.
-

Histoire de l'Europe > La France > Le XIXe siècle
Histoire de la France
Le Premier Empire
1804-1814
Consul à vie depuis le 2 août 1802, Bonaparte se déclara empereur héréditaire le 18 mai 1804. Ainsi commence, à la suite du régime dictatorial établi dès le Consulat, une période de l'histoire de France, appelée à durer 10 ans, et connue sous le nom de Premier Empire
« Sorti de l'obscurité, porté au rang suprême, de simple officier d'artillerie devenu le chef de la plus grande des nations, Napoléon a osé concevoir la monarchie universelle et l'a réalisée un moment. Après avoir obtenu l'empire par ses victoires, il a voulu soumettre l'Europe au moyen de la France, réduire l'Angleterre au moyen de l'Europe, et il a établi le ssytème militaire contre le continent, le blocus contre la Grande-Bretagne : Ce dessein lui a réussi pendant quelques années, et de Lisbonne Moscou, il a assujetti les peuples et les potentats à son mot d'ordre de général et au vaste séquestre qu'il avait prescrit. Mais en exerçant pour son prola souveraine puissance, en attaquant la liberté du peuple par ses institutions despotique, l'indépendance des États par la guerre, il a mécontenté et les opinions et les intérêts du genre, humain; il a excité d'universelles inimitiés; la nation s'est retirée de lui; et après avoir été long temps victorieux, après avoir planté ses étendards sur toutes les capitales, après, avoir pendant dix années augmenté son pouvoir et gagné un royaume à chaque bataille, un seul revers a réuni le monde entier contres lui, et il a succombé en prouvant combien de nos jours le despotisme est impossible.» (Mignet.) 


Constitution de l'an III. Nouvelle noblesse
Après la proclamation de l'Empire, Bonaparte prit le nom de Napoléon ler. Une Constitution nouvelle, dite Constitution de l'an XII, fait soumise au vote, qui la ratifia par plus de trois millions et demi de suffrages contre deux mille cinq cents. Pour la seconde fois, les électeurs, consultés par voie de plébiscite, donnaient à l'ancien général en chef de l'armée d'Italie une preuve éclatante de leur confiance.

Napoléon devenait empereur héréditaire, c'est-à-dire que la dignité impériale devait après sa mort rester dans sa famille. Un Sénat, composé des hommes les plus éminents du pays, veilla au maintien de la Constitution. Il désignait lui-même au choix de l'empereur les personnages qui lui paraissaient dignes de siéger parmi ses membres. Le Corps législatif, composé de députés soumis à l'élection, acceptait ou rejetait les lois que le Conseil d'État avait préparées.

Napoléon créa, pour donner plus d'éclat à sa cour, une noblesse nouvelle. Elle était, différente de l'ancienne, car ce ne fut plus la naissance mais le talent ou les services rendus au pays qui donnèrent droit aux titres et aux distinctions honorifiques. Il y eut six grands dignitaires et seize maréchaux : les plus illustres étaient Masséna, Brune, Ney, Lannes, Murat, Soult, Davout. Ces noms trouveront souvent place  dans le récit des guerres de l'Empire.

Le couronnement (2 décembre 1804).
Napoléon, habitué à frapper les esprits par de grands spectacles, avait résolu d'étonner la France et le monde par une cérémonie imposante toute entière dédiée à sa propre gloire. Il obtint que le pape vint à Paris pour procéder solennellement au sacre. Dans Notre-Dame, ornée avec une pompe extraordinaire, pleine de l'aristocratie du nouvel Empire en costumes éclatants, le pape célébre les cérémonies religieuses du sacre. Puis il voulut prendre la couronne impériale pour la placer sur la tête de Napoléon. Mais Napoléon la saisit et se couronna lui-même, afin de bien montrer qu'il ne devait son élévation à personne autre qu'à lui-même. Ensuite il couronna sa femme, l'impératrice Joséphine, agenouillée devant lui.

Il s'était également attribué la couronne royale des Italiens. Ce fut l'ancienne couronne de fer des rois lombards. qu'il alla prendre à Milan . En la recevant, il répéta la formule consacrée : « Dieu me l'a donnée, gare à qui la touche! » L'administration du royaume d'Italie fut confiée, avec le titre de vice-roi, au prince Eugène, fils du premier mariage de I'impératrice, et très aimé de Napoléon.

