.
-

L'histoire de la Macédoine
La Macédoine, vaste, région au nord de la Thessalie et de la mer Egée, avait eu de bonne heure des rois qui, entourés de peuples barbares et dominés par une aristocratie puissante, n'avaient encore joué qu'un rôle effacé. 

La légende place la fondation du royaume de Macédoine vers le début du XIVe siècle avant notre ère, par une tribu, les Macedones, chassés de l'Histiéotide, contrée de la Thessalie. Pélagon, un de leurs rois, aurait défendu Priam contre les Grecs, et au VIIIe siècle, l'Héraclide Garanus, frère d'un roi d'Argos, aurait améné dans l'Émathie une colonie d'Argiens et autres Grecs, et fondé une dynastie nouvelle, et bâtit Édesse. Ses successeurs  auraient réunis à leurs États la Haute et la Basse-Macédoine, ainsi que la Chalcidique. Plus assurée historiquement est l'invasion perse de 492 : la Macédoine fut alors envahie par les généraux de Darius, et fut contrainte de subir l'alliance des Perses. Mais elle revint à l'alliance grecque après la bâtaille de Platées, 479. Après le règne heureux d'Archélaüs I, le pays était livré à une anarchie complète, lorsque Philippe II monta sur le trône, 364 av. J-C. (La Macédoine Antique).

Ce prince habile rétablit l'ordre dans le royaume, l'agrandit par ses conquêtes et atteignit le but de son ambition l'an 338 par la victoire le Chéronée, qui plaça la Grèce sous sa dépendance. Il se fit nommer généralissime d'une expédition de tous les États grecs contre les Perses; mais il fut assassiné l'an 336, et son fils, Alexandre le Grand, héritier et exécuteur de sa pensée, renversa la monarchie des Perses et conquit l'Asie jusqu'à l'Inde

Le vaste empire créé par les victoires d'Alexandre fut divisé après sa mort. Philippe Arrhidée, fils naturel de Philippe Il, et Alexandre Aegus, fils posthume d'Alexandre le Grand et de Roxane, furent proclamés rois de Macédoine en 323 et 322, sous la régence de Perdiccas. Olympias, mère d'Alexandre le Grand, fit mourir Arrhidée l'an 318, et Alexandre Aegus fut assassiné par ordre de Cassandre, fils d'Antipater, l'an 311. Perdiccas voulait s'emparer du trône, lorsqu'il fut remplacé dans la régence par Antipater, qui, mort en 321, eut pour successeur son fils Cassandre. Ce dernier renversa son rival Polysperchon, se rendit maître de la Macédoine, et en demeura roi l'an 301, après la bataille d'Ipsus, où il fut un des vainqueurs d'Antigone

La Macédoine, dont le trône fut occupé successivement par différents rois, fut dévastée par des armées de Gaulois en 279 et 278. Philippe V, prince guerrier, arrière-petit-fils de Démétrius Poliorcète, rétablit passagèrement la domination macédonienne sur la Grèce. Mais il s'allia avec Hannibal contre les Romains, qui, dans une première guerre, de 214, à 205, affaiblirent sa puissance et la ruinèrent complètement dans une seconde, de 200 à 197, par la paix qu'ils lui dictèrent après sa défaite à Cynoscéphales. Persée hérita de son père Philippe V, avec le trône dont le crime lui avait ouvert la voie, la haine des Romains; mais il succomba à Pydna dans une troisième guerre qu'il leur fit de 172 à 168.

La Macédoine fut divisée en 4 républiques sous la souveraineté de Rome. Un aventurier, nommé Andriscus, se donna pour fils naturel de Persée, et se fit reconnaître roi de Macédoine. Mais il fut vaincu l'an 148 par C. Métellus, qui se le fit livrer par un petit roi de Thrace, et l'emmena prisonnier à Rome. Deux autres aventuriers, Alexandre et Philippe, tentèrent sans succès de jouer le même rôle, et la Macédoine fut réduite en province romaine l'an 147 av. J.-C.  A la division de l'Empire romain, la Macédoine fut ensuite comprise dans un diocèse de l'empire d'Orient, auquel elle donnait son nom.

Elle forma au Moyen âge le royaume de Thessalonique, fondé en 1179 par l'empereur Manuel Comnène en faveur de son gendre, Renier de Montferrat. Ce royaume passa au pouvoir des Turcs au XVe siècle. La Macédoine, désormais intégrée à l'empire ottoman fut partagée entre les eyalets de Roumélie et de Salonique, dans la Turquie d'Europe. En 1913, elle fut prise par la Serbie à laquelle elle resta rattachée lors de la création de la Yougoslavie. A l'époque de Tito, la Mécédoine fut reconnue comme une république fédérée au sein de l'État yougoslave. La Macédoine prit ensuite sont indépendance, pacifiquement, en 1991.

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.