.
-

Briggs

Henry Briggs est un mathématicien né en 1556 à Warley Wood (Yorkshire), mort le 26 janvier 1631 à Oxford. Admis en 1579 à l'Université de Cambridge, il s'y distingua assez pour que le chevalier Gresham, fondateur (1569) du collège de ce nom, à Londres, lui donnât la chaire de géométrie. Il se consacra surtout au calcul de tables pour l'astronomie et la navigation et en publia diverses en 1602, 1606, 1616. 

Dès qu'il connut l'invention des logarithmes par John Napier (Neper), il entra en relations avec lui, fit deux voyages à Edimbourg, et discuta le projet de calculer des tables, en adoptant 10 pour la base du système. La mort de Napier (1617) lui laissa toute la charge et toute la gloire de l'entreprise. Dès 1618, il publiait sa Logarithmorum chilias prima, avec 14 décimales pour les 1000 premiers nombres. En 1621, paraissait son Arithmetica logarithmica, donnant, avec le même nombre de décimales, les logarithmes des nombres naturels de 1 à 20,000 et de 90,000 à 100,000. 

Il dirigeait sept collaborateurs, dont l'un, Edward Gunther, son collègue à Gresham College, mort en 1626, publiait, dès 1620, une table de logarithmes des sinus et tangentes pour tous les degrés et minutes du quart de cercle; c'est à un autre, Henri Gellibrand, que Briggs, mourant à la tâche, laissait l'achèvement du travail commencé, logarithmes des sinus et tangentes avec 14 décimales pour chaque centième de degré du quart de cercle (de plus les sinus naturels avec 15 décimales, les tangentes et sécantes avec 10). Ces tables parurent en 1633, à la suite d'un ouvrage intitulé Trigonometria britannica, à Gouda (Hollande), par les soins d'Adrien Vlacq qui, en 1628, avait déjà réimprimé, en les complétant à 10 décimales pour les chiliades manquantes, les tables de Briggs et celles de Gunther. 

L'introduction de l'Arithmetica logarithmica de Briggs est remarquable par les nombreuses idées qui s'y trouvent en germe, et elle prouve suffisamment que le puissant calculateur aurait pu jouer un rôle important comme théoricien. On doit d'ailleurs lui attribuer une bonne partie au moins de la Trigonometria parue sous le nom de Gellibrand. (P. Tannery).

William Briggs est un médecin anglais, né à Norwich en 1642, mort à Town-Malling (Kent) le 4 septembre 1704. Il étudia à Cambridge, puis à Montpellier sous Vieussens, obtint, en 1682, la direction de l'hôpital Saint-Thomas, de Londres, puis devint le médecin du roi Guillaume.

Il fit sur la structure de l'oeil et la théorie de la vision des recherches qui lui valurent l'estime de Newton : Ophtalmographia, sive oculi ejusque partium descriptio anatomica (Cambridge, 1676, in-12); edit. alt. cui accessit nova visionis Theoria (Londres, 1685, in-12; Leyde, 1886, in-12, et autres édit.). (Dr L. Hn.).

Henry Perronet Briggs est un peintre d'histoire et portraitiste anglais, né à Walworth en 1791, mort à Londres le 18 janv 1844. Destiné par son père au commerce, il s'adonna de bonne heure à l'art pour lequel il se sentait une vocation invincible. Il entra à l'Académie royale en 1811, en qualité d'étudiant. En 1813, il se rendit à Cambridge où il exécuta beaucoup de portraits. 

Ses meilleurs tableaux sont les suivants : Othello et Desdémone, lord Wake of Cottingham, Première entrevue entre les Espagnols et les Péruviens (à la National Gallery), Scènes de Shakespeare, George III et le comte Howe

A partir de 14832, époque à laquelle il fut élu membre de la Royal Academy, il ne fit que des portraits.

Ses tableaux sont bien construits, avec des figures en général très expressives, mais les chairs sont mal rendues et le coloris est mauvais. (GE).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2016. - Reproduction interdite.