Projet de descente en Angleterre (1805).
Après la cérémonie du couronnement, l'empereur se consacra tout enfler à l'exécution de ses projets contre l'Angleterre. Cette puissance avait rompu la paix d'Amiens, et déclaré de nouveau la guerre à la France. Napoléon voulut cette fois en finir avec cette ennemie acharnée. L'Angleterre n'est séparée de la France que par un détroit resserré, le Pas de Calais, sur les bords duquel s'élève la ville maritime de Boulogne. Napoléon rassembla sur ce point plus de cent mille soldats d'élite, et une
multitude de bâtiments qui devaient transporter l'armée l'autre côté du détroit sous la protection de la flotte. Cependant l'amiral Villeneuve ne sut pas exécuter avec la diligence et la vigueur nécessaires les instructions que Napoléon lui avait données. Il perdit du temps avant d'arriver devant Boulogne avec sa flotte, et l'Angleterre, où régnait déjà une véritable consternation, profita de ces lenteurs pour former une coalition contre la France.

Troisième coalition. Austerlitz (1805).
Menacé par la Russie et l'Autriche. Napoléon quitte le camp de Boulogne avec l'armée qui devait envahir l'Angleterre, pénètre en Allemagne avec une rapidité qui déjoue tous les calculs de ses adversaires et oblige 80 000 Autrichiens à capituler dans Ulm, le jour même où l'amiral Villeneuve, sortant trop tard de son inaction, se faisait battre par les Anglais au combat naval de Trafalgar (Espagne). Vienne, capitale de l'Autriche, tombe au pouvoir des soldats français. Napoléon marche aussitôt contre une grande armée russe et autrichienne commandée par les deux empereurs François-Joseph et Alexandre. Il la détruit complètement à la bataille d'Austerlitz, le 2 décembre 1805, jour anniversaire du couronnement. Après avoir passé la soirée du 1er décembre au bivouac avec ses maréchaux, l'empereur voulut visiter ses soldats.

Les premiers qui l'aperçurent, pour éclairer sa marche, ramassèrent la paille de leur bivouac, et en formèrent des torches enflammées qu'ils placèrent au bout de leurs fusils. Les autres les imitèrent, et le camp français entier s'éclaira de cette illumination singulière. Les soldats criaient, tel était l'embrigadement des esprits : Vive l'empereur! ou, sans même s'apercevoir de la contradiction des termes, tel était leur tragique aveuglement, il criaient : Vive l'empereur! Vive la République!  Si toute monarchie repose sur sur une imposture, voilà donc quelle était celle sur laquelle reposait l'Empire.

Lors de la bataille, les grenadiers à cheval de la garde repoussèrent une charge des chevaliers-gardes, troupe composée des jeunes gens de la plus haute noblesse de Russie, et firent prisonnier leur chef. Les coalisés perdirent 15 000 morts ou blessés, dont beaucoup furent noyés dans les étangs dont les boulets de l'armée napoléonienne crevaient la glace, et 20 000 prisonniers : les Français seulement 700 hommes. Dans une proclamation restée célèbre. Napoléon disait le lendemain à ses soldats : 

Il vous suffira de dire : « J'étais à Austerlitz »,  pour que l'on vous réponde : « Voilà  un brave! »
L'Autriche, consternée par ce nouveau désastre, s'empressa de signer le traité de Presbourg, qui fut très onéreux pour elle, car Napoléon lui enleva les possessions qu'elle conservait encore en Italie. Ou avait pris à l'ennemi, dans cette courte et foudroyante campagne, une telle quantité de canons, qu'on put, en les fondant, élever la colonne de bronze qui orne aujourd'hui la place Vendôme, à Paris. Les soldats de Napoléon, émerveillés de la rapidité de leurs propres succès, disaient : 
« L'empereur ne fait plus la guerre avec nos bras, mais avec nos jambes. » 
Avant Austerlitz, on avait vu une division faire trente-six lieues en deux jours, afin d'arriver à temps sur le champ de bataille.

Iéna et Auerstaedt (1806).
La Prusse, en paix avec la France depuis le traité de Bâle en 1795 lui gardait encore rancune pour cette défaite de Valmy que les armées françaises lui avaient infligée naguère. Les intrigues de l'Angleterre la décidèrent à tenter de nouveau la fortune des armes. La reine Louise haïssait la France, cette princesse romanesque, qui aimait à paraître à cheval au milieu des troupes et à passer des revues en costume de hussard, poussa de toutes ses forces le roi son époux à une guerre qui devait être désastreuse pour la Prusse.

Napoléon, imprudemment provoqué, pénètre de nouveau en Allemagne à la tête de son armée. Le 14 octobre 1806, il écrase à léna 80 000 Prussiens, leur tue 12 000 hommes, fait 15 000 prisonniers et enlève 200 pièces de canon avec un grand nombre de drapeaux. L'un d'eux, celui de la garde prussienne, avait été brodé de la main de la reine elle-même.

