.
-

Dalton

John Dalton est mathématicien, physicien et chimiste anglais, né à Eaglesfield  (Cumberland) le 5 septembre 1766, mort à Manchester le 27 juillet 1844. Il reçut jusqu'à quinze ans l'éducation dans sa ville natale; il fut ensuite envoyé à Kendal dans une école tenue par un de ses parents, où il montra pour les sciences le goût le plus prononcé. A vingt-deux ans, il commença une longue série de recherches météorologiques. En 1793, il fut nommé professeur de mathématiques et d'histoire naturelle au collège de Manchester. Il y enseigna aussi la chimie à partir de 1804. 
-
John Dalton.
John Dalton (1766-1844).

Son enseignement était fort apprécié; ses admirables découvertes lui valurent une pension du gouvernement et l'enthousiasme de ses amis lui éleva de son vivant une statue, due à Chantrey. Ses découvertes les plus importantes se rapportent : en physique, à la chaleur; en chimie, à la théorie atomique des gaz. C'est à Dalton que l'on doit la découverte des propriétés des vapeurs; il montra que, lorsqu'un liquide se trouvait dans un espace vide, il se vaporisait jusqu'à ce que la tension de sa vapeur eût atteint une limite fixe ne dépendant que de la température, et, à l'aide de quelques instruments très simples, il détermina les valeurs de ces tensions maxima pour divers liquides et à différentes températures. 

Dalton montra aussi que dans un gaz les liquides se volatilisent comme dans le vide, c.-à-d. en acquérant la même tension limite, mais beaucoup plus lentement. Ce sont là deux découvertes de la plus haute importance. II étudia aussi la dilatation des gaz, mais à une époque où l'on ne savait ni les obtenir purs ni les dessécher, ce qui rend ses observations inexactes. Il a aussi énoncé la loi suivante :

« Les vapeurs de tous les liquides ont la même force élastique maximum à égale distance de leur point d'ébullition. » 
Cette loi est inexacte en général, mais elle s'applique assez bien pour les liquides de la chimie organique appartenant à une même série, comme celle des acides gras, par exemple. C'est aussi Dalton qui a donné les lois très importantes de la dissolution des gaz, qui a défini te coefficient de solubilité. Dalton observa le premier certaines anomalies de la vision qui font que les personnes qui en sont atteintes ne peuvent distinguer certaines couleurs bien tranchées cependant pour d'autres, le rouge et le bleu par exemple; cette affection se nomme encore aujourd'hui du nom de celui qui l'a découvert : c'est le daltonisme. Telle est, dans ses traits principaux, l'oeuvre du physicien Dalton.

Comme chimiste, Dalton découvrit l'une des lois fondamentales de la chimie, la loi des proportions multiples. Dans son nouveau système de philosophie chimique publié en 1808 (Manchester), Dalton dit que : lorsque deux corps se combinent en plusieurs proportions, si l'un d'eux est considéré sous le même poids dans les différents composés, les quantités pondérables de l'autre sont entre elles dans un rapport simple. C'est sur cette loi et sur celle des proportions définies qu'est fondée la chimie; il a vérifié cette loi en analysant le gaz oléfiant et le gaz des marais dont l'un contient, pour la même quantité de carbone, une quantité d'hydrogène double. Dans le même ouvrage, Dalton dit que tous les faits de la chimie s'expliquent facilement si l'on admet que les corps sont formés de parties infiniment petites, insécables, d'atomes en un mot, qui diffèrent entre eux par le poids, et qui, au lieu de se pénétrer, s'ajoutent les uns aux autres.

 La loi des proportions définies et celle des proportions multiples ne sont nullement contraires à l'hypothèse de Dalton, dont elles semblent au contraire découler naturellement. Mais Dalton alla plus loin : il admit que les proportions suivant lesquelles les corps se combinent représentent les poids relatifs de leurs atomes, et il prit comme unité le poids de l'atome d'hydrogène ; analysant ensuite l'eau, il trouva que, pour 1 g d'hydrogène, il y a 7 g d'oxygène (ce nombre, en réalité, est égal à 8), et il admit que le poids de l'atome d'oxygène était 7. 

On voit d'après cela que le sens du mot atome adopté par Dalton n'est pas resté ce qu'il était; les atomes de Dalton sont ce que Wollaston a appelé des équivalents. On voit que l'oeuvre de Dalton en chimie est encore de plus haute importance que ses découvertes sur les vapeurs.

Dalton a publié de nombreux mémoires dans les Annales de la Société philosophique de Manchester, dans le Philosophical Magazine, dans les Mémoires de l'Académie des sciences, etc.  Ses deux principaux ouvrages sont : Meteorological Observations and Essays (Manchester, 1793), et New System of chemical Philosophy (Manchester, 1808). 

Comme homme, Dalton a laissé à ses élèves le souvenir d'un homme intègre, profondément dévoué à leur instruction, applaudissant le premier à leurs découvertes. Fulton trouva en lui un puissant appui. Il fut membre de la Royal Society de Londres et de l'institut de France. C'était un quaker rigide, mais sans fanatisme. (A. Joannis).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2019. - Reproduction interdite.