.
-

Colletet

Guillaume Colletet est un poète, né à Paris en 1598, mort en 1659, eut de la réputation dans son temps, jouit de la protection de plusieurs grands personnages entre autres de Richelieu, dont il fut quelquefois le collaborateur et qui lui donna une fois 600 livres pour 6 mauvais vers. Il fut un des premiers membres de l'Académie française. Il épousa successivement trois de ses servantes; son inconduite le réduisit à la misère. On a de lui : 
1° des poésies (tragédies, pastorales, etc.), parmi lesquelles on remarque le Banquet des poètes, 1646, et de nombreuses épigrammes

2° des traités assez estimés sur la poésie morale, le sonnet, l'églogue, réunis sous le titre d'Art poétique, 1658;

3° des traductions, entre autres, celles des Couches de la Vierge, de Sannazar. Il a laissé les Vies des poètes français, conservées manuscrites à la Bibliothèque du Louvre.

-
Les muses bernées

« Qu'il faut avoir l'esprit bizarre et de travers 
Pour suivre avec ardeur les Muses à la trace! 
Les gueuses qu'elles sont mettent à la besace 
Ceux à qui leurs secrets ont été découverts.

Depuis que j'ai trouvé la source des beaux vers,
La Fortune me fuit, le malheur m'embarrasse;
Je n'ai pour ma boisson que les eaux du Parnasse, 
Et pour tout vêtement que des feuillages verts.

Ingrates déités qui causez mon dommage, 
Le temps et la raison me font devenir sage. 
Je retire à la fin mon épingle du jeu.

Je préfère à vos eaux un trait de malvoisie;
Je bouche mes chassis de votre poésie,
Et mets pour me chauffer tous vos lauriers au feu. »
 

(G. Colletet).
François Colletet, né en 1628, mort vers 1680, fils du précédent, a aussi fait des vers (Noëls nouveaux, 1660; le Tracas de Paris, 1665; la Muse coquette, 1665); mais il est encore inférieur à son père. C'est ce second Colletet qui a été couvert de ridicule par Boileau.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007 - 2020. - Reproduction interdite.