Le même jour, le maréchal Davout livrait à quelques lieues de là une bataille acharnée, à Auerstaedt, avec 26 000 hommes seulement contre 60 000. Le maréchal Bernadotte, dont le corps d'armée se trouvait près du sien, lui avait refusé son concours. Néanmoins Davout engagea la bataille contre les troupes ennemies, commandée par le roi de Prusse, le duc de Brunswick et le vieux maréchal de Mollendorf. Brunswick fut tué en se mettant à la tête des grenadiers prussiens pour les conduire à l'assaut. Mollendorf, s'avançant à son tour, eut le même sort. Le roi de Prusse eut un cheval tué sous lui. Tous les princes se portaient au danger comme de simples soldats, et toutes les attaques restaient sans effet contre l'énergie des troupes de Davout. Il put même poursuivre les ennnemis dans leur retraite, et les forcer à la hâter. S'il avait eu les régiments de dragons de Bernadotte, le désastre des Prussiens eût été complet. La victoire, tout inachevée qu'elle fût, coûtait à l'ennemi 9000 tués ou blessés et 2 000 prisonniers. Davout avait 7000 hommes hors de combat. Avec ses 44 canons, il avait pu en prendre 115 à l'ennemi.

Ces deux victoires ouvrirent aux Français la Prusse, dont toutes les villes furent occupées. Napoléon fit dans Berlin une entrée triomphale. Un mois avait suffi (octobre-novembre 1806).

« S'il ne fallait, écrivait un officier prussien, que se servir de nos bras contre les Français, nous serions bientôt vainqueurs. Ils sont petits, chétifs; un seul de nos Allemands en battrait quatre; mais ils deviennnent au feu des êtres surnaturels. Ils sont emportés par une ardeur inexprimable dont on ne voit aucune trace dans nos soldats.... »
Eylau, Friedland. Paix de Tilsit (1807).
La guerre n'était cependant pas encore terminée, car la Russie restait toujours en armes. Au lieu de revenir en France, l'empereur, après avoir dompté la Prusse, marche vers les frontières de Russie et remporte deux nouvelles victoires, l'une à Eylau, où les Français eurent de très grandes pertes à cause de la ténacité de l'ennemi, l'autre, quelques mois après, à Friedland

A Eylau, un bataillon français fut entièrement anéanti dans le cimetière du village : aucun des hommes ne songea qu'on pût se rendre et demander quartier. Friedland, Napoléon, montrant à Ney la ville, les ponts et l'armée russe massée en avant, lui dit : 

« Voilà le but. Pénétrez dans cette masse épaisse, quoi qu'il puisse vous en coûter. Entrez dans Friedland, prenez les ponts, et ne vous inquiétez pas de ce qui se passe à droite ou à gauche. » 
Ney s'éloigna pour remplir cette redoutable mission d'un air si résolu que Napoléon dit à ses officiers : 
« Cet homme est un lion. »
Exécutant les ordres reçus, Ney, appuyé par l'artillerie, marcha droit sur Friedland, écrasa les Russes aux portes de la ville, les rejeta sur les ponts. En même temps, ceux-ci étaient incendiés à la fois par les Français et par les corps russes qui se trouvaient de l'autre côté. L'armée française eut de ce succès autant de joie que d'Austerlitz et d'Iéna.

L'empereur de Russie, découragé par ces revers, fit des propositions de paix. Une entrevue entre les deux souverains eut lieu sur un radeau qu'on avait construit au milieu du fleuve le Niémen. Les deux empereurs s'embarquèrent en même temps, chacun devant toute son armée rangée en bataille. Napoléon, arrivé le premier, alla se placer au bord du radeau pour recevoir Alexandre. Ils se jetèrent dans les bras l'un de l'autre.

« Je hais les Anglais autant que vous », dit tout d'abord Alexandre à Napoléon. « En ce cas, répondit celui-ci, la paix est faite. » 
Le lendemain Alexandre vint s'établir à Titsit même, au milieu de l'armée française, et près de Napoléon, qui le flattait par toutes sortes d'attentions délicates, et pour lequel il manifestait une grande admiration. La paix de Tilsit fut conclue le 8 juillet 1807.

