.
-

Les califes
Calife ou khalife (transcription européenne du mot khalifa = vicaire, lieutenant; de la racine arabe khalafa = laisser derrière soi comme successeur)  est le titre que prirent, après la mort de Mohammed (Mahomet), les membres de sa famille qui régnèrent sur les musulmans. Mohammed ne prit jamais d'autre titre que celui d' « envoyé de Dieu » (rasoul ou mursel). Ses successeurs, pour mieux affirmer que leur autorité spirituelle était le principe de toute autorité temporelle, se contentèrent du titre de « successeur de l'envoyé d'Allah » (khalifa rasoul Allah), qui fut abrégé en khalifa. Son second successeur, Omar, reçut encore le titre d'émir-al-moumenin (chef des croyants). 

Les califes furent d'abord élus mais, dès la fin du Ier siècle de l'hégire, Moaviah abolit l'élection et rendit le califat héréditaire dans sa famille. Ils perdirent toute puissance temporelle depuis la création de l'Emir-al-omrah (935). Il y eut pourtant des califes jusqu'en 1516; en cette année, le sultan ottoman Sélim se fit céder le califat par le dernier abbasside, Motawakkel.

Le califat.
On donne le nom de califat  (khalifat) à la dignité de  calife ou à l'exercice de l'autorité dévolue au calife. Le califat est également le territoire soumis au calife et, partant, l'entité politique considérée dans sa durée ainsi définie.

On distingue trois grands califats : 

1° celui d'Orient, dont le siège fut à La Mecque jusqu'à la mort d'Ali, puis à Damas sous la famille des Omeyyades, et à Bagdad sous celle des Abbassides; il dura 626 ans (632-1258); 

2° celui de Cordoue, fondé en 756 par Abdérame (Abd-el-Rahman), de la famille des Omeyyades, et démembré en 1031; 

3° celui d'Égypte ou des Fatimides, qui fut fondé en 909 par Obeidollah, descendant supposé de Fatima, fille du prophète, et qui fut renversé en 1171 par Saladin

Le calife, successeur de Mahomet, était, comme lui, le chef de tous les musulmans, et il devait convertir tous les habitants de la Terre à la foi de l'islam. Tel fut, en effet, le but des efforts des premiers califes, qui eurent bientôt subjugué la plus grande partie de l'empire des Sassanides et de l'Empire byzantin. Cette brillante situation ne dura pas longtemps : au lendemain même de la mort du Prophète, la discorde éclata dans sa famille à l'occasion du choix de son successeur, et Ali protesta contre l'élection d'Abou-Bekr. Son califat (650) et celui de son fils Hassan (661) furent troublés par des révoltes de tout genre, et avec eux se termina la courte dynastie des califes orthodoxes. C'est de là que provinrent le schisme persan (Les Chiites), l'hérésie des Fatimides d'Afrique, des Ismaëliens, et tant d'autres sectes hétérodoxes, sans parler des luttes par lesquelles les descendants d'Ali cherchèrent à reconquérir le trône du califat; ainsi fut détruite, dès les premiers jours, l'unité de l'Empire musulman.

De plus, il n'était pas aisé de maintenir l'ordre dans un empire qui n'avait d'autre homogénéité que celle d'une religion imposée par la force, et qui ne s'était établi qu'on broyant toutes les nationalités et en supprimant les anciennes croyances. Aussi voit-on, dès le règne de Mamoun, fils d'Haroun-al-Raschid, un général se rendre indépendant en Perse (820). Sous le règne d'El-Motamed-Billah, se fondent deux nouvelles dynasties indépendantes : celle des Saffarides en Perse (873), et celle des Toulounides en Egypte (889) (Les dynasties musulmanes au Moyen-âge). A l'époque de Radi-Billah (934), l'autorité du calife n'était plus guère reconnue qu'à Bagdad et dans son voisinage immédiat. Sous le règne de ses successeurs, les Bouides de Perse étaient plus maîtres dans la capitale que le calife. Cette dynastie fut détruite en 1055 de notre ère par le Seldjoukide Toghrul-Beg; mais le calife ne fit que changer de maître, car Toghrul le força à le couronner comme sultan. 

