.
-

Borgia

Les Borgia sont une famille italienne qui s'est rendue célèbre au XVe siècle. Bien qu'elle ait prolongé son existence bien au delà du XVIe siècle, son histoire, en tant que famille jouant un rôle historique et poursuivant un but collectif, se renferme entre 1455 et 1504. 

Cette famille était d'origine espagnole (de Borja, en Aragon) et sa singulière fortune commença avec l'élection d'Alphonse Borgia, archevêque de Valence, au trône pontifical, en 1455, sous le nom de Calixte III. Dès ce moment, cette étrange famille semble se consacrer à un dessein unique : réunir toute l'Italie sous sa domination, en faire un grand Etat unifié qui fût le centre de la civilisation et le pivot de la politique européenne. 

Calixte III (1455-1458) avait déjà réuni un immense trésor. Lorsque son neveu, Rodrigue Borgia, eut été élu pape en 1492, sous le nom de Alexandre VI, les desseins de cette famille se précisèrent. 

Alexandre VI avait eu de Rosa Vanozza de Cattanei plusieurs enfants naturels. Jean Borgia, l'aîné, obtint du roi d'Espagne le duché de Gandie. Le troisième, Goeffroy Borgia, épousa une fille naturelle du duc de Calabre et devint prince de Squillace. Lucrèce Borgia, la fille, déjà fiancée à un gentilhomme espagnol, née en 1480, fut mariée en 1493 à Jean Sforza; seigneur de Pesaro.  (Les chroniqueurs du siècle suivant en ont fait un véritable monstre, et Victor Hugo l'a mise en scène sous les plus noires couleurs. Lucrèce Borgia n'apparut pas telle à ses contemporains, qui tous s'accordent à louer sa beauté, sa grâce, son esprit cultivé et ses bonnes moeurs. Elle semble avoir été surtout un instrument politique entre les mains de son père et de son frère. 

Divorcée d'avec Jean Sforza en 1497, elle eut, l'année suivante, avant de se remarier à Alphonse, duc de Besaglia, fils naturel d'Alphonse II d'Aragon, un enfant que, dans deux bulles successives, Alexandre VI reconnut d'abord comme son propre fils, puis comme le fils de César; c'est ce lui a donné lieu, contre Lucrèce Borgia, à une double accusation d'inceste. En 1900, son second mari fut poignardé, dans sa chambre même, par César Borgia. L'année suivante, elle épousa en troisièmes noces Alphonse d'Este, duc de Ferrare, et réunit autour d'elle une cour brillante de savants, d'artistes et de lettré, parmi lesquels figurent Bembo et l'Arioste, qui a célébré ses vertus dans une stance du Roland furieux. Elle mourut à Ferrare en 1519, ayant mené, depuis son mariage avec Alphonse d'Este,. une vie irréprochable.

César Borgia, le second fils et l'enfant préféré d'Alexandre VI, né vers 1457, fut créé cardinal par son père. Lors de l'invasion de Charles VIII, Alexandre VI se sauva en le livrant comme otage. César s'évada un peu après, et les embarras des Français rétablirent les affaires des Borgia. En 1497, Jean Borgia meurt assassiné mystérieusement. probablement par son frère César. et, depuis cette époque, ce sont César Borgia et sa soeur Lucrèce qui, sous le nom de leur père Alexandre VI, dirigent les destines de la famille. 
-

Rossetti : les Borgia.
La famille Borgia, par Dante Rossetti (1863).

L'année suivante, César Borgia, envoyé comme légat en France pour annuler le mariage de Louis XII et de Jeanne de France, est créé duc de Valentinois par Louis XII, qui il contracte un traité d'alliance pour le partage de l'Italie. En 1499, César Borgia épouse la fille de Jean d'Albret, roi de Navarre, et, désormais lié irrévocablement à Louis XII. Il rompt avec le roi d'Aragon; puis, avant obtenu l'appui de Louis, il envahit la Romagne, chasse ou extermine tous les petits seigneurs : les Riario, les Sforza, les Malatesti, les Manfredi. les Montefredi, tyrans abominables pour la plupart qui s'étaient rendus odieux aux peuples, et organise un gouvernement de paix et de prospérité qui lui assure l'attachement des Romagnols.

Il veut alors commencer la conquête de la Toscane; mais Louis XII s'interpose en faveur des Florentins. César Borgia, contraint de reculer, vit se soulever contre lui une ligue formidable de tous les petits tyrans qu'il menaçait dans leur existence; il se défendit à force d'habileté, se réconcilia les Florentins, divisa ses ennemis, et, se démasquant tout à coup, les chassa tous ou les fit périr : Guidubalde, Varano, Vitelli, Olivuetto, et surtout les Orsini. Il venait d'accabler les Baglioni de Pérouse et les Potrucci de Sienne, et toute l'Italie centrale se soumettait à lui, lorsque Alexandre VI mourut subitement, le 18 août 1503. César Borgia, tombé malade en même temps que son père, ne put prendre aucune précaution pour sauvegarder ses interêts. Son ennemi, Julien de La Rovère, devenu pape sous le nom de Jules II, après le pontificat de vingt-six jours de Pie III, le fit arrêter, et le somma de lui livrer ses forteresses.

César Borgia résista un an, soutenu par l'attachement des populations qu'il avait fait bénéficier d'un gouvernement régulier et éclairé, et par l'inébranlable fidélité de ses capitaines et de ses soldats. Il céda enfin en 1504, et fut remis en liberté pour tomber dans les fers de Gonzalve de Cordoue, qui l'envoya en Espagne. Il s'évada, devint condottiere au service de son beau-père le roi de Navarre, et fut tué dans un combat, en 1507. Avec cet homme extraordinaire périrent les destinées des Borgia; mais, fait notable, ce fut son oeuvre politique que continua le pape Jules II. (NLI).
-

Collier : un verre de vin avec César Borgia.
Une activité dangereuse : Un verre de vin avec César Borgia, par John Collier (1893).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2011. - Reproduction interdite.