Le blocus continental.
Par cette paix, Napoléon cherchait à s'assurer l'alliance de la Russie, dont il avait besoin afin de pouvoir tourner toutes ses forces contre l'Angleterre. Quelques mois auparavant, il avait signé à Berlin lui décret fameux qui interdisait à toutes les marchandises, à tous les produits de l'Angleterre, l'entrée des ports de l'Empire français. C'est ce qu'on a nommé le blocus continental. Le seul moyen d'atteindre l'Angleterre, à l'abri dans son île, était de la frapper dans son commerce. Par le blocus Napoléon empêchait les Anglais d'écouler les produits de leurs innombrables usines, manufactures et fabriques. Il ruinait ce pays industriel et commerçant qui ne pouvait être prospère qu'àà la condition de vendre toujours. L'application de cette idée allait s'avérer difficile.

Les peuples de l'Europe, habitués depuis longtemps à acheter aux Anglais du charbon de terre, du fer, des cotonnades, ne devaient pas accepter sans murmures l'obligation de suspendre toute relation commerciale avec eux. Enfin le blocus continental ne pouvait être efficace qu'à la condition d'être très rigoureusement appliqué. Napoléon voudra l'imposer par la force à l'Europe entière, et provoquera ainsi par ses violences des haines irréconciliables contre la France et contre lui-même. Le blocus continental fut somme la première des grandes fautes que l'enivrement de sa propre fortune fit commettre à ce sinistre personnage qui mettait à feu à sang l'Europe pour sa seule gloire..

L'Empire en 1807.
L'année 1807 fut l'époque la plus brillante de l'Empire. Le commerce et l'industrie recevaient de puissants encouragements : d'immenses travaux étaient entrepris : le canal de Nantes à Brest, la digue de Cherbourg, la Madeleine, l'Arc de triomphe, orné plus tard par le grand sculpteur Rude de magnifiques bas-reliefs, datent de ce temps. Les arts avaient d'illustres représentants : les peintres David, Gros, Girodet, Prud'hon, composaient ces tableaux qui sont encore aujourd'hui parmi les ornements du musée du Louvre. Les sciences, avec Laplace, Lagrange, Monge, Cuvier, Bichat, Gay-Lussac, prenaient un grand essor. 

Napoléon, qui tint à honneur de garder sur le trône son titre de membre de l'Institut, leur accordait une protection éclairer. La littérature brillait aussi d'un vif éclat, mais il faut remarquer que les principaux écrivains se rencontrent alors dans les rangs de l'opposition : Chateaubriand, Mme de Staël, Bernardin de Saint-Pierre étaient ouvertement ou secrètement hostiles à l'empereur. Leurs attaques lui inspiraient plus de dépit que de crainte, et il ne laissait pas échapper une occasion de témoigner le mépris qu'il ressentait pour ces faibles adversaires. Mieux aurait valu qu'il écoutât ces voix sincères et qu'ainsi averti il mît un frein son ambition. Mais cet esprit si maître de lui-même commençait à se laisser dangereurement griser par ses succès.

Distribution de royaumes aux membres de la famille impériale. 
Dans la période de cinq années qui s'écoule de 1807 à 1812, c'est-à-dire de la paix de Tilsit à l'expédition de Russie, Napoléon fut véritablement l'arbitre des destinées de l'Europe et disposa souverainement des peuples et des couronnes. Déjà il avait au traité de Presbourg, en 1805, remplacé l'Empire allemand par la Confédération du Rhin, composée de plusieurs petits États placés sous l'influence de la France. Plus tard il donna le royaume de Naples à son frère Joseph Bonaparte, le royaume de Hollande à son autre frère Louis; il créa un royaume nouveau, celui de Westphalie, pour son quatrième frère Jérôme; enfin il accorda la vice-royauté d'Italie à son beau-fils le prince Eugène.

Guerre d'Espagne. 
La France était ainsi entourée d'un cercle d'Etats alliés. Pour achever de là couvrir de tous les côtés, l'empereur s'empara du Portugal, dont les ports furent aussitôt soumis au blocus continental et fermés à toutes les marchandises anglaises. Enfin il profita des querelles qui s'étaient élevées dans la famille royale d'Espagne pour placer une nouvelle couronne sur le front d'un de ses frères. Joseph Bonaparte devint roi d'Espagne (1808) et céda son royaume de Naples à Murat, beau-frère de l'empereur. Mais une partie seulement de l'Espagne accepta cette domination d'un prince étranger. Des insurrections éclatèrent de toute part. Pour soutenir Joseph contre les rebelles, lui recevaient de l'argent. des armes et des secours de l'Angleterre, Napoléon fut obligé d'envoyer en Espagne une partie de ses meilleures troupes. Elles s'y consumèrent peu à peu dans une guerre sans gloire et sans utilité. 

