.
-

Costa Rica
Republica de Costa Rica

10 00 N, 84 00 W
Le Costa Rica est un Etat d'Amérique centrale, situé entre le Nicaragua et le Panama, et baigné par l'Océan Atlantique (mer des Caraïbes) et l'Océan Pacifique. Cette république démocratique doit son nom à la richesse en or des Indiens lors de la conquête espagnole. D'abord province du Guatemala, elle fit partie de l'Amérique centrale (1821), se constitua en Etat (1824), puis en république indépendante (1838). Aujourd'hui, le Costa Rica se divise administrativement en 7 provinces (provincias; singulier : provincia) : Alajuela, Cartago, Guanacaste, Heredia, Limon, Puntarenas, San José. La capitale du Costa Rica est San José. Les autres villes importantes sont : Cartago, Limon, Alajuela et Puntarenas. Total de la population : 4.25 millions d'habitants pour une superficie de 51,100 km².

Côtes et îles.
Côte de la mer des Caraïbes. La côte septentrionale est peu accidentée, depuis le delta de San Juan jusqu'aux abords de la baie de Chiriqui; signalons le mont Parasmina, la pointe Blanca, l'excellent port de Limon, les pointes Coaita et Carreta.

Côte de l'océan Pacifique. Nous trouvons d'abord le golfe Papagayo, fermé au Sud par le cap Elena, les îles Murcielagos, la petite baie de Culebra, les pointes Gordo, Velas, Peligro, Hermoso, Caldera et Blanco, ces dernières sur la vaste presqu'île de Nicoya formée par le profond golfe de Nicoya qui s'enfonce de 90 km, dans les terres ce golfe a environ 12 km de large, d'excellents mouillages, quelques îles dont celle de Chira; c'est un port naturel qui peut rivaliser avec celui de San Francisco; on y trouve les petits ports de Puntarenas (Punta Arenas) et de Caldera. Le long de la côte nous apercevons ensuite la baie de Puerto Herradura, la Punta Mala, l'anse de Boca Brava, la baie de Corgnada et l'île Cano avant d'arriver à la presqu'île qui ferme le beau golfe Dulce (75 km sur 20 à 30 de large). Au Sud de la presqu'île sont les pointes Llorena, Salsipuedes et Matapalo.
-

Paysage du Costa Rica.
Paysage montagneux du Costa Rica, près de San José.

Orographie.
La configuration physique du Costa-Rica est celle d'un plateau ou d'une haute terre adossée à une double crête de montagnes qui s'abaissent vers les plaines riveraines des deux océans. Les deux crêtes de montagnes ont une hauteur moyenne de 2000 m; elles n'ont guère de cols; des contreforts les relient l'une à l'autre, séparant les vallées fluviales. La cordillère est couverte d'épaisses forêts; ses plus hautes cimes sont volcaniques; le Costa-Rica possède plusieurs volcans encore en activité. En partant du Sud, on trouve successivement le Pico Roblado (2110 m) le Nemu ou Pico Blanco, cône trachytique de 2942 m, deux volcans, le pic d'Ujum (2650 m), la Montaña Dota (2400 m) qui domine le plateau de San José. A ce massif se raccordent au Nord les cerros de las Cruces, à l'Est le Cerro Chirripo (3810 m) point culminant du Costa Rica, à l'Ouest la cordillère de Candelaria qui aboutit au bord oriental du golfe de Nicoya au volcan de Herradura (1400 m). 

Au Nord du plateau de San José se dressent dans la région de Cartago deux volcans encore actifs, les points culminants du Costa Rica : le Turialba (3459 m), toujours couronné de vapeurs et l'Irazu ou volcan de Cartago (3505 m). Au Nord-Ouest s'alignent d'autres volcans : le Barba (2652 m), le volcan de Poas (2711 m) ou Votos, riche en soufre; ceux de Tenorio et Miravalles (1432 m) entouré de geysers (hornillos) sont isolés; de même ceux de Rincon de la Vieja, très actif, et d'Orosi (1585 m) qui sont voisins de l'océan Pacifique. Le plateau compris entre les volcans du Nord et la cordillère méridionale a une altitude de 1200 à 1600 m; c'est lecentre de la République; là se concentre presque toute la population. Le plus haut point habité est la ferme San Juan à 2700 m d'altitude, sur les pentes de l'Irazu.
-

Carte du Costa Rica.
Carte du Costa Rica. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte détaillée).

