.
-

Le Darfour
Le Dar-Four, Dar-for, Darfour, ou encore Four (le mot dâr qui signifie contrée n'appartenant pas au nom du pays) est une province située à l'Ouest du Soudan actuel bornée au Nord par le désert de Lybie, à l'Est par le Kordofan, au Sud par l'ancien Dâr-Fertit (aujourd'hui partagé entre la Centrafrique et le Bahr-el-Ghazal au Soudan) et à l'Ouest par le Tchad (circonscription du Ouadaï). Capitale : El Fasher (L'Histoire de la Nubie et du Soudan oriental).

Un énorme massif montagneux, appelé monts Marra (point culminant à 3088 m), couvre presque en entier la partie septentrionale du Darfour et semble se prolonger du Nord au Sud en une chaîne moins élevée qui forme la ligne de partage des eaux entre le bassin du Nil et celui du lac Tchad. La partie orientale, dont le sol très accidenté s'élève à une assez grande hauteur, est extrêmement sèche, les eaux ne pouvant s'y frayer un passage et étant obligés de s'écouler vers le Sud, tandis que le versant occidental où les eaux ont un écoulement régulier est arrosé par de nombreuses rivières; aussi cette partie du Darfour est-elle la plus fertile et la plus peuplée. Grâce à la hauteur générale du sol, le climat est salubre dans tout le Nord, mais les marécages formés par les pluies torrentielles qui tombent de mi-juin à septembre font de la partie méridionale une contrée très malsaine pendant plus de la moitié de l'année. Durant la saison sèche, la température est toujours fort élevée, sauf dans les montagnes où elle est presque toujours supportable.

La végétation, très luxuriante aussitôt après la saison des pluies, languit ou s'arrête même presque complètement dès que la saison sèche est définitivement établie, sauf dans les parties très montagneuses, où elle conserve une certaine vigueur durant toute l'année. Le blé, le millet, le maïs, le tabac, les pastèques, les melons, font l'objet de la culture générale et fournissent d'abondantes récoltes dont une partie est exportée au dehors. Les arbres, sauf le tamarin, ne sont utilisés que pour les besoins locaux. 
L'industrie est peu active, quoique le sol recèle des gisements minéraux variés et qui paraissent avoir une certaine importance (cuivre, fer, antimoine, plomb, etc.). Le sel existe dans certaines parties du Darfour, où les habitants le recueillent en traitant les terrains salins par l'eau chaude, mais la plus grande quantité y est apportée du dehors. 

Les animaux domestiques sont nombreux et de belle race; on y trouve le boeuf, le mouton, la chèvre, le chameau et aussi quelques chevaux robustes et de petite taille. L'éléphant a disparu; l'autruche, en revanche, est encore présente.



Collectif, Urgence Darfour, Des idées et des hommes, 2007.
9782353690251
Le collectif Urgence Darfour mène le combat de lutter contre le silence qui entoure "le premier génocide du XXIe siècle" dans cette région du Soudan. Depuis février 2003, ce conflit "oublié" a fait plus de 300000 morts, il s'agit d'un guerre civile qui oppose le régime islamiste de Khartoum allié à des milices arabes les janjawids, à des groupes rebelles issus de la population noire locale. Comme le souligne Jacky Mamou, président du collectif et ancien dirigeant de Médecin du monde, "au Darfour, il y a plein de gens, plein d'ONG qui y sont allés et qui ont essayé de raconter ce qu'ils on vu. Mais ça ne passe pas, l'indifférence demeure". Pourtant Kofi Annan, l'ex secrétaire général de l'ONU, a déclaré "le Darfour, c'est l'enfer sur terre". Pour lutter contre "le silence qui couvre la poursuite des massacres" et contre "l'inaction générale", les personnalités du collectif Urgence Darfour ont décidé de signer ensemble cet ouvrage en apportant leurs visions de la situation et des solutions envisageables.

Dari Daoud, Dans l'enfer du Darfour, Flammarion, 2008.
9782081213210
Gérard Prunier, Un Darfour, génocide ambigu, La Table ronde, 2005.
-

Depuis février 2003, le Darfour, province orientale du Soudan jouxtant le Tchad, est le théâtre de massacres épouvantables suivis d'une famine largement programmée par l'action des autorités gouvernementales. Génocide ou pas? la communauté internationale s'interroge, mais en attendant, la population meurt.

L'ouvrage de Gérard Prunier remonte dans le temps pour expliquer ce qu'a été le Darfour, pays indépendant du Soudan jusqu'en 1916. Il montre comment il a été marginalisé sur tous les plans tant pendant la période coloniale que du fait des gouvernements qui ont suivi l'indépendance en 1956. La révolte du Darfour et la violence de la répression qui ont suivi ont fait exploser le mythe des "guerres religieuses" au Soudan puisqu'ici tout le monde, tueurs et victimes, est musulman.

Pour l'auteur, il s'agit d'une guerre de races, d'autant plus paradoxale que les "Arabes" sont noirs et les Noirs souvent arabophones. Mais Khartoum espère garder le contrôle d'une périphérie qui lui fait désormais peur en dressant les unes contre les autres des tribus qui avaient jusque-là vécu dans des rapports parfois tendus mais jamais destructeurs.

Génocide "ambigu", la crise du Darfour est à l'image des déchirements de l'Afrique contemporaine, dans un pays qui est en train de devenir l'un des plus gros producteurs pétroliers du continent. (couv.).



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.