A la même époque, Napoléon commit encore l'erreur de se faire du pape Pie VII un ennemi, en le faisant enlever dans Rome par des gendarmes et conduire prisonnier en France, parce qu'il ne consentait pas à fermer, comme l'empereur l'exigeait, les ports de ses États aux marchandises anglaises. Cette violence, qui excita l'indignation des catholique, permit aux moines espagnols de prêcher au peuple une sorte de guerre sainte contre les Français. L'empereur dut accourir lui-même au secours de son frère. Quelques jours lui suffirent pour réparer l'effet produit par la désastreuse capitulation du général Dupont à Baylen. Mais l'Autriche profita de son éloignement pour déclarer de nouveau la guerre à la France, à l'instigation des Anglais, qui commençaient à souffrir cruellement de la rigoureuse application du blocus continental.

Essling (1809). 
Napoléon, provoqué par l'Autriche, revient a Paris en toute hâte, laissant à ses lieutenants Junot, Gouvion Saint-Cyr, Soult le soin de diriger les opérations en Espagne. Il pénètre en Allemagne, surprend et déconcerte l'ennemi par la rapidité foudroyante de ses mouvements, remporte en trois mois trois succès importants, et couronne glorieusement celle campagne par la grande victoire de Wagram (juillet 1809).

Au sanglant combat d'Essling, Lannes et Masséna s'illustrèrent par leur courageuse conduite. Lannes était resté tout le jour à cheval, dirigeant plusieurs corps d'armée : il avait pris les plus habiles dispositions. Vers le soir il galopait d'un corps à l'autre, donnant ses ordres; ses officiers, voyant le péril auquel il s'exposait, voulaient le retenir, quand un boulet vint lui fracasser les deux genoux. L'empereur l'aperçoit au moment où on l'emporte, se précipite vers le blessé, l'embrasse, l'appelle en sanglotant : 

« Lannes, mon ami, lui dit-il, me reconnais-tu? c'est moi, c'est l'empereur, c'est Bonaparte, ton ami! » 
Le maréchal eut seulement la force d'entrouvrir les yeux et de répondre d'une voix mourante : 
« Je désire vivre si je puis encore vous servir ainsi que notre France, mais je crois bien qu'avant une heure vous aurez perdu celui qui fut votre meilleur ami... ». 
Les soldats témoins de cette scène pleuraient. Napoléon, premier responsable de ce drame et de tous les autres qui jalonnent son règne, ne pouvait faire moins que d'y aller lui aussi de sa larme. Un peu avant que cette scène eût lieu, Napoléon avait envoyé à Masséna, chargé de défendre les ponts de l'île Lobau, un aide de camp pour lui demander combien de temps il pourrait tenir :
« Allez dire à l'empereur, répondît Masséna, que je tiendrai deux heures, six, vingt-quatre, s'il le faut, tant que cela sera nécessaire pour le salut de l'armée ». 
Il fit comme il l'avait dit : l'armée fut sauvée, et Masséna reçut ale Napoléon le titre de prince d'Essling. L'Autriche, accablée par ces revers, dut signer le désastreux traité de Vienne

Marie-Louise, le roi de Rome. 
L'année suivante, Napoléon répudia Joséphine, qui ne lui avait pas donné d'enfant, et prit pour femme Marie-Louise, fille de l'empereur d'Autriche. Il eut de ce second mariage un fils, qui naquit le 20 mars 1811 et reçut le titre de roi de Rome. Cet  événement, qui fut célébré par de grandes fêtes, semblait assurer l'avenir de l'Empire. 

L'Europe en 1811.
Cependant la France commençait à se lasser de ces guerres continuelles : beaucoup de gens s'affligeaient de voir l'élite des troupes sacrifiée en Espagne aux intérêts de famille des Bonaparte; enfin la crainte que Napoléon inspirait aux puissances de l'Europe ne diminuait pas la haine profonde qu'elles portaient à ce monstre mégalomane qui les avait tant de fois vaincues. En Allemagne surtout, la surexcitation des esprits était grande. Des sociétés secrètes se formaient et enseignaient au peuple l'horreur du nom français. Déjà, en 1809, un jeune étudiant avait cru faire une oeuvre patriotique en essayant d'assassiner l'oppresseur de son pays.

Expédition de Russie (1812). Passage de la Bérésina.
Napoléon ne voulut pas comprendre qu'il était temps de renoncer à toutes ces guerres qui épuisaient le pays. Au moment où il aurait fallu plus que jamais user de ménagements et de prudence, il conçut le plan de la plus téméraire, de la plus folle, entreprise.

