une au coude droit, une à la main droite, trois à la ceinture, trois obscures à son épée, une claire à chaque genou, et une claire également à chaque pied; en tout, 17.

Le Chien
On dit qu'il fut donné pour gardien à Europe, avec le Dragon. Minos les prit, et les donna à Procris, par qui il avait été guéri. Céphale, mari de Procris, les eut ensuite, et mena le chien à Thèbes contre un renard, que l'oracle avait dit ne pouvoir être tué par personne. C'est pourquoi Zeus métamorphosa ce renard en pierre, et jugea le chien digne d'être mis au ciel. D'autres disent que c'était le chien d'Orion, et qu'il accompagnait son maître à la chasse, les chiens combattant avec les chasseurs contre les bêtes farouches, et qu'ensuite il fut placé au ciel avec Orion; ce qui est assez vraisemblable, d'après ce que nous avons dit d'Orion. 

Ce chien a une étoile nommée Isis à la tête, une grande et brillante nommée Sirius dans la langue grecque (c'est ainsi que les astronomes nomment les étoiles siriennes, ou encore étincelantes, brûlantes), une obscure à chaque épaule, deux à la poitrine, deux à l'échine, trois au pied de devant, deux au ventre, un à la hanche gauche, une au bout du pied, une sur le pied droit, quatre à la queue; en tout, 20.

[4] Robert Triomphe (Le Lion, la Vierge et le Miel, Les Belles Lettres, 1989) souligne, au sujet de cet aveuglement, ce qu'il appelle, d'un terme tiré de la linguistique, l'ergativité des mythes. Ainsi, "devenir aveugle" peut également  signifier comme "devenir invisible". L'aveuglement d'Orion correspondrait ainsi à la disparition sous l'horizon de la constellation. Elle réapparaît (ou retrouve la vue) logiquement après sa conjonction avec le Soleil.

 

Le Lièvre
Il fut découvert et lancé par le chien dans une chasse, et à cause de sa légèreté, Hermès le mit, dit-on, au ciel. Il paraît être le seul des quadrupèdes qui fasse beaucoup de petits à la fois, produisant les uns, gardant les autres dans son ventre, à ce que dit le philosophe Aristote, dans son Traité des Animaux. Le Lièvre a une étoile à chaque oreille, trois au corps, dont celle de l'échine est brillante, et une à chaque pied de derrière; en tout, 7.

Argo [5]
On dit que ce navire est redevable à Athéna d'avoir été mis au nombre des astres. Argo est le premier navire qui ait été construit par les Anciens. On dit qu'il parla, et qu'il traversa le premier la mer, sur laquelle jusqu'alors on n'avait pas su naviguer, et pour en rendre témoignage à la postérité, on mit au ciel son image, non toute entière, mais seulement les poignées du gouvernail jusqu'au mât, avec les rames, afin que les nautoniers en le voyant s'encouragent à la manoeuvre, et pour immortaliser sa place parmi les dieux.

Le navire Argo a quatre étoiles à la poupe, cinq à un gouvernail, et quatre à l'autre, trois au haut du mât, cinq sur le pont, six proches les unes des autres aux câbles; en tout, 27.

[5] Cette constellation très étendue a été démantelée en 1763 par l'abbé La Caille; elle correspond aux actuelles Carène, Poupe et Voiles.

 

Le Monstre marin (La Baleine)
Fut, dit-on, lancé par Poséidon, contre Cassiopée, qui disputait de beauté avec les Néréïdes. Persée tua ce monstre, qui fut transporté au ciel pour conserver la mémoire de cette grande action, rapportée par Sophocle dans sa tragédie d'Andromède. Cette Baleine a deux étoiles obscures à la queue, cinq depuis la queue jusqu'à la bosse du flanc, six sous le ventre; en tout, 15.

Le Fleuve (L'Eridan)
Ce fleuve a sa source sous le pied d'Orion. Aratus le nomme Eridan mais il ne nous dit rien qui puisse le faire connaître. D'autres pensent, avec beaucoup de raison, que c'est le Nil, le seul fleuve qui ait son cours du Midi au Nord. Il est remarquable par plusieurs étoiles. Au-dessous de lui est l'étoile nommé Canopus, proche du gouvernail du navire Argo

On ne voit au-dessus de l'horizon aucune étoile plus australe que celle-ci, qui, pour cette raison, est appelée Périgéenne (= proche de la Terre). Ce fleuve a une étoile à la source, trois au premier détour, trois au second, sept à la troisième, jusqu'aux extrémités qu'on dit être les bouches du Nil; en tout, 14.

Le Poisson (austral)
Est celui que l'on désigne par le surnom de Grand, et qu'on dit boire l'eau qui sort de l'urne du Verseau; on dit aussi, suivant le rapport de Ctésias, qu'on le vit pour la première fois dans un lac près de Bambiké, et qu'il sauva Dercéto tombée dans la mer pendant la nuit. Les habitants des environs ont nommé Dercéto la déesse de Syrie. Ils disent qu'elle engendra deux poissons, et que tous deux ensemble furent honorés et mis au nombre des astres. Il a douze étoiles dont trois brillantes à la gueule.

Le Nectar ou Autel
Sur lequel les dieux se prêtèrent un serment mutuel, quand Zeus partit contre Cronos; et après leur victoire, objet de leur vœu, ils en perpétuèrent la mémoire en le plaçant avec les astres. Car les humains l'invoquent dans leurs festins, et sacrifient sur un autel, en se jurant réciproquement fidélité dans leurs associations, et en se touchant de la main droite, en signe de bienveillance. Il a deux étoiles au foyer, et deux à la base; quatre en tout.