Du califat au sultanat.
L'institution du sultanat est intimement liée à l'existence du califat; dans les premiers siècles de l'hégire, le calife était souverain temporel, en même temps que souverain spirituel. Par suite de révoltes, le pouvoir temporel du calife diminua de jour en jour, laissant intact son pouvoir spirituel. C'est alors que, pour cacher cette décadence, les califes imaginèrent de confier leurs intérêts temporels, dans les parties menacées de leur empire, à des hommes qui leur paraissaient propres à les défendre. Ce furent, tout naturellement, les chefs des insurrections qui reçurent l'investiture du calife, et c'est ainsi que se fondèrent les dynasties des Bouiides, des Ghaznévides, etc. Toghrul-Beg arriva à une époque où le califat était divisé outre plusieurs de ces souverains; aussi, pour bien marquer qu il en faisait leur chef, le calife Kaïm lui donna le titre de « grand sultan » (sultan el aazem), que conservèrent les Seldjoukides de Roum. A leur tour, pour se décharger d'une partie du pouvoir, les « grands sultans» de la dynastie seldjoukide déléguèrent une partie de leur autorité à des officiers, comme l'atabek Imad-ed-Din-Zangi, fils d'Ak-Sonkor, gouverneur de Bagdad, puis de la Mésopotamie. Son fils Nour-ed-Din devint prince d'Alep et nomma Saladin son lieutenant en Egypte. C'est ainsi que la dignité sultanienne passa des Seldjoukides aux Atabeks, des Atabeks aux Ayyoubites, puis aux Mamelouks

Les Seldjoukides tinrent le califat dans la plus étroite dépendance, et il n'était plus que l'ombre de lui-même quand apparurent les Mongols envoyés par Mangou à la conquête de l'Occident. Le dernier calife périt par ordre d'Houlagou, et la chute de la puissance califale fit passer an premier rang la puissance sultanienne qui en dépendait primitivement. Malgré cela, les Mamelouks d'Egypte nommèrent calife un descendant éloigné de la famille abbasside, mais, comme dit Makrizi « il n'avait aucune autorité, et n'avait le droit doedire son avis sur rien. » (NLI).

Liste des califes :
 

Califes d'Orient

Aboubekr, 632
Omar, 634
Othman, 644
Ali, 656
Hassan, 661

Moawiah I, tige des Omeyyades, 661 
Yézid I, 680
Moawiah II, 683 
Merwan I, 684
Abdel-Malek, 685
Walid I, 705
Soleïman, 715 
Omar II, 717
Yézid II, 720
Hescham, 724
Walid II, 743
Yézid III, 744
Ibrahim, 744
Merwan II, 744

Aboul-Abbas, tige des Abbassides, 750
Abou Djafar al-Manzor, 754
Mohammed-Mahdi, 775
Hadi, 785
Haroun-ar-Raschid, 786
Amyn, 809 
Al-Mamoun, 813
Motassem, 833
Vatek-Billah, 842
Motawakkel, 847
Mostanser, 861
Mostain-Billah 862
Motazz,  866
Motadi-Billah, 869
Motammed-Billah, 870
Motaded-Billah, 892
Moctafi-Billah, 902
Moctader-Billah, 908
Kaher, 932
Rhadi, 934
Motaki, 940
Mostalefi, 944
Mothi, 946
Thaï, 974
Kader-Billah; 991
Kaiem-Biamrillah, 1031

Moctadi-Biamrillah,1075
Mostadher 1094
Mostarched, 1118
Rasched, 1135
Moctafi, 1136
Mostandjed, 1160
Mosthadi, 1170
Nasser, 1180
Daher, 1225
Mostanser, 1226
Mostasem, 1243-1258 

Califes de Cordoue

Abdérame I, 756 
Hescham I, 787
AI-Hakem I, 796
Abdérame Il, 822
Mohammed I, 852
Almoundhir, 885
Abdallah, 889
Abdérame III, 912
Al-Hakem II, 961
Hescham II, 976 déposé, 1006
Mohammed al-Mahadi, 1006 déposé, 1009
Soliman, 1009
Mohammed de nouveau, 1010
Hescham de nouveau, 1012
Hamonda, 1015
Kasim ou Kacem, 1017
Yayah, 1018
Hescham III, 1027-1031

Califes fatimides

Obeidallah, 909
Kaiem-Aboul-Kacem, 936
Almanzor, 945
Moëz-Ledinillah, 953
Aziz, 975
Hakem-Biamrillah, 996
Daher, 1021
Abou Tamin Mostanser, 1036
Aboul Kacem Mostalli, 1094
Aboul-Mansor-Amer, 1101
Haphed-Ledinillah, 1130
Dafer-Biamrillah, 1149
Fayez-ben-Nasrillah, 1155
Adhed-Ledinillah, 1160-71

-
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2019. - Reproduction interdite.