Hydrographie.
Le Costa Rica n'a pas de cours d'eau important; il y a trop peu de place entre la montagne et la mer, et l'axe montagneux étant à peu près parallèle au rivage, chaque torrent va directement à la mer sans qu'il puisse se former de bassin étendu. Sur le versant de l'Atlantique coulent, à partir du Sud, le Tilorio et le Tiliri arrosant la plaine de Talamanca; ce dernier est navigable et a jusqu'à 1600 m de large; les rios Matina, qui fertilise une plaine bien cultivée, Pacuas et Reventazon sont insignifiants. De la chaîne volcanique descendent des affluents du San Juan, le San Carlos et le Sarapiqui ou Sucio, sujets à des crues terribles, et souvent navigables sur leur cours inférieur; le rio Frio, qui se jette dans le lac de Nicaragua, a le même régime. Les principaux tributaires de l'océan Pacifique sont le rio Grande qui vient du Pico Blanco, celui qui vient du plateau de San José et a de nombreux rapides, et le Tempisque ou Salto de Nicoya; ils ne sont pas utilisables pour la navigation.
-


Situé dans la partie centrale du pays, le volcan Arenal est toujours actif

Climat.
Le climat du Costa Rica est naturellement très différent selon les altitudes. Dans les plaines généralement marécageuses qui bordent les rivages, la température est élevée (+25 °C à +30 °C en moyenne). Sur le plateau où presque toute la population est groupée, le climat est tempéré; à San José, la moyenne est de +24 °C; en quinze années, jamais le thermomètre n'a atteint + 30 °C et jamais il n'est descendu au-dessous de- +11,75 °C. En effet, comme on est dans la zone tropicale, les oscillations de température sont minimes. 

Il pleut au moins la moitié des jours de l'année, souvent davantage. La saison des pluies commence en avril et se prolonge jusqu'à la fin de novembre. La pluie tombe en général dans l'après-midi. Les orages déchaînés par le vent du nord marquent la fin de la saison pluvieuse. Le versant atlantique reçoit beaucoup plus d'eau que le versant pacifique, les vents alizés la lui apportant directement; ainsi s'explique la plus grande abondance d'eau de ses torrents. Ce que nous venons de dire s'applique à ce versant. Sur l'autre, l'ordre des saisons est différent; il pleut beaucoup de décembre à mars.



Sabine Bernert, Costa-Rica, rencontres au dernier jardin d'Eden, Timée-éditions, 2010. - Imaginez une cordillère centrale qui plonge dans les eaux du Pacifique à l'ouest et dans celle de la mer des Caraïbes à l'est. Dans cette nation paisible, l'une des seules au monde à ne pas entretenir une armée, se niche l'ultime paradis vert. Au Costa Rica où se succèdent jungle luxuriante, fonds sous-marins d'exception et plages paradisiaques, l'homme tutoie le jardin des délices. Sabine Bernert nous entraîne à la découverte d'une faune unique au monde. Pumas, dauphins, capucins, paresseux, chauve-souris vous ouvrent les portes du dernier Eden. Dans leur sillage, vous croiserez ceux qui oeuvrent à leur sauvegarde, inconditionnels gardiens des derniers sanctuaires. C'est à ces hommes et à ces animaux que Sabine Bernert a décidé de donner la parole, tout en capturant les fantastiques images qui ponctuent son périple. Elle nous ouvre également le carnet d'adresses essentiel au périple de celui qui souhaite, quelques jours, côtoyer le paradis. 

Un singe du parc Manuel Antonio, au Costa Rica. Images : The World Factbook.
.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2009. - Reproduction interdite.