.
-

Callet

Antoine-François Callet est un peintre français, né en 1741 à Paris, mort à Paris en 1823. Cet artiste obtint le grand prix de peinture en 1764, pour Biton et Cléobis conduisant le char de leur mère au temple de Junon. Agréé à l'Académie en 1779, il y fut reçu en 1780, sur le plafond du Printemps, placé à la galerie d'Apollon au Louvre
Les principaux tableaux qu'il exposa furent portraits du Comte d'Artois et du Comte de Vergennes, ministre des affaires étrangères (Salon 1779); les Saturnales ou l'Hiver; l'Automne ou les têtes de Bacchus; l'Eté ou les fêtes de Cérès; le Printemps, hommage des dames romaines à Junon Lucine (ces quatre tableaux qui parurent successivement aux Salons de 1783, 1787, 1789 et 1791, sont au Louvre; ils avaient été commandés par Louis XVI pour les Gobelins); portraits de Louis XVI et du Comte de Provence (Salon de 1789); Curtius se dévouant pour sa patrie (Salon de 1799); esquisse allégorique sur la Bataille de Marengo (Salon de 1800); allégorie sur le XVIII Brumaire (Salon de 1801; plafond de la salle du Sacre, à Versailles); Entrée du premier Consul à Lyon (Salon de 1804); portrait de l'auteur (Salon de 1808); l'Auguste alliance, mariage de Napoléon et de Marie-Louise; Traité de Presbourg, 14 septembre 1809 (Salon de 1810); allégorie de la Naissance du roi de Rome; Entrée de l'Empereur à Varsovie; Achille à la cour de Lycomède (Salon de 1812; ces trois derniers tableaux sont exécutés au pastel); Portrait de Louis XVIII; l'Arrivée de Louis le Désiré, allégorie (Salon de 1817). Le Louvre expose une esquisse de Callet, Cybèle couronnée de fleurs par Zéphyr et Flore. On voit encore de lui, à Versailles, deux tableaux allégoriques sur la Capitulation d'Ulm et la Bataille d'Austerlitz, le portrait en pied du Docteur Desgenettes, et trois portraits de Louis XVI; celui d'entre eux qui parut au Salon de 1789 a été gravé par Bervic, et passe pour le chef-d'oeuvre de ce graveur.
Hors de France, Callet a exécuté le plafond du palais Spinola, à Gênes, représentant l'Apothéose d'Ambrogio Spinola

Malgré les sujets d'histoire que cet artiste a parfois traités, il fut surtout un décorateur, un peintre d'allégories; l'ordonnance harmonieuse de ses compositions, son coloris frais et agréable le classent parmi les continuateurs de Boucher, en dehors de la rénovation artistique inaugurée par ses contemporains Vien et David. (Ad. Thiers).

Jean-François Callet est un mathématicien français, né à Versailles le 25 octobre 1744, mort à Paris le 14 novembre 1799. Sa vie fut consacrée à l'enseignement libre, sauf de 1788 à 1796, période pendant laquelle il professa l'hydrographie à Vannes et à Dunkerque, puis fut attaché (1792) à Paris à l'école des ingénieurs géographes.

Il est surtout connu par l'édition de 1795  des Tables de logarithmes de Gardiner, aussi commode qu'utile, et y ajouta en 1795 les logarithmes des sinus pour la nouvelle division décimale du cercle. Cet ouvrage, le plus exact et le plus étendu que l'on n'avait jamais publié en ce genre, a été stéréotypé par Firmin Didot, et réédité en 1857 avec des améliorations par Dupuis.

Callet avait déjà donné en 1783 une première édition de ses Tables, ne donnant les logarithmes que jusqu'à 102,950. En 1779 il remporta le prix de la Société des Arts de Genève, pour le meilleur mémoire sur les échappements. En 1797, il proposa à l'institut le plan d'une langue télégraphique applicable à douze mille mots. Enfin en 1798 il publia chez Didot un Supplément à la trigonométrie sphérique et à la navigation de Bezout, où il traite de la détermination des longitudes en mer. (T.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2016. - Reproduction interdite.