.
-

L'histoire de la Moravie
jusqu'au XIXe siècle
On n'a pas de documents précis sur l'histoire de la Moravie avant la période slave. Les habitants antérieurs paraissent avoir été les Quades et les Marcomans. Les Tchèques durent s'établir en Moravie en même temps qu'en Bohème, à une époque qu'on ne peut d'ailleurs déterminer. Le premier chef morave dont l'histoire fasse mention est Mojmir Ier (vers 840), qui réunit la province de Nitra à la Moravie. Son successeur, Rastislav (846-870), essaya de lutter contre les Allemands; ils envahirent la Moravie en 855 et furent repoussés; pour combattre les progrès du germanisme, Rastislav eut l'idée de demander à l'empereur de Constantinople des apôtres slaves qui prêcheraient au peuple morave le christianisme dans sa langue maternelle. Ces apôtres furent les deux frères Cyrille et Méthode, qui introduisirent la liturgie slave dans la province.

En 864, Rastislav, assiégé par Louis II dans son château de Dévin, fut obligé de reconnaître sa suzeraineté. Mais en 870, Svatopluk, neveu de Rastislav, se révolta contre son oncle et le livra à Louis Il, qui le fit périr. Devenu prince, Svatopluk se retourna contre les Allemands, les chassa du pays et assura l'indépendance spirituelle de la Moravie, érigée par Méthode en évêché. Le prince de Bohème, Borivoj, fut baptisé en Moravie. Mais après la mort de Méthode (885), le clergé germanique reprit le dessus. Des guerres heureuses augmentèrent le domaine de Svatopluk. Il comprenait, outre la Moravie actuelle, les pays d'Opava et de Teschen, la Bohème vassale, le pays de Nitra, la Pannonie inférieure où la Moravie confinait aux Bulgares et les provinces slaves de l'Elbe jusqu'à Magdebourg et à Cracovie. En 890, Arnoulf attaqua sans succès l'empire morave; il avait réclamé le secours des Hongrois; Svatopluk (mort en 994) laissa trois fils qui ne réussirent point à repousser ces envahisseurs. 
-

République Tchèque : Telc.
Une ville de Moravie : Telc.

Les Hongrois enlevèrent à la Moravie les pays slovaques qu'ils possédèrent jusqu'à la dislocation de l'empire austro-hongrois, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Bretislav de Bohème (1027-1055) s'empara de la Moravie qui fit partie de la couronne de Bohème. Les principautés de Brno (Brünn), Olomouc, Znojim étaient généralement allouées en fiefs aux fils des ducs ou rois de Bohème. Ces vassaux luttaient le plus souvent contre leurs souverains. Les empereurs profitaient de ces querelles pour réclamer la suzeraineté immédiate de la Moravie. En 1063, un évêché fut fondé à Olomouc.

A partir du XIIIe siècle, des colons allemands pénétrèrent en Moravie et y fondèrent des villes soumises à la législation allemande. En 1333, le roi Jean érigea la Moravie en margraviat. Pendant les guerres hussites, le roi Sigismond résida en Moravie. Sous le règne de Georges de Podiebrad, la province fut envahie par Mathias Corvin qui en garda une partie sa vie durant (de 1478 à 1490). La Moravie jouit au XVIe siècle de la tolérance religieuse; la secte protestante des Frères bohèmes qu'on appela aussi Frères moraves s'y développa librement. 

En 1608, Mathias obligea Rodolphe à lui céder la Moravie qui fit retour à la couronne de Bohème quand il fut proclamé roi (1611). Le margraviat s'associa à la révolte du royaume et reconnut Frédéric le Palatin (1619). Les Moraves prirent part à la bataille de la Montagne Blanche, où succomba l'indépendance de la Bohème. Vaincue avec elle, la Moravie subit la même destinée; elle continua d'ailleurs à faire partie des États de la couronne de Saint-Vacsav, et jusqu'en 1836 ses représentants figurèrent dans la cathédrale de Prague à la cérémonie du couronnement. (L. Léger).
-

Moravie : Château de Pernstejn.
Le château de Pernštejn, bâti par les seigneurs de Medlov au XIIIe siècle.
Photos : © Angel Latorre, 2008.
.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.