L'empereur de Russie, Alexandre Ier, ne pouvait obliger ses sujets à se conformer aux prescriptions du blocus continental, car l'interruption des relations commerciales avec l'Angleterre eût été une ruine pour eux. Napoléon voulut pas moins le contraindre à fermer ces ports aux bâtiments de commerce anglais : sur un refus d'Alexandre, il lui déclara la guerre.

A la tête de la Grande Armée, qui comprend non seu-lement des Français, mais aussi un grand nombre  d'étrangers, Italiens, Hollandais. Allemands, Polonais, l'empereur traverse de nouveau l'Allemagne et pénètre en Russie Il franchit le Niémen, marche sur Moscou, gagne la bataille sanglante de la Moskova, qui coûte 31000 hommes à l'armée de Napoléon et 60 000 à celle du tsar, entre à Moscou, que le gouverneur russe, Rostopchine, livre aux flammes à l'arrivée des Français. Cependant. Alexandre refuse de traiter : l'hiver, qui est terrible dans cette froide région, arrive prématurément : la Grande Armée est obligée de revenir sur ses pas. 

Alors commence cette retraite de Russie qui est restée si tristement fameuse dans l'histoire de France. Les malheureux soldats de Napoléon sont obligés de traverser un pays désert, couvert de neige; les Russes, qui les poursuivent; enlèvent les traînards, achèvent les blessé, massacrent les prisonniers. Telle est la rigueur de l'hiver, que chaque nuit des cenlaines d'hommes meurent gelés.

La Bérésina.
Le moment le plus difficile fut celui où l'on dut franchir la rivière de la Bérésina. Le général Éblé, chef des pontonniers, avait réussi à conserver dans la retraite quelques voitures chargées d'outils. qui allaient rendre le plus grand service. De ses pontonniers, il lui restait  400 hommes. Napoléon le pria d'établir les ponts en une après-midi. C'était impossible, mais ils pouvaient être faits le lendemain matin en travaillant toute la nuit. Eblé, par ses exhortations, obtint de ses hommes ce dévouement. Par un froid des plus vifs, ils travaillèrent dans l'eau toute la nuit, au milieu d'énormes glaçons, se nourrissant à peine d'un peu de bouillie sans sel. Il fallait rompre la glace autour des hommes, pour qu'ils puissent entrer dans l'eau. Une moitié d'entre eux dormait pendant que les autres travaillaient. Le général ne dormit pas un seul instant.

Les ponts furent achevés, et le passage se faisait, quand l'ennemi commença à les cribler de boulets. Le désordre se mit dans les rangs. Eblé, placé à la tête des ponts, essayait en vain d'arrêter la cohue. Beaucoup, pour en finir, se jetèrent dans l'eau. D'autres, ayant voulu passer sur  la glace, furent entraînés par les glaçons. Ce passage est une des plus horribles scènes de l'histoire.

L'héroïsme de Ney, le Brave des braves, ce maréchal de France qu'on vit maintes fois se battre un fusil à la main, comme un simple troupier, permit pourtant aux débris de la malheureuse armée française d'échapper à l'ardente poursuite des Cosaques et à l'hiver, mille fois plus terrible. Quand Ney repassa la frontière, avec une poignée d'hommes, 300 000 soldats restaient derrière lui ensevelis sous les neiges de la Russie.

Campagne d'Allemagne (1813).
Ce désastre porta un coup mortel à la puissance de Napoléon. Une nouvelle coalition se forma contre son Empire : elle se composait de l'Angleterre, de la Prusse, de la Russie, de la Suède et de l'Espagne. L'Autriche attendit les événements. Ce qu'il y avait de plus notable, c'était que les différents peuples de l'Allemagne se portaient avec enthousiasme à cette guerre devenue nationale pour eux. La France, épuisée, allait avoir à lutter cette fois contre des armées animées de cette ardeur patriotique qui avait rendu les siennes invincibles pendant la Révolution.

Cependant l'empereur, qui était revenu en toute hâte à Paris, où la conspiration du général Malet avait mis en péril son gouvernement, rassemble des troupes avec une activité fiévreuse, et rentre en Allemagne; mais les deux victoires qu'il remporte à Lutzen et à Bautzen n'eurent pas de résultat, et en Espagne son frère Joseph fut vaincu à Vitoria.

L'Autriche intervient alors et lui offre de traiter à des conditions très honorables. Napoléon refuse de faire les concessions insignifiantes qu'on lui demande : l'Autriche irritée se joint à ses ennemis, et 500 000 hommes entrent en ligne contre les Français. La victoire de Dresde est annulée par plusieurs échecs que les alliés infligent à des lieuntenants de l'empereur. Enfin, après la terrible bataille de Leipzig, qui dure trois jours et où 120 000 hommes, dont 50 000 français, sont mis hors de combat, Napoléon est réduit à repasser précipitamment les frontières de la France, que menace une invasion formidable.

Campagne de France (1814). Adieux de Fontainebleau.
Avec des forces très inférieures en nombre, l'empereur entreprend une lutte suprême. Il repousse de nouvelles propositions de paix qui lui sont faites, ne voulant pas, laisser la France plus petite qu'il ne l'a reçue; cette funeste obstination va le perdre. Les victoires de Champaubert, de Montmirail, de Vauchamp, quatorze batailles livrées en un mois, l'admirable courage des jeunes soldats qui combattent dans l'armée napoléonienne, les prodiges d'habileté accomplis par leur chef, ne pouvaient sauver la France envahie sur toute la ligne de ses frontières. Le 31 mai 1814, Paris, après une belle défense, fut occupé par les alliés. Napoléon, après de vaines tentatives de négociation, s'était retiré à Fontainebleau. Il abdiqua dans cette ville, en son nom et au nom de ses héritiers.

Les puissances lui donnèrent la souveraineté de l'île d'Elbe, où il devait emmener plusieurs de ses généraux et un bataillon de sa garde. Au reste de cette troupe d'élite il fit des adieux demeurés célèbres. Dans la cour du château de Fontainebleau, il fit ranger en cercle autour de lui ses vieux soldats. Après les avoir remerciés de leur dévouement, il ajouta :

« Je coudrais vous serrer tous dans mes bras, mais laissez-moi embrasser ce drapeau qui vous représente... »
et, attirant à lui le général Petit, qui portait le drapeau de la vieille garde, il le serra sur son couer au milieu des cris et des larmes des assistants; et lui-même, les yeux humides, se jeta dans la voiture qui devait l'emmener.

Première Restauration. Les Cent Jours. Waterloo (18 juin 1815).
Les alliés, maîtres de Paris et de la France, rétablissent la monarchie des Bourbons. Un frère de Louis XVI, le comte de Provence, qui avait un des premiers donné le signal de l'émigration en 1700, devient roi sous le nom de Louis XVIII. Mais la France n'accepte qu'à contre-coeur ce gouvernement imposé par l'ennemi. Elle refuse son affection à ce prince qui, depuis vingt-quatre ans, vit à l'étranger, et qui ne doit sa couronne qu'aux revers du pays. Des actes maladroits, des mesures violentes, montrent que la Révolution, dont les principes ont au moins été respectés par Napoléon, est mise en péril par les rancunes implacables des anciens émigrés, qui entourent Louis XVIII. L'empereur qui, de l'île d'Elbe, suit attentivement les progrès du mécontentement populaire, tente alors un coup hardi. ll débarque auprès de Fréjus avec une poignée d'hommes dévoués, entraîne à sa suite les troupes qu'on envoie pour le combattre et l'arrêter, marche sur Paris, tandis que la France entière se soulève en sa faveur contre Louis XVIII. Ce retour de l'île d'Elbe met fin à la première Restauration. Le roi s'enfuit précipitamment et va de nouveau solliciter les secours des ennemis de l'Empire. Le 20 mars, Napoléon rentre en triomphe dans Paris et reprend possession du pouvoir. Telle était encore sa popularité, que ces grands événements s'étaient accomplis en quelques jours et sans qu'un coup de fusil fût tiré pour défendre les Bourbons.

Le retour de Napoléon eut pour conséquence la formation d'une nouvelle coalition contre la France. L'empereur laissa croire, qu'instruit par le malheur, il songeait à donner au pays un gouvernement moins despotique et plus libéral que par le passé. Mais il fut obligé de consacrer tous ses soins à la défense de la France menacée d'une nouvelle invasion. 

Après avoir organisé rapidement une armée, il marche contre les Prussiens et les Anglais, qui occupent la Belgique. Il est vainqueur des premiers à la bataille de Ligny et se heurte contre les seconds à Waterloo, le 18 juin 1815. Tout son génie est impuissant à triompher de la ténacité de Wellington, qui commande les troupes anglaises. La cavalerie française, lancée contre les bataillons ennemis formés en carrés, enfonce les premiers, mais son élan vient se briser contre les autres. Napoléon comptait sur l'arrivée d'un corps d'arillée commandé par Grouchy : c'est le général prussien Blücher qui arrive avec 50 000 hommes. La bataille alors est perdue. Pour protéger la retraite, un corps délite composé de vieux soldais, la garde, tenue jusqu'à ce moment en réserve par Napoléon, s'avance contre la multitude ennemi. Entourée par un flot d'Anglais et de Prussiens, elle se forme en carrés, et repousse toutes les attaques. On lui offre de se rendre : Cambronne répond seulement que la garde meurt et ne se rend pas. Napoléon, désesperé, tire son épée pour s'élancer au milieu des ennemis; il veut périr avec sa fortune, et c'est à grand-peine que ses généraux l'entraînent loin de eu champ funèbre où gisent 50 000 Français. L'héroïque Ney, sans doute avec plus de sincérité que son pathétique maître, cherchait aussi la mort, qui n'avait pas voulu de lui. Noir de poudre, les habits troués par les balles, il criait aux fuyards :

« Arrêtez! suivez-moi, que je vous montre comment meurt un maréchal de France! »
Sainte-Hélène (1815-1821).
L'empereur revint à Paris, et, renonçant au trône qu'il ne pouvait plus conserver après un tel désastre, signa un acte d'abdication, qui mit fin à la période dite des Cent Jours. Elle avait commencé au retour de l'île d'Elbe. Pour éviter de tomber entre les mains des Prussiens qui arrivaient à marches forcées, il écrivit au prince qui gouvernait alors l'Angleterre une lettre admirable, dans laquelle il demandait l'hospitalité du peuple anglais. Il s'embarqua volontairement à bord d'un navire de la Grande-Bretagne, mais fut aussitôt traité en prisonnier de gruerre. On l'envoya captif à Sainte-Hélène, petite île perdue au milieu des flots de l'océan Atlantique, sous un ciel brûlant et meurtrier, à cinq cents lieues de la côte d'Afrique. Il y vécut encore six longues et douloureuses années, privé de sa famille, et notamment de son fils élevait en Autriche, sous le nom de duc de Reichstadt. La surveillance soupçonneuse des Anglais, qui craignaient toujours qu'il ne s'échappât, l'implacable dureté de Hudson Lowe, son geôlier, firent de cette captivité un véritable martyre. Avant de mourir, il dicta à quelques amis fidèles qui l'avaient accompagné le récit de ses campagnes, qu'on nomme le Mémorial de Sainte-Hélène. Le 5 mai 1821 il expira, enveloppé dans son manteau de bataille. Il avait, dans son testament, exprimé le désir d'être enterré « sur les bords de la Seine, au milieu de ce peuple français qu'il avait tant aimé ». Ce dernier voeu fut exaucé quelques années plus tard par le roi Louis-Philippe (La Monarchie de Juillet), qui fit rapporter en France et ensevelir aux Invalides la dépouille de l'empereur.

Comparaison entre les frontières de la France en 1800 et en 1815.
A l'époque du 18 Brumaire, la France s'étendait jusqu'au Rhin, au Jura et aux Alpes. Le traité de Paris (mais 1814), signé après la première abdication de Napoléon, réduisait la France aux limites de l'ancienne monarchie, ne lui laissant de tant de conquêtes que Mulhouse, Montbéliard, Avignon, une partie de la Savoie.

Les défaites de l'Empire faisaient donc perdre à la France la Belgique et la rive gauche allemande du Rhin. Au Congrès de Vienne (octobre 1811 à juin 1815), les ennemis de l'Empire se partagèrent ses dépouilles et celles de ses alliés. L'ambassadeur de Louis XVIII, Talleyrand, y représenta la France avec éclat, et parvint même à rompre momentanément l'accord qui régnait entre les coalisés, en signant avec les ambassadeurs de l'Autriche et de l'Angleterre un traité destiné à modérer l'ambition de la Prusse et de la Russie. Mais cet accord se rétablit à la nouvelle du débarquement de Napoléon en Provence.

Le second traité de Paris, après la deuxième abdication de Napoléon, réduisit encore les limites de la France (novembre 1815). Il enleva à la France les places fortes qui gardaient l'entrée des principales routes d'invasion, conduisant d'Allemagne en France, Sarrelouis et Landau entre autres avec la Savoie. Cent cinquante mille hommes occupèrent les provinces du Nord-Est, jusqu'au paiement complet de l'indemnité de 700 millions. Le Congrès de Vienne avait donné la Belgique à la Hollande, la rive gauche allemande du Rhin à la Prusse et à la Bavière, la prépondérance en Italie à l'Autriche, pour surveiller la France. L'Angleterre enfin, qui s'emparait d'une partie du domaine colonial français (île Maurice, etc.), n'ayant plus craindre à la rivalité de la marine française anéantie, devenait souveraine incontestée des mers. (V. Duruy).

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2014. - Reproduction interdite.