Chiron (Le Centaure)
Il paraît que c'est le Chiron qui, habitant le mont Pélion, fut réputé surpasser tous les humains en zèle pour la justice, et qui instruisit Asclépios et Achille. On dit qu'Héraclès le visita par amitié, et rendit avec lui un culte à Pan, dans son antre; il n'épargna que lui de tous les Centaures, et il l'écouta assidûment, au rapport d'Antisthène, disciple de Socrate, dans son Héraclès. Après avoir vécu quelque temps ensemble, Héraclès laissa tomber une de ses flèches sur le pied du Centaure, qui en mourut, et il fut transporté au ciel par Zeus, qui voulut réparer ce malheur par cette grâce, et récompenser sa piété; en signe de sa vertu, il tient près de l'autel un animal qu'il a l'air de vouloir sacrifier.

Il a trois étoiles obscures au-dessus de la tête, une claire à chaque épaule, une au coude gauche, une à l'extrémité de la main, une au milieu de la poitrine du Cheval [Pégase], une à chaque pied de devant, quatre à l'épine, deux claires au ventre, trois à la queue, une claire à la croupe du cheval, une à chaque jarret postérieur, et une à chaque sabot des jambes de derrière; en tout, 24; Il tient dans la main gauche un petit animal, d'autres disent que c'est une outre de vin, dont il fait des libations aux dieux, et dans la gauche, un thyrse. La queue de l'animal a deux étoiles, le bout du pied de derrière une claire, et une au-dessous, trois sur la tête; en tout huit.

Le Corbeau, l'Hydre et la Coupe
Cette constellation est évidemment multiple, car Apollon lui a fait cet honneur. Chaque dieu a son oiseau propre. Les dieux sacrifiant ensemble, le corbeau fut envoyé chercher de l'eau à quelques sources. Il vit un figuier qui portait des fruits. Il se reposa près de la fontaine pour attendre que les figues fussent mûres. Plusieurs jours après, et quand elles le furent, il les mangea. Enfin, se repentant de sa faute, il tira de la fontaine un serpent ou Hydre avec une Coupe, disant qu'il absorbait l'eau à mesure qu'elle jaillissait; mais Apollon, qui savait le vrai de la chose, l'en punit en le condamnant à ne pas boire, suivant Aristote dans son Histoire des Animaux, et pour marque de la punition divine cause de la soif du Corbeau, il mit au ciel une Hydre, une cruche, et un corbeau qui ne peut ni en approcher, ni boire. 

L'Hydre a trois belles étoiles à la tête, six au premier repli, et une claire qui est la dernière, trois au second, quatre au troisième, deux au quatrième, neuf obscures au cinquième jusqu'à la queue; en tout vingt-sept. Le Corbeau est perché sur la queue, tourné vers l'occident. Il a une étoile obscure au bec, deux à l'aile. Deux au croupion, une au bout de chaque patte, en tout sept. Auprès du Corbeau, depuis le repli, est la coupe penchée vers le genou de la Vierge. Elle a deux étoiles obscures à son bord, deux au milieu, et deux au fond; en tout, 6.

Procyon
Procyon précède le Grand Chien, d'où lui vient son nom. C'est le chien d'Orion qui, ayant beaucoup aimé la chasse, prit ce petit chien près de lui. On y voit aussi le Lièvre et d'autres bêtes.

Il a trois étoiles dont la première se montre très brillante dès son lever, comme le Chien (Sirius), c'est pourquoi on l'appelle le précurseur du Chien (c'est la Canicule ou Petit Chien), car il monte et descend avant le grand. Les autres constellations après celles-là sont dans le zodiaque, cercle que le Soleil parcourt en douze mois, c'est pourquoi il y a le même nombre de signes [6].

Les cinq planètes 
Ces cinq astres nommés d'errant  (planètes), parce qu'ils ont un mouvement propre, ont reçu des noms de divinités. Le premier qui paraît grand, Phainon (= la Splendide), est Zeus (= Jupiter). Le second qui est moins grand, est nommé Phaéton (= la Radieuse) [7], à cause du Soleil. Le troisième, qui est Pyroïs (= l'Enflammée) [8], couleur de feu, peu brillant, comme dans l'Aigle. Le quatrième, qui est celui d'Aphrodite (= Vénus), est le Phosphore (= Porte-Lumière, soit Lucifer), de couleur blanche, la plus grande de toutes ces planètes, avant-coureur de L'Aurore. Le cinquième, nommé Stilbon (= la Scintillante), est l'astre d'Hermès (= Mercure), brillant, mais petit. On l'attribue à Hermès, parce qu'on croit que celui-ci a décrit le monde et a déterminé les positions des astres et les températures, ainsi que les temps où les étoiles présagent, et on l'appelle Stilbon, parce qu'il se montre en effet très éclatant.

Le cercle lacté
Il est un des cercles visibles. On l'appelle lacté ou Voie lactée; les fils de Zeus ne pouvant recevoir aucun honneur avant que d'avoir sucé la mamelle de Héra, on dit que Hermès amena Héraclès enfant, et le fit allaiter par cette déesse. Quand elle l'apprit, elle le chassa, et elle répandit tant de lait, que le cercle lacté s'en est formé. 

[6] Placée ici, cette phrase d'introduction à un thème déjà abordé rappelle seulement la maladresse avec laquelle texte a été remanié avant de nous parvenir...

[7] Il s'agit de notre Saturne, que les Grecs associaient d'ordinaire à Cronos.

[8] C'est la planète d'Arès (= Mars).
 
 

 

.


[Littérature][Textes][